THE RIVARD FAMILY © La FAMILLE RIVARD

Newsletter/Bulletin

THE RIVARD NEWSLETTER TEAM

Rédactrice-en chef = Editor: Jan Dorn

Rédacteur-en chef adjoint = Co-Editor: Marlyss Hernandez

Colonne du Membre du mois = Member of the Month Column: Marlyss Hernandez

Sujets divers et humour : «Les meilleures de Chippawa Falls» = Trivia & Humor: "Chippewa Falls Finest", Dot Geissler

Les traducteurs = Translators: Alain Gariépy & André Dufresne


 
 
 
IN THIS ISSUE:

Genealogy Gathering in Quebec City by Alain Gariépy

Count Down to RRV in Phoenix 2003

March’s FMOTM is Réal Lanouette AND Jim Rivard

Interview with February’s FMOTM, Nina Jackman

Report From the AIFR (Somewhere In Time) by Jim Rivard

Early Legends and Folklore By C. V. Porter

February Forum Topics and Highlights By Marlyss Hernandez

Chat News and Topics Highlights By Jan Dorn

Nail Care Tidbits from Peggy Lacourciere

Chef Rivard

Trivia and Humor Corner By Dot Geissler

The Editor’s Corner By Marlyss Hernandez

DANS CE NUMÉRO :

Le Salon de la Généalogie de Québec par Alain Gariépy

Le rendez-vous de Phoenix en 2003

Les membres de mars 2002 : Réal Lanouette et Jim Rivard

Interview avec Nina Jackman, membre de février 2002.

L’Association des familles Rivard par Jim Rivard

Légendes d’autrefois et folklore par C.V. Porter

Sujets du Forum en février par Marlyss Hernandez

Nouvelles du chat en février par Jan Dorn

Comment prendre soin de nos ongles par Peggy Lacoursière

Les recettes du Chef Rivard

De tout et de rien et humour par Dot Geissler

La colonne de l’éditrice-en chef par Marlyss Hernandez

*****************
THE GENEALOGY SALON IN QUEBEC CITY

By Alain Gariépy

Who is my ancestor? Where is he from? Can I do my own research? Where should I go for that? How do I find my ancestors?

These were some of the questions that were thrown in the Great Hall of Place Laurier, the first shopping Center of the area of Quebec City, from February 14 to 17, 2002. The Salon of Genealogy was naturally held at that place. More than a hundred experienced genealogists and historians were in one of the thirty-seven booths ready to answer to the general public seeking its roots or only curious.

The president of the organization, Fabien Langlois, past president of a government company, now retired, got that idea some time ago when talking to a colleague. He shared his idea with some friends who became very enthusiastic. Finally that idea came through in year 2000 when was the first salon was held in a remote corner of Place Laurier. Exactly seven booths were opened to families like the Langlois ready to have visitors. The administration of Place Laurier is very satisfied with the results of that first salon.

Getting ready for 2001, Langlois, who is also president of the association of the Langlois Family, got in touch with La Federation des Familles Souches and sent a letter to the president of some 150 presidents of different families. Some answered along with organization like la Société de Généalogie de Québec and the National Archives of Quebec. Close to twenty booths were set up in a more crowded area. Again it is a success.

In 2002, 30 families and 8 organizations were present. An estimated crowd of 5,000 came to a family booth or else asked questions or simply to exchange information with the representatives of the different families. It was a great success again. Membership has increased at La Société de Généalogie de Québec. The library of the National Archives of Quebec is more crowded according to the officials.

Already forty-three organizations have reserved a booth for 2003. I just hope the Rivards will be the forty-fourth to reserve a booth.

LE SALON DE LA GÉNÉALOGIE À QUÉBEC

Traduction de Alain Gariépy

Qui est mon ancêtre? D’où venait-il? Est-ce que je peux faire ma généalogie? Où dois-je m’adresser? Comment fait-on sa généalogie?

Voilà certaines des questions qui fusaient dans le grand hall de Place Laurier à Québec (Sainte-Foy) du 14 au 17 février 2002. En effet, se tenait à cet endroit le Salon de la Généalogie. Plus d’une centaine de généalogistes chevronnés et d’historiens étaient présents dans trente-huit kiosques pour répondre au public à la recherche de ses racines ou tout simplement curieux
 
 

Le président et fondateur de cet événement, Fabien Langlois, administrateur d’une société de la Couronne, maintenant à la retraite, eut cette idée il y a quelques années lors d’une conversation avec un collègue. Il en fait part à quelques amis qui l’encouragent. Cette idée se matérialise en l’an 2000 lorsque se tient le premier salon dans un coin obscur de Place Laurier. Exactement sept kiosques de familles telles les Langlois reçoivent les visiteurs. Les administrateurs de Place Laurier sont enchantés des résultats de ce premier Salon.

En préparation pour 2001, Fabien Langlois, qui est aussi président de l’association de la famille Langlois, prend contact avec la Fédération des Familles Souches du Québec et écrit une lettre d’invitation aux présidents de quelques 150 familles. Plusieurs familles répondent à l’appel. Quelques organismes, la Société de Généalogie de Québec, les Archives Nationales du Québec. On monte une vingtaine de kiosques dans un endroit un peu plus achalandé. C’est encore une fois un succès.

En 2002, 30 familles et 8 organismes sont représentés. On estime que plus de 5,000 personnes sont venus à un kiosque ou à un autre pour poser des questions ou tout simplement pour échanger des informations. Ce fit une autre réussite. Le nombre de membres de la Société de Généalogie a depuis augmenté. Les Archives Nationales sont beaucoup plus achalandées d’après les responsables.

Déjà plus de 43 organisations ont réservé leur kiosque pour l’année 2003. Peut-être la famille Rivard réservera-t-elle le 44e.

****************
THE COUNTDOWN IS ON FOR RRV 2003 IN PHOENIX

Less than 11 months remain until our next rendezvous. Here are some of the plans and ideas about which we have been thinking.

Suggested theme:

"Learning about our Ancestors WITH our children."

There are many family members, who are not aware of our family history; so let's do something basic and concentrate on something such as the following:

* How the family is made up of the various branches.

* How the dit names came about.

* Family books that exist and are available.

* Family association, membership and the associated periodical, the La Rivardiére.

* Other family publications;

* The Rivard Family Forum Newsletter.

* The Lacoursiére Newsletter.

* Others?

How our ancestors lived, played and survived.

We have some terrific "Show & Tell" things:

* Video of John T. Rivard making his presentation on the subject of the French voyageur. We had many family members who were voyageurs for 135 years.

* Video of Lightning Larry Lacoursiére, the super light weight boxer.

* A collection of The Rivard Family Forum Newsletters.

* A collection of the "Lacoursiére Newsletter - Groovin' High!".

* A collection of La Rivardiére".

A potential gathering place for Saturday & Sunday, February 15th & 16th is the ballroom in our Park. It has excellent acoustics, so we should attempt to have some kind of music; for the dancing, right? Our location is approximately 100th West and 200th North of downtown Phoenix. Cost will be very minimal.

Possibilities of what we might do: (please talk to us as to what your thoughts are)

* Have a sign for each family that attends, so that the pertinent family members can congregate. For example: Lavigne, Loranger, Rivard, etc.

* We must have at least one "Rivard from yesteryear at the RR2003";

John T. Rivard in his voyageur garb is the logical choice. Who will be able to do that if he cannot attend?! Who else could take part in having fun with this kind of activity?

* Family banners?

* The prime language will be English. I will bet a dollar-to-a-donut-hole that we will have French/English translators at the Rendez-vous.

Some extras under consideration:

* Cajun, Zydeco or ?? music.

* Family recipe collection.

* Family competitions.

I challenge ya'll: 'Can we develop a program that will encourage our children to be as enthused as we are about our heritage?

We wish to hear ALL ideas. There will be NO Dumb responses to any idea. An off-the-wall idea may evolve into something very worthwhile.

Our RivardRendez-vous2003 Gang is composed of:

* Larry LaCoursiére; "the BOSS" whatever that means!

* Jan Dorn -- Registration.

* Marlyss Hernandez -- Nametags.

* Chris Scott -- Skit coordination?

* Helen Hlavinka -- Skit coordination Ass't.

* Bette Nebel -- Game coordination.

* Angela Clavier -- Osage contact.

* Henri, le frog Lanouette -- Treasurer.

* Dawn Dahl -- Lady Friday, for now.

* Lorraine Naze - will help out

* Who ???? -- Coordinator of where to stay & eat.

Assuming that we will use our ballroom, we will be able to have catered food.

"RivardRendez-vous2003 Gang"? I refuse to be a member of a committee!!

(Not if, but what) have we left out?

The Boss / Cousin_Arizona_Larry

RRV 2003 À PHOENIX : LE COMPTE À REBOURS EST COMMENCÉ! Traduction de André Dufresne

Il ne reste plus que 11 mois avant notre prochain rendez-vous. Voici donc des projets et idées que nous mettons de l’avant.

Thème suggéré : Apprenons à connaître nos ancêtres avec nos enfants. Plusieurs membres de nos familles ignorent tout de notre histoire de famille. Il faut donc partir du commencement et nous concentrer sur des choses comme :

  • Les diverses branches de la famille
  • Raison d’être des surnoms
  • Les livres d’histoire de famille disponibles sur le marché
  • Association de famille, membership et publications associée, La Rivardière
  • Autres publications de famille : Le Bulletin du Forum des Rivard, Le « Lacoursière Newsletter », autres bulletins ? (N.B. : Jan Dorn, Marlyss Hernandez et André Dufresne rédigent tous trois un bulletin de famille pour les membres de leur famille immédiate.)
  • Comment nos ancêtres vivaient, s’amusaient et survivaient.
Nous disposons d’outils audio-visuels très intéressants : par exemple :
  • le vidéo de John T. Rivard montrant sa présentation sur les coureurs des bois français ; plusieurs membres de notre famille furent des coureurs des bois.
  • le vidéo de Lighning Larry Lacoursière, le boxeur super poids-léger.
  • La collection du Bulletin du Forum des Rivard
  • La collection des « Lacoursière Newsletter . »
  • La collection de La Rivardière
Un lieu de rencontre possible pour les samedi et dimanche 15 et 16 février serait la salle de bal de notre parc. L’acoustique y est excellente de sorte que nous pourrions envisager d’avoir de la musique pour la danse. Nous sommes situés approximativement à l’angle de la 100e avenue Ouest et de la 200e avenue Nord au centre-ville de Phoenix. Le coût serait très modique.

Voici quelques possibilités d’activités : (s’il-vous-plaît faites-nous part de vos idées…)

  • Une bannière pourrait identifier chaque famille participante pour permettre aux gens d’un même patronyme de se retrouver (par exemple : Lavigne, Loranger, Rivard, etc.)
  • Nous devrions avoir au moins un Rivard des temps passés avec nous. John T. Rivard en costume de coureur des bois semble le meilleur choix. Mais s’il ne peut participer, qui pourrait le remplacer? Qui d’autre aimerait se joindre à cette activité?
Quelques possibilités additionnelles :
  • Musique Cajun ou Zydeco
  • Collection de recettes de famille
Et je vous lance un défi : sommes-nous capables d’élaborer un programme qui enthousiasmera autant les enfants que les adultes ?

Nous souhaitons écouter TOUTES vos propositions.. Il n’y aura AUCUNE réponse idiote à aucune suggestion. Une idée en apparence farfelue peut très bien s’avérer être géniale!

La « gang » du Rendez-vous Rivard 2003 se compose présentement de :

* Larry LaCoursiére; "le BOSS" peu importe de que ça signifie!

* Jan Dorn -- Registraire.

* Marlyss Hernandez – Étiquettes d’identification.

* Chris Scott – Coordonnatrice des Activitiés

* Helen Hlavinka – Coordonnatrice adjointe des Activitiés

* Bette Nebel – Coordonnatrice des jeux.

* Angela Clavier – Liaison Osage.

* Henri, le frog Lanouette -- Trésorier.

* Dawn Dahl – Bonne à tout faire, pour le moment !

* Lorraine Naze – offre son aide.

* Qui d’autre ???? -- Coordonnateur de l’hébergement et de la bouffe.

Prenant en considération que nous disposerons de notre salle de bal, nous pourrons bénéficier des services d’un traiteur.

Pourquoi la "Gang » du Rendez-vous Rivard? C’est parce que je refuse de faire partie d’un comité !

Qu’avons-nous oublié ? (Et non : avons-nous oublié quelque chose ?)

Le Boss / Cousin_Arizona_Larry

*****************
MARCH’S FORUM MEMBERS OF THE MONTH are

RÉAL LANOUETTE AND JIM RIVARD

By Marlyss Hernandez

This month we are doubly blessed as we had a tie with Réal Lanouette and Jim Rivard sharing the honor of our March Forum Member of the Month. I had asked for more votes to break the tie, and more votes were sent to me, but it still ended up in a tie. This is the first time that has happened.

Réal Lanouette is the cousin we saw in his 17th century dress with his family in the pictures from the Detroit/Windsor rendezvous last July. He has done a marvelous job of setting up and maintaining a wonderful website for all the Rivard cousins at http://www.iquebec.com/Rivards. We will be looking forward to reading about your life next month, Réal.

Jim Rivard is the gentleman who helped form and start the International Association of Rivard Families in Quebec in 1999. This group has grown under his leadership as its first president and now as Director of Public Relations and I'm sure we can expect many good things yet to come from it. He has also contributed articles to our forum newsletter. Be sure to read the one in this issue. We will be looking forward to reading your life story , also, Jim. Congratulations to both of our Canadian cousins.

MEMBRES DU FORUM DU MOIS DE MARS are

RÉAL LANOUETTE AND JIM RIVARD

Traduit par André Dufresne

Pour la première fois ce mois-ci, la course au membre du mois s'est soldée par un ex aequo: en effet, Réal Lanouette et Jim Rivard ont fini cette course nez à nez! Constatant cette situation, j’ai invité les membres du Forum à me faire parvenir leur vote afin de briser l'égalité mais sans succès: nos deux champions sont restés nez à nez! C'est la première fois que cela se produit.

On se souviendra de Réal Lanouette et de sa famille costumés à la mode du 17e siècle à l'occasion du rendez-vous de Détroit/Windsor, l'été dernier. Réal a accompli un boulot extraordinaire en mettant sur pied le site de la famille Rivard que l'on peut trouver à http://www.iquebec.com/Rivards. Nous avons hâte que tu nous livres tes petits secrets le mois prochain, Réal.

Jim Rivard est le père spirituel et le co-fondateur de l'Association internationale des familles Rivard en 1999. Sous son habile direction, d'abord comme président-fondateur et maintenant comme directeur des relations publiques, l'Association a grandi et nul doute qu'elle continuera à progresser dans le futur. Jim a aussi écrit des articles occasionnels pour le Bulletin du Forum. Ne manquez surtout pas l’article qu'il signe dans ce numéro! Jim, mettez-vous bien vite à la plume afin que nous apprenions à mieux vous connaître! Félicitations à nos deux cousins canadiens!

 

***************
AN INTERVIEW WITH FEBRUARY'S FMOTM

NINA JACKMAN by Marlyss Hernandez

I have once again chosen to just print the answers to my questions as our cousin has answered them. There is no way I could make this more interesting or improve upon Nina's story than to allow her to tell it in her own words. Thanks, Nina, for writing a wonderful story of your life. Marlyss

WHAT MADE YOU CHOOSE GENEALOGY AS A HOBBY AND HOW DOES YOUR FAMILY FEEL ABOUT YOUR OBSESSION? 

My father was born in Minnesota, north of Minneapolis, but left home when he was about sixteen and went to Texas and Wyoming where he did some ranch work. What else he did, I do not know, but he ended up in Montana doing carpenter work. I was told he learned that trade mostly from a set of books. Eventually he did blasting, masonry, house moving, wheat farming, custom combining with horses, and other forms of work. He was very ingenious. He worked on the Fort Peck Dam so we lived there for four years. He built a bus out of a 1936 Ford truck and took men to work and children to school in the Fort Peck area. Following that time period, we were back in our small hometown of Scobey in the northeast corner of Montana where he had homesteaded near Madoc, Montana.

My mother was born in Wisconsin where her father had been a timekeeper in a lumbering camp where most of her relatives had worked. The lumbering had thinned out, however, and so her father farmed. Their home and barn still stand. Her sister and brother-in-law had gone to Montana, apparently at the urging of a relative who had a large wheat farm there. Although these relatives did not remain in Montana, my mother, who had gone there to help her sister during her first pregnancy, met my dad and remained. They lived on the homestead place for a while before moving to Scobey. That little town of about 1500 people shipped more wheat during WWI than any place in the world and I remember long lines of horse-drawn wagons waiting at the elevator for unloading. Of course, the transportation out of there was Great Northern train, which came faithfully into town each day at 4 P.M.

My parents had thirteen children; one died in infancy. I was the third child, studious, serious, always writing and coloring, yet enjoying the outdoors whether it was playing in the snow, swinging, tossing a ball, or walking the prairies gathering flowers. All those years, I had an urge to know about my grandparents and other relatives in Minnesota and Wisconsin. I remember us traveling there only once when I was a child. A few of the relatives did visit us in Montana and we met some in Seattle during a visit there. In the little contact that we had, and through the letters that came and went, I asked questions and kept information in my head and heart. I thought getting packages from grandmothers was great.

I graduated from high school at sixteen, and went to college in Great Falls, Montana, in 1942. There I met an Air Force man who was born in Indiana, but had grown up in Detroit. We came to the Detroit area when the war ended and he resumed his job with the local power company. On all our fairly frequent trips to Montana, we stopped off to become acquainted with my Minnesota and Wisconsin relatives, and I wrote down all the family information I could get. We visited gravesites and I copied the information from the stones. I began to visit libraries, county offices, relatives, land offices, cemeteries and funeral homes. In those days before computers, I wrote hundreds of letters and hand-copied unbelievable amounts of material from books and records. I actually was asking for copies of records in the days before clerks knew what the word genealogy meant, and when they did not know if they were permitted to copy anything for me, give me access, or charge me for copies and their time.

It became apparent that I needed to collect all I could for the sake of our children so that they would have a better idea of their background and from where their ancestors came, than I had been able to have. My husband and I wanted a large family and were eventually blessed with sixteen children. He was a great help in driving to the various research places and in copying and analyzing material while I looked for more. He became enthusiastic about finding and talking with his living relatives, and so I met many of his family. Oddly, since his death in 1988 at sixty-six, I have met some of his first cousins that he never met.

I find that the people most enthusiastic about my work are siblings and cousins in my age group, and some aunts and uncles. While a couple of my children will go "tiptoeing through the tombstones" as my husband called cemetery searching, and some will listen to my stories with enthusiasm, others say they will have to see it all in print to understand. 

WHAT WAS THE MOST INTERESTING PIECE OF DOCUMENTATION OR STORY THAT YOU'VE COME ACROSS IN YOUR RESEARCH?

On my husband's family, the most interesting information came when we settled on our twenty-eight-acre farm here in Macomb County, Michigan, and a cousin made a chance remark about the grandparents being married not far from here. An abundance of material opened up on two family lines and we were able to find where these people had lived and gone to school just a few minutes drive from our home.

On my family, while my sister was tracing our main lines into Europe, I was interviewing people who live around me here, because the surnames were the same and because I had been told that we had relatives in this area. I was not surprised to learn that a large group of people from Mechlenberg, Germany, settled here in Michigan, but that some cousins and brothers moved on to Wisconsin. Close behind that in interest, is the fact that it came as a complete surprise to me that I had a French-Canadian ancestor.

WHAT SOURCES DID YOU FIND THE MOST HELPFUL IN YOUR RESEARCH?

I have found courthouse and church records the most reliable and accurate for the basic statistics, tax records and city directories for residence, and census for finding children of a family and country of origin. Military records and cemetery records are great sources. County histories are helpful but I always keep in mind that the information was given by a relative who may, or may not, have been able to accurately remember facts. When I taught genealogy, I told the students to get their first information from relatives and to put it immediately down on paper in the form of a family sheet so that no fact was overlooked. Too often when I started out, I had to scribble things that were being said on whatever paper I had in my purse and without a form of any kind. Consequently, I neglected to ask certain questions for which I could now have the answers.

When one of my older sons was in college and putting entomology facts into a room-size computer and using the punched cards, I said to my husband that it would be great to put genealogy facts into computers and draw out what you need. And so it is happening. However, I am very careful what I take from the web sites, as too often there is not proof.

DID SOMEONE INTRODUCE YOU TO THE FORUM OR DID YOU RUN ACROSS IT BY ACCIDENT?

Someone spotted the fact that I was interested in Rivard research, perhaps from a query on the web or in a genealogy newsletter, and suggested I join the Forum, but I have forgotten who that nice person was. 

WAS THERE ONE MEMBER OF THE FORUM WHO HELPED YOU THE MOST AND WHY DO YOU FEEL THAT WAY? 

Aside from the person who suggested the Forum to me, Mary Ann Mickey along with those who helped her set up the family information has been the most helpful, but I have a whole list of other great helpers. You're all out there on the Forum.

WHAT OTHER SURNAMES, BESIDES RIVARD, ARE YOU CURRENTLY RESEARCHING?

Connected to my Rivard line, I am researching Dupuis, Wells, Balcom, Spencer, Lancour, Blais, Sweet, Wolcott, Garfield, Sutton, Walker, McClanathan, Nash, Bean, Lyons, DuCate. Then there are Jackman and Buckindail in Ontario, Sly in Wisconsin and Minnesota. 

ARE YOU PLANNING TO ATTEND THE RRV IN PHOENIX IN FEBRUARY 2003?

At this time, I do not know. 

AUTIOBIOGRAPHY

I have threaded some of my life history into the previous answers, but perhaps the readers will be interested to know something of my children's lives. That reflects all the years of tending babies while helping with homework, cooking and canning while listening to music practice. Gardening while we played games such as naming the capitals of the states, preparing yarn or cloth for weaving while guessing what Broadway show was associated with the song being played. One son and I took turns naming birds as we passed each other through the day and if one of us could not come up with another name, that ended the game. By the next day, he would have looked up more bird names. I passed many hours in the car with little ones taking turns reciting nursery rhymes--a great help with reading and spelling. We had lots of group singing wherever we were. Multiplication tables, catechism answers, prayers, and grammar rules were recited while we worked or prepared for bed. We traveled often with our children, for many years in a seventeen passenger van, in which we had arranged storage. It was great on Fife and Drum Corps trips.

I spent 27 years involved with 4-H projects since all of the children were members. I had as many as eight children taking private music lessons at the same time. Several of them were in high school bands. Lois played flute in the Pontiac-Oakland Symphony, then in Orchestra Toronto while working in Toronto, and, now, in the Macomb Symphony Orchestra. She works in fund raising at a local college. Several of them have been in Fife and Drum Corps. Daughter Janice has had her own pottery and doll businesses and teaches sign language; Aileen is a junior high teacher; Beatrice works for an environmental engineering company. Ann, after years in the medical field, works in a school office. Vivian sells Longaberger baskets and Avon since she gave up federal court work to be with her children. Myra has a doctorate in chemistry and works at Abbott Laboratories.

The "bird" boy, John, is an avid bird watcher, a professor of Entomology and Extension Service employee at Texas A & M College, and has written two books and does fly-tying as a hobby. Ray is a fence company manager, Cliff a surveyor, and James owns an auto parts store. Thomas retired from teaching junior high school and from electrical contracting and is now deceased. Kenneth was an electrician and re-possessor and is now deceased. Vernon is an Electrical Engineer and has worked for years in logistics in shipping, and Robert works in electrical installation for Tyco.

I guess it is obvious I have become at least somewhat acquainted with many fields. I have always been there for my children whether to teach or advise them, to help with life's problems, to physically assist, or whatever, and I thoroughly enjoy my time with them. There are forty-eight grandchildren with all their interests, plus nine great grandchildren. I am very proud of all of these people in my life

I have done many crafts and various types of needlework, but I am a weaver by nature and have five large looms on the floor plus smaller ones tucked away. I make mostly rugs and afghans. I learned a bit about weaving as a child on the prairie. I also learned to make quilts and today my daughters, daughters-in-law, and granddaughters get together with me to make quilts. I like to decorate and enjoy making curtains, painting, or whatever dresses up the house. I have traveled to Germany, Switzerland, Luxembourg, (one ancestor was from there), Austria, England, Scotland, and a good deal of Canada and the United States. I would like to travel to Ireland and Alaska and back to Quebec to see the areas where our family lived. I read whenever I find time, mostly history, but also keep something light-hearted by my bed to relax before sleep. And I enjoy my E-mail exchanges with friends and relatives. _ Nina Mary Jackman

 

INTERVIEW AVEC NINA JACKMAN

Traduit par Alain Gariépy

Encore une fois, j’ai décidé de ne publier que les réponses aux questions auxquelles notre cousine a répondu. Je ne puis améliorer ou rendre plus intéressante l’histoire de Nina. Il faut la laisser répondre dans ses propres mots. Merci, Nina, d’avoir écrit la magnifique histoire de ta vie. _ Marlyss

QU’EST-CE QUI T’A FAIT CHOISIR LA GÉNÉALOGIE COMME PASSE-TEMPS ET QUELLES ONT ÉTÉ LES RÉACTIONS DE TA FAMILLE ?

Mon père est né au Minnesota, au nord de Minneapolis. A l’âge de seize ans, il partit pour le Texas et le Wyoming où il travailla dans des ranchs. Qu’a t il fait d’autre ? Je l’ignore. Mais, il aboutit au Montana comme menuisier. On m’a dit qu’il a appris ce métier en lisant des livres sur le sujet. Éventuellement, il fut dynamiteur, maçon, déménageur de maison, fermier, conducteur de chevaux pou r divers travaux. Il était très ingénieux. Il a travaillé au barrage de Fort Peck de sorte que nous y avons vécu pendant quatre ans. Il a fait un autobus à partir d’un camion Ford de 1936. Il conduisait des hommes à leur travail et des enfants à l’école dans les environs de Fort Peck. Après cette période, nous sommes retournés dans notre petite ville de Scobey dans le nord-est du Montana sur sa ferme près de Madoc, Montana.

Ma mère est née au Wisconsin où son père était paye-maître dans des camps de bûcherons où la plupart des membres de sa famille travaillait. La coupe de bois ayant diminué son père devint cultivateur. Sa maison et ses dépendances existent encore. Sa sœur et son beau-frère s’étant allés au Montana afin d’aider un parent qui avait un besoin urgent de main-d’œuvre pour ramasser le blé de sa ferme. Même s’ils ne restèrent pas au Montana, ces parents, ma mère, qui y était allé pour aider sa sœur pendant sa première grossesse, rencontra mon père et y demeura. Ils restèrent à la ferme avant de déménager à Scobey. Cette petite ville de 1500 âmes a produit durant la première guerre mondiale plus de blé que n’importe où ailleurs. Je me souviens d’avoir vu de longues files de chariots attendant d’être déchargé à l’élévateur à grain. Le transport se faisait sur les trains de la Great Northern qui venaient fidèlement tous les jours à 16 h. 

Mes parents ont eus treize enfants dont un est mort durant l’enfance. J’étais la troisième, studieuse, sérieuse, toujours à écrire ou colorier, mais amante de la nature, jouant dans la neige, me balançant, lançant la balle ou me promenant en ramassant des fleurs. Durant toutes ces années, quelque chose me poussait à connaître mes grands-parents et autres parents du Minnesota et du Wisconsin. Je me souviens d’avoir fait un seul voyage à cet endroit quand j’étais enfant. Quelques parents vinrent nous visiter au Montana et nous en avons rencontré d’autres lors d’une visite. Avec le peu de contact que nous avons eu et par les lettres qui s’échangeaient, je posais des questions et je conservais l’information dans ma tête et dans mon cœur. Recevoir un paquet de ma grand-mère était pour moi un événement.

J’ai gradué de l’école secondaire à seize ans et je suis allée au collège à Great Falls, Montana. Là j’ai rencontré un aviateur de l’Indiana, élevé à Détroit. A la fin de la guerre, nous sommes déménagés à Détroit où il a repris son travail à la compagnie d’électricité locale. Lors de nos nombreux voyages au Montana, nous sommes souvent arrêtés au Minnesota at au Wisconsin pour visiter notre parenté. Je prenais beaucoup de notes au sujet de ces familles Nous avons visité des cimetières et j’ai copié l’information sur les pierres tombales. J’ai visité des librairies et des bibliothèques, des bureaux du gouvernement, des parents, des cimetières et des maisons de thanatologues. Comme c’était avant l’ère des ordinateurs, j’ai écris de nombreuses lettres et j’ai copié à la main un nombre incalculable de documents que je prenais dans des livres. Je demandais des copies de documents alors que les commis ne connaissaient pas encore le mot généalogie et qu’ils ignoraient s’ils avaient la permission de copier des documents pour moi sans me charger les frais pour leur temps.

Je ramassais toute cette information afin que mes enfants puissent en bénéficier et qu’ils aient une bonne idée de leurs racines et d’où venaient leurs ancêtres. Mon mari et moi désirions une grosse famille, nous avons eu seize enfants. Il m’aidait en me conduisant à mes divers lieux de recherche et en copiant et en analysant le matériel pendant que j’essayais de trouver d’autres documents. Il s’enthousiasma de ces trouvailles et il prit plaisir à rencontrer la parenté. J’ai ainsi rencontré la plupart de sa parenté. Depuis son décès en 1988, j’ai rencontré certains de ses cousins germains qu’il n’a jamais vus.

Les gens les plus enthousiastes au sujet de mon travail sont des cousins de mon âge, ainsi que certains oncles et tantes. Certains de mes enfants passent à pas feutrés à travers les pierres tombales des cimetières comme disait mon mari. Certains écoutent mes histoires avec enthousiasme, d’autres attendent de voir tout ça écrit afin de comprendre.

QUEL FUT L’HISTOIRE OU LE DOCUMENT LE PLUS INTÉRESSANT ÀU COURS DE TES RECHERCHES ?

Du côté de la famille de mon mari, l’information la plus intéressante nous vint lorsque nous nous sommes installés sur notre ferme de vingt-huit acres dans le comté de Macomb, Michigan. Un cousin nous dit que nos grands-parents s’étaient mariés tout près de là. Ce fut le début d’une récolte abondante de matériel sur deux branches de la famille. Nous avons trouvé où vivaient ces gens, quelle école ils avaient fréquenté, et ça tout près de l’endroit où nous vivions.
 
 

Dans ma famille, ma sœur découvrait notre branche européenne, j’interviewais des gens de notre entourage, soit parce qu’ils portaient le même nom ou encore ils étaient susceptibles d’être membres de notre parenté. J’ai appris sans surprise qu’un groupe important de gens de Mechlenberg, Allemagne, s’étaient installés au Michigan et que certains cousins étaient allés au Wisconsin. J’ai aussi appris avec étonnement qu’un de mes ancêtres était un Canadien-français.

QUELLES ONT ÉTÉ LES SOURCES LES PLUS UTILES DANS TES RECHERCHES ?

J’ai trouvé que les informations venant des palais de justice et des églises étaient les plus dignes de confiance et leurs statistiques sont justes ; de même les fichiers de taxes, les annuaires et les recensements qui permettent d’avoir les enfants et les pays d’origine. Les fiches de militaires et des cimetières sont de bonnes sources. Les histoires des comtés peuvent nous aider, mais il faut garder en mémoire que ces informations proviennent de gens de la parenté qui sont capables ou pas de se souvenir avec précision des faits. Lorsque j’enseignais la généalogie, je disais aux étudiants d’obtenir leur information d’abord de leurs parents et de faire un tableau de famille de façon à ne rien oublier. Trop souvent à mes débuts, je griffonnais des choses sur n’importe quel bout de papier que j’avais sous la main sans méthodologie. En conséquence, j’ai négligé de poser certaines questions pour lesquelles j’aurais maintenant la réponse.

Quand un des mes fils parmi les plus âgés était au collège et qu’il enregistrait ses trouvailles en entomologie sur un ordinateur à cartes perforées, j’ai dit à mon mari que cela serait très utile de faire la même chose avec la généalogie. C’est ce qui arrive maintenant. Je fais cependant très attention aux choses que je prends sur les sites internet, car on manque souvent de preuves.
 
 

QUI T’A PRÉSENTÉ LE FORUM ? Y ES-TU VENUE PAR ACCIDENT ?

Quelqu’un m’a suggéré de joindre le forum vu que j’étais intéressé à la famille Rivard. C’était lors d’une question que j’avais posée dans un forum ou dans un bulletin de généalogie. J’ai malheureusement oublié le nom de cette merveilleuse personne.
 
 

QUEL MEMBRE DU FORUM T’A PARTICULIÈREMENT AIDÉ ET COMMENT ?
 
 

A part cette personne qui m’a suggéré le forum, Mary Ann Mickey, et ceux qui l’ont aidé à mettre sur pied ces informations sur la famille, m’ont particulièrement aidé. Mais j’ai une longue liste de ceux qui m’ont aidé. Et il y a vous tous sur le forum.
 
 

QUELLES AUTRES FAMILLES À PART LES RIVARD CHERCHES-TU ?

Relié à la famille Rivard, je cherche les Dupuis, Wells, Balcom, Spencer, Lancour, Blais, Sweet, Wolcott, Garfield, Sutton, Walker, McClanathan, Nash, Bean, Lyons, DuCate. Il y a aussi les Jackman et Buckindail en Ontario, les Sly au Wisconsin et Minnesota.

CROIS-TU TE RENDRE EN FÉVRIER 2003 À PHŒNIX POUR LA RÉUNION RRV ?

Je ne sais pas encore.

AUTOBIOGRAPHIE

J’ai parlé de mon histoire dans les questions auxquelles j’ai répondu précédemment, mais peut-être que les lecteurs seraient intéressés à connaître un peu de la vie de mes enfants. Cela vous montrerait comment je prenais soin des bébés en aidant les plus vieux dans leurs devoirs. Je jardinais pendant qu’ils jouaient à nommer les capitales des états, je préparais la laine ou le lin pour tricoter pendant qu’ils essayaient de découvrir à quel spectacle de Broadway appartenait cette chanson. Avec un de mes fils, nous tâchions alternativement d’identifier les oiseaux qui passaient. Si l’un de nous manquait, c’était la fin du jeu. Le jour suivant, il avait appris d’autres noms d’oiseaux. Durant plusieurs heures en auto, j’ai récité avec les plus jeunes des comptines. Cela les aidait pour la lecture et l’épellation. Nous chantions souvent ensemble peu importe où nous étions. On récitait les tables de multiplication, les réponses du catéchisme, les prières et les règles de grammaire en travaillant ou en se préparant pour la nuit. Nous avons voyagé souvent avec nos enfants dans notre van à dix-sept passagers. On avait emménagé des places pour loger du matériel. C’était très utile lors des voyages du corps de clairon.

Comme tout mes enfants étaient membre des clubs 4-H, j’ai été impliqué durant 27 ans. J’avais huit de mes enfants qui prenaient des leçons de musique à la même période. Plusieurs d’entre eux faisait parti de la fanfare de l’école. Lois jouait de la flûte dans la Pontiac-Oakland Symphony, puis dans l’orchestre de Toronto en travaillant à Toronto et maintenant dans l’orchestre Macomb Symphony. Elle travaille dans les levées de fonds dans un collège. Plusieurs ont été dans des corps de clairon. Ma fille Janice a eu son commerce de poterie et de poupées, elle enseigne le langage des sourds-muets, Aileen enseigne à l’école secondaire, Béatrice travaille dans une compagnie de protection de l’environnement. Ann, après plusieurs années dans le champ de la médecine, travaille dans le bureau d’une école. Vivian vends des paniers Longaberger et des produits Avon car elle a laissé son travail au palais de justice pour consacrer plus de temps à ses enfants. Myra a un doctorat en chimie et travaille pour les laboratoires Abbott.

L’enfant « aux oiseaux », John, continue d’observer les oiseaux ; il enseigne l’entomologie au collège A & M au Texas. Il a écrit deux bouquins et comme passe-temps il fait de l’aviation. Ray est gérant d’une compagnie de clôtures, Cliff est arpenteur et James possède une compagnie de pièces d’auto. Thomas s’est retiré de l’enseignement au secondaire et comme entrepreneur d’électricité. Il est maintenant décédé. Kenneth était électricien et il est décédé. Vernon est ingénieur électrique. Il a travaillé durant des années à la logistique dans le transport et Robert travaille à l’installation de l’électricité pour Tyco.

Je crois qu’il est évident que je suis intéressé à plusieurs genre d’activité. J’ai toujours été présente pour mes enfants pour leur enseigner, leur donner des conseils, les aider avec leurs problèmes quotidiens, leur donner un coup de main. J’ai pleinement joui du temps passé avec eux. J’ai 48 petits-enfants ayant chacun leur centre d’intérêt et neuf arrières-petits-enfants. Je suis très d’eux tous.

J’ai pratiqué plusieurs métiers et différents travaux à l’aiguille, je suis tisserande par nature et je possède cinq grands métiers à tisser et plusieurs petits. Je fais des tapis et des afghans. J’ai appris ce métier enfant dans la prairie. J’ai aussi appris à faire des édredons et aujourd’hui mes filles, mes brus et mes petites-filles se joignent à moi pour faire des édredons. J’aime décorer et faire des rideaux, de la peinture, bref tout ce qui décore la maison. J’ai voyagé en Allemagne, en Suisse, au Luxembourg, (un de mes ancêtres vient de là), en Autriche, en Angleterre, en Écosse, et beaucoup au Canada et aux Etats-Unis. J’aimerais bien aller en Irlande et en Alaska et retourner au Québec pour voir les endroits où vivait notre famille. Je lis quand j’ai le temps, surtout en histoire, mais aussi des choses plus légères que je garde près de mon lit pour m’aider à m’endormir. J’aime bien ces échanges de courriel avec mes amis et ma parenté. _Nina Mary Jackman. 

****************
SOMEWHERE IN TIME

By Jim Rivard

That Cecile would be the last one of the family to stay in the stone cottage along the Chemin du Roi was fortuitous. She had not married and when her father and mother were gone she stayed on with her brother Narcisse. They had farmed the land until age caught up with them and eventually they sank in their doting age. Narcisse the older sibling passed on in 1971.

At age 23, Cecile had fallen in love. This was in 1915 and she was then a bright well-educated young lady as well as a gifted pianist. She had been taught by the excellent ladies of the Congregation of Notre Dame in Deschambeault. Her suitor a certain M. de Granmont was a charming man but he had a strong liking for the bottle. The very day before the wedding, Narcisse had put his foot down and refused outright to give his sister's hand in marriage and that is how she remained a spinster.

Her forefather, Pierre Rivard Sieur de Lanouette, captain of militia had acquired the property in March of 1702. The land was granted to him by no less than Mme. de la Pérade whose maiden name, Madeleine de Verchères, has been immortalized. This good lady gave the property outright to the worthy Captain Pierre who no doubt had agreed to render services to the Seigniory of La Pérade. Directly across the Chemin du Roi was the common where the farmers brought their cattle to feed. Each farmer had the right to a piece of the pasture. Some supervision was required and this was one of the many duties of a captain of militia.

Three hundred years later, a small group of descendants of Pierre Rivard, Sieur de Lanouette along with other Rivards sat down to have dinner in a Bed and Breakfast known as l'Arrêt du Temps. (The only translation to do justice to that name would be « Somewhere in Time ». They were in fact breaking bread in the very room where Cecile and Narcisse had lived their lives and before them their father and mother and their forefathers as far back as 1702. 

It was a joyous occasion but also there was an unmistakable feeling of reverence. The room, which contained some pieces of furniture from the 17th Century practically, breathed the presence of 10 generations of Lanouettes. You could almost see them sitting near the great hearth, enjoying a cup of Caribou and recounting the fabulous tales of the Rivards who by then were travelling as far as the Great Lakes and exploring the Mississippi.

Just before the meal, our hosts had shown us the upstairs of the house that has been modernized, except for an extraordinary loft where a miracle had happened! For 300 years, through famines, fires, earthquakes and war, the Lanouettes had piled on their antiques in this unused part of the house, almost as if they never threw anything away! One very special item was an elegant travelling trunk which according to an expert, may well be from the 17th Century. And then, I saw a very odd object that I will attempt to describe. Imagine two boards, shaped like water skis with ropes to place your feet in. This quaint piece of equipment was known as `raquette à bécosse' (snow shoes to go to the outhouse)! One can imagine these boards left casually near the door and the trek on a cold winter night to the outhouse surrounded by snow banks! More surprises were in store for us. We learned that our hosts had found a chest full of documents dating as far back as the 17th Century. Closer to us, Cecile had left us a very personal treasure: The trousseau she had lovingly prepared for her cancelled wedding is still intact!

Some of you might have surmised that the « small group of descendants » were none others than the executives of the A.I.F.R. Amongst them were our webmaster Réal Lanouette who initiated the visit and André Dufresne who will have the documents copied. All of us are still under the spell of « Somewhere in Time ». Of course, we are going back to get more acquainted with the Lanouettes of yore and if Jan invites me, I will share our discoveries with you.

Jim Rivard

Publicity Director

A.I.F.R.

WHEN TRAVELLING IN QUEBEC

« L'Arrêt du Temps » has already received several awards for its cuisine. The three bedrooms have retained their 17th century flavor and are quite comfortable and attractive. If you are coming from Montreal on highway #40, you take exit #236 to Ste-Anne de la Pérade. From there, you go east on the Chemin du Roi (Hwy. #138) for 2.5 kilometers. «L'Arrêt du Temps » is on the left side of the road. Reservations are necessary. Your hosts, Serge Gervais or René Poitras are there to welcome you and to tell you all about Cecile and the Lanouettes.

If you are visiting in Quebec, make sure that you make a stop or have a meal at « L'Arrêt du Temps ». It might well become the most rewarding part of your voyage.

« L'Arrêt du Temps » 

965 boul. de Lanaudière 

Chemin du Roy (Hwy. #138) 

Ste-Anne de la Pérade

Tel : (418) 325-3590

Fax : (418) 325-3590

E-mail : arretdutemps @globetrotter.net

Web site : laperade.qc.ca/arretdutemps.net 

G0X 2J0

L'ARRET du TEMPS

Traduit par André Dufresne

C'est un peu par hasard que Cécile se trouva être la dernière de la lignée à habiter la vieille maison de pierre le long du Chemin du Roi. Elle ne s'était jamais mariée et au décès de ses parents, elle était demeurée dans la maison paternelle avec son frère Narcisse. Ils avaient continué à cultiver la terre ancestrale jusqu'à ce que leur âge avancé les contraigne à arrêter. Narcisse, l'aîné, est décédé en 1971.

Cécile avait été amoureuse à 23 ans. C'était en 1915. Elle était alors une brillante jeune femme pourvue d'une solide instruction et une admirable pianiste. Elle avait étudié auprès des soeurs de la Congrégation de Notre-Dame à Deschambault. Son prétendant, un certain monsieur de Grandmont, était un homme charmant mais un peu porté sur la dive bouteille. La veille de la noce, Narcisse s'était opposé au marriage et avait refusé d'accorder à de Grandmont la main de sa soeur. C'est ainsi qu'elle devint vieille fille.

Son aïeul, Pierre Rivard sieur de Lanouette, capitaine de milice, avait acquis cette propriété en mars 1702. Il tenait cette terre de la main même de Madame de la Pérade, passée à l'histoire et mieux connue sous son nom de jeune fille, Madeleine de Verchère. La seigneuresse en avait fait don au capitaine Pierre qui, sans nul doute, s'était engagé à se mettre au service de la seigneurie de La Pérade. De l'autre côté du chemin se trouvait la commune où les fermiers amenaient pacager leurs bêtes. Chacun avait le droit d'utiliser une parcelle de la commune à cette fin. Il revenait au capitaine de milice de faire en sorte que tout se passe sans anicroche.

Trois siècles plus tard, un petit groupe de descendants de Pierre Rivard, sieur de Lanouette et d'autres descendants de la famille Rivard se sont réunis pour un bon repas dans un gîte du passant nommé L'Arrêt du Temps. En fait, ces agapes avaient lieu dans les lieux mêmes où Cécile et Narcisse avaient passé toute leur vie, tout comme leurs ancêtres et les ancêtres de leurs ancêtres, jusqu'en 1702.

Si l'occasion était joyeuse, elle était aussi imprégnée d'un profound respect. On pouvait presque sentir dans la pièce garnie de meubles du 17e siècle, la présence de 10 générations de Lanouette. On les imaginait sans peine assis autour du feu qui grondait dans le foyer, sirotant leur verre de caribou tout en se racontant les histoires fabuleuses des Rivard qui voyageaient jusqu'aux Grands Lacs et qui exploraient le Mississippi.

Tout juste avant le début du repas, nos hôtes nous avaient fait visiter les lieux, quelque peu modernisés sauf pour le grenier, où un vrai miracle s'était produit! Durant 300 ans, à travers les famines, les guerres et les incendies, les Lanouette y avaient accumulé leurs vieux objets, comme s'ils ne se débarrassaient jamais de rien.! D'un intérêt tout particulier y trônait un très vieux coffre que des experts estiment remonter au 17e siècle. J'y ai aussi vu un objet que je vais maintenant tenter de vous décrire. Imaginez deux planches ayant grossièrement la forme de skis aquatiques, traversées par une corde destinée à y mettre les pieds. Cet objet rarissime, c'est une paire de "raquettes à bécosse"! On peut imaginer cette paire de raquette, appuyée contre la chambranle de la porte et le trajet sur la neige, par une froide nuit d'hiver, jusqu'à la bécosse entourée de neige! Mais d'autres surprises nous étaient réservées. Nos hôtes nous apprirent que lorsqu'ils avaient trouvé le vieux coffre, il était rempli de vieux documents remontant jusqu'au 17e siècle. Et plus près de nous, Cécile nous avait conserve intact un autre trésor: son trousseau, préparé avec amour pour sa noce qui n'avait jamais eu lieu.

Vous avez peut-être deviné que ce petit groupe de descendants Rivard était formé de nul autre que des membres du conseil d'administration de l'A.I.F.R. Parmi nous, notre webmestre Réal Lanouette, organisateur de cette visite et André Dufresne, qui verra à faire des copies des documents. Nous sommes tous encore sous le charme de l'Arrêt du Temps. Bien sûr, nous avons la ferme intention d'y retourner afin de mieux connaître les Lanouette de jadis et si Jan m'y invite, je partagerai nos découvertes avec vous.

Jim Rivard

directeur des relations publiques

A.I.F.R.

POUR VISITER "L'ARRET DU TEMPS"

"L'Arrêt du Temps" s'est déjà mérité plusieurs récompenses pour la qualité de sa cuisine. Les trois chambres ont encore le cachet du 17e siècle. Elles sont jolies et confortables. Venant de Montréal par l'autoroute 40, il vous faut prendre la sortie 236 vers Saint-Anne-de-la-Pérade, puis le chemin du Roi (route 138) vers l'est sur 2,5 kilomètres. "L'Arrêt du Temps" est à votre gauche. Vos hôtes, Serge Gervais et René Poitras vous y accueilleront et vous parleront volontiers de Cécile et des Lanouette.

Si vous visitez le Québec, faites le détour et arrêtez-vous à "L'Arrêt du Temps' pour un bon repas. Cela pourrait bien être le clou de votre voyage.

« L'Arrêt du Temps » 

965 boul. de Lanaudière 

Chemin du Roy (Hwy. #138) 

Ste-Anne de la Pérade

Tel : (418) 325-3590

Fax : (418) 325-3590

E-mail : arretdutemps @globetrotter.net

Web site : laperade.qc.ca/arretdutemps.net 

G0X 2J0

******************
EARLY LEGENDS & FOLKLORE 
 
 

Bits of History That Would Make a Fit Setting for a Historic Pageant of Great Interest.

(By C. V. Porter) _ June 23, 1926 _ 

Madison Historical Library, Madison, WI

Part One:
 
 

I have long contemplated gathering together all the legends, stories, bits of history concerning the old Dousman chateau, and weaving it together into one story with the events which have taken place around it. Do you know that little island is one of the most historic spots in all Wisconsin? If Marie Hofer could create a pageant and bring together all the wild scenes, and events which have taken place there in the past 200 years and have them acted properly in an eight hour pageant it would draw a crowd of people as great as attended in one day the famous Passion Play at Oberammergau. It was in 1680 that Father Hennepinn left La Salle near Peoria and with a companion paddled up the great river past the large mound upon which was built the Dousman mansion, he being the first white man to go up the river about the Prairie. Reaching the great falls he named them after his patron Saint, Anthony, the name they still bear. Taken prisoner by the Sioux, he was held in Duluth, coming across from Lake Superior to the Mississippi found him, ransomed him and the two went down the river past Prairie des Chiens and up the Wisconsin River to Green Bay.
 
 

Marquette and Joliet had in June 1673 gone down the Wisconsin and down the Mississippi to the Arkansas river, but had I believe not come above the mouth of the Wisconsin. How do we know these men reached the mouth of the Arkansas river? Marquette made a very accurate map of their travels of the river and the mouths of its tributaries giving the latitude very correctly. He wrote a fine beautiful hand. He must have carried a quadrant or sextant to determine the latitude of each place. That map and Marquette's "Relation" are preserved in St. Mary's Institute at Montréal and were shown at the St. Louis Exposition. Fifty years ago Editor B. J. Castle said to me as we entered Prairie du Chien, "this place is as old as Philadelphia." He probably referred to the establishment of Perrot's "Fort St. Nicholas," built in 1685 below or above the mouth of the Wisconsin. Our historians Draper Bulter and Butterfield published in Volume 10 of our "Collections" learned essays on the old French Fort, below your upper town. One fact the three agreed upon is that in June 1780 Charles De Langlade with a party of Indians was guarding a log house in lower town in which were stored 360 packs of furs. Three hundred packs were taken out and sent by boat to Mackinaw and sixty of the poorer packs were burned to prevent the Americans from Cahokia or the Spanish from St. Louis from coming up and taking them. Who was Charles De Langlade? One of the great half-breed commanders of the Indians of the great northwest during the French and Indian war and our Revolution.
 
 

He and Augustin De Langlade, his father were the founders of the first permanent white settlement in Wisconsin. Augustin was born in France in 1695; his family was of the nobility and had their castle. At Mackinac he married a sister of the head Ottawa chief. Charles De Langlade was born near Mackinaw in 1724. In 1745 father and son settled in Green Bay, the father as Indian trader and the son as Indian Agent.

*NOTE: The above paragraph is not quite accurate, but then that is often times found in old newspaper articles that haven't been thoroughly researched. Augustin De Langlade was born September 16, 1703 in Trois-Rivières, Quebec. Trois-Rivières was also the birthplace of both of his parents, Pierre Mouet de Moras and Elizabeth Jutras. Augustin was the great grandson of Pierre Esprit Radisson. Augustin's wife, Domitelle (8Kabe) was the widow of Daniel Villeneuve. They had six children together before his death and her remarriage. 

In 1764 the French and Indian War began against England, and her colonies. Augustin Grignon, a grandson of Charles De Langlade, in Volume 3 of our "Collections" gives 90 pages of the richest historic material we have of Wisconsin. He says, "The first service of my grandfather that I remember in this war was to raise the tribes of the northwest. I think the Ottawas, Chippewas, Menominee's, Winnebagos, Pottawattamies, Hurons, and perhaps others and repair with their chiefs to Fort Duquesne (Pittsburgh) for its defense against the English and also to carry the war against the frontier settlements and forts of the British colonies; this was in 1765. The number of French and Indian allies was not far from 1500. My strong impression is that nearly all of the Indian force was composed of the bands led by my grandfather, the Sieur Charles De Langlade.

Upon their arrival at Fort Duquesne, spies were sent out to discover the enemy's approach and they soon returned reporting that Braddock's army was within a half day's march of the Monongahela, cutting a road as they advanced.

It was determined that M. Beaujeu with what French could be spared from the fort, and the Indian forces under De Langlade should go out and meet the enemy at the Monongahela and attack them while they were crossing the stream.

The English got to the south bank of the river about noon, halted, and prepared for dinner, while the French and Indians were secreted on the opposite side of the shore. De Langlade went to Beaujeu and told him no time should be lost, but that the attack should be at once commenced. Beaujeu made no reply. De Langlade called the chiefs together and desired them to go to Beaujeu and demand orders to commence the battle. No reply was made. De Langlade went again and said to Beaujeu that if fighting was to be done, then was the time to do it while the English were eating and their arms laid aside, or while attempting to cross the river; and that the English were too powerful to be met in open battle. Beaujeu disheartened at the strength of the English gave orders to attack. The English with their little white towels pinned to their breasts seized their arms and attacked, and many of them were killed with these napkins still pinned on their coats, showing how suddenly they rushed into battle. The English on the lower ground overshot the French and their cannon balls would strike the trees half way up among the branches. Beaujeu was killed but the French and Indian loss was small. Those killed and injured were mostly hurt by the falling branches from the trees caused by English cannon balls. The English, defeated with heavy loss (977 out of 1459 were killed or wounded, a loss of 66%). De Langlade's attention was turned to searching the immense stores, for all the liquors, which were spilled upon the ground. The British officers were superbly clothed and their clothing and equipment were objects of interest to the Indians. The French too robbed the English dead.

LÉGENDES ANCIENNES ET FOLKLORE

Traduit par Alain Gariépy

Quelques anecdotes qui pourraient se transformer en un pageant historique de grand intérêt

(Par C.V. Porter) – le 23 juin 1926 –

Madison Historical Library, Madison, WI

Première partie
 
 

J’ai longtemps jonglé avec l’idée de joindre ensemble toutes les légendes, les histoires, les anecdotes concernant le vieux château Dousman en une seule histoire concernant les événements qui se passèrent dans son entourage. Saviez-vous que cette île est un des endroits les plus historiques du Wisconsin ? Si Marie Hofer pouvait créer un pageant et réunir tous les exploits et les événements qui ont pris place durant les 200 dernières années et qu’ils seraient joués sur scène d’une manière habile dans un pageant de huit heures, cela pourrait attirer autant de monde que la célèbre représentation de la Passion à Oberammergau. En 1680, le Père Hennepin avait laissé La Salle près de Peoria et avec un compagnon il remonta la grande rivière, passa près de la colline sur laquelle fut bâtie la grande maison Dousman. Il devenait le premier Blanc à remonter la rivière. Il arriva près des grandes chutes qu’il baptisa d’après son patron Saint Antoine, nom qu’on utilise encore aujourd’hui. À Duluth, il fut fait prisonnier par les Sioux qui le rançonnèrent, puis arrivant du Lac Supérieur vers le Mississippi, il se rendit jusqu’à Prairies des Chiens et par la rivière Wisconsin jusqu’à Green Bay.

En juin 1673, Marquette et Joliet avaient descendu la Wisconsin et le Mississippi jusqu’à la rivière Arkansas, mais ne s’étaient pas rendus jusqu’à l’embouchure de la Wisconsin je crois. Comment savons-nous que ces hommes se rendirent jusqu’à l’embouchure de la rivière Arkansas ? Marquette fit un tracé très précis de leur voyage sur cette rivière, marquant tous les confluents et donnant de façon exacte la latitude. Il avait une belle main d’écriture. Il avait probablement dans ses bagages un quadrant ou un sextant permettant de déterminer la latitude de chaque endroit. Cette cartographie et les « Relations » de Marquette sont conservées à l’institut Sainte-Marie à Montréal et on les a montrées lors de l’exposition de Saint-Louis. Il y a cinquante ans, l’éditeur B. J. Castle m’a dit en entrant à Prairie du Chien, « cet endroit est aussi vieux que Philadelphie. » Il pensait probablement à l’établissement de Perrot « Fort Saint-Nicolas », bâti en 1685, à l’embouchure de la Wisconsin. Nos historiens Draper, Butler et Butterfield ont publié dans le volume 10 de notre « Collections » de magnifiques essais sur ce vieux fort français, situé au-bas de votre ville. Les trois sont d’accord, en juin 1780, Charles Langlade avec un groupe d’indiens gardaient une cabane en bois rond dans laquelle il y avait 360 paquets de fourrures. On en transporta 300 en bateau à Mackinaw et on brûla les soixante autres de moins bonne qualité afin que les Américains de Cahokia ou les Espagnols ne s’en saisissent pas. Qui était Charles Langlade ? Un des plus grands commandant métis des Indiens du Nord-ouest durant les guerres avec les Français et les Indiens et durant notre révolution.

Il fonda avec son père Augustin De Langlade, le premier peuplement blanc du Wisconsin. Augustin était né en France en 1695 d’une famille noble qui possédait son château. À Mackinac il épousa la sœur du chef des Outaouais. Charles De Langlade naquit près de Mackinac en 1724. En 1745, le père et le fils s’installèrent à Green Bay, le père comme marchand et le fils comme agent des Indiens.

*NOTE : Le paragraphe ci-haut n’est pas tout à fait exact, comme c’est souvent le cas dans les articles de journaux où on a fait une recherche incomplète. Augustin De Langlade est né à Trois-Rivières, Qc, le 16 septembre 1703. C’est également le lieu de naissance de ses deux parents, Pierre Mouet de Moras et Elisabeth Jutras. Augustin était l’arrière-petit-fils de Pierre Esprit Radisson. L’épouse de Augustin, Domitelle (8Kabe), était la veuve de Daniel Villeneuve. Ils ont eu six enfants avant son décès et le remariage de Domitelle.

En 1764 commença la guerre entre les Français et les Indiens contre l’Angleterre et ses colonies. Augustin Grignon, le petit-fils de Charles De Langlade, dans le volume 3 de notre «Collections» a écrit 90 pages qui forment le matériel historique le plus riche que nous ayons au Wisconsin. Il dit : « Le premier service que rendit mon grand-père durant cette guerre, en autant que je me rappelle, fut de soulever les tribus du Nord-Ouest. C’était, je pense, les Outaouais, les Chippewas, les Menominees, les Winnebagos, les Pottawattamies, les Hurons et d’autres. Il répara avec les chefs le fort Duquesne (Pittsburgh) pour se défendre contre les Anglais, il prépara des attaques sur les villages près de la frontière et les forts des colonies britanniques. C’était en 1765. Les Français et leurs alliés indiens formaient une troupe d’environ 1500 hommes. Il semble que presque toutes les forces indiennes étaient composées de bandes dirigées par mon grand-père, le Sieur Charles De Langlade.

A leur arrivée au Fort Duquesne, on envoya des espions afin de voir où était l’ennemi. Ils revinrent bientôt et rapportèrent que l’armée de Braddock était à une demi-journée de marche de Monongahela et elle coupait la route en avançant.

On décida que Beaujeu avec les Français, dont on pouvait se passer dans le fort, et les Indiens sous le commandement de Langlade devait aller au-devant de l’ennemi et attaquer lorsqu’il devrait traverser le cours d’eau

A midi, les Anglais étaient sur le côté sud de la rivière. Ils s’arrêtèrent et préparèrent le dîner. Les Français et les Indiens se tapirent silencieusement de l’autre côté. De Langlade vint voir Beaujeu et lui dit qu’il ne fallait pas perdre de temps et qu’on devait attaquer immédiatement. Beaujeu ne répondit pas. De Langlade appela les chefs et les envoya vers Beaujeu afin de demander les ordres pour le début de la bataille. Il n’y eut pas de réponse. De Langlade revint voir Beaujeu et lui dit que si la bataille devait avoir lieue, c’était le temps pendant que le repas des Anglais avec leurs armes à leur côté ou encore pendant qu’ils traversaient la rivière car ils étaient trop puissants pour être affrontés dans une bataille ouverte. Beaujeu, découragé par la force des Anglais, donna l’ordre d’attaquer. Les Anglais, la serviette de table blanche nouée autour du cou reprirent leurs armes et attaquèrent. Plusieurs furent tués avec leur serviette encore autour du coup démontrant la vitesse avec laquelle ils prirent part à la bataille. Les Anglais, en contrebas, envoyaient leurs obus au-dessus des Français et plusieurs fracassèrent les branches des arbres. Beaujeu fut tué mais les pertes du côté des Indiens et des Français furent minimes. Les morts et les blessés le furent par les branches d’arbre qui tombaient des arbres sous la force des obus anglais. Les Anglais furent défaits, leur pertes énormes (977 des 1459 furent tués ou blessés soit 66%). De Langlade mis son attention à la recherche des magasins et fit répandre sur le sol toute la boisson. Les officiers britanniques portaient de beaux vêtements, leurs habits et leur équipement furent l’objet de l’intérêt des Indiens. Les Français détroussèrent également les Anglais qui étaient morts. 

SUITE LE MOIS PROCHAIN

 
By Marlyss Hernandez

There were 382 messages that went across the forum this month. Many dealt with our new format of having the English on the right side and the French on the left side of our monthly newsletter. Some cousins had problems receiving the graphics in the new format and others got the newsletter with the graphics in the wrong places. Some were not able to receive it at all. So we hope that this month we will have fewer problems in posting it in the side by side format as an email instead of as an attachment.

We welcomed two of the nine new members who joined the forum and identified themselves for us. One was Tom Carpenter, a Baptist minister. Tom lives in Alexandria, LA. His Rivard family comes from the Missouri area. We also welcomed Charli, who wishes to read on the web only and not get the numerous daily emails. We now have a total of 323 cousins on our forum.

OBITS:

Henri just keeps those obituaries coming. He sent over 70 to the forum, including one for Claude Rivard, whom many of us met at the rendezvous in Batiscan and Three Rivers in July of 2000.

CONDOLENCES AND PRAYERS:

  • To Mariam Barnes and her sister, Linda, on the death of her sister's husband, Wayne Kennedy.
  • To Dave and Mary Ann Mickey for the recovery of Dave after a near death experience.
BIRTHDAY WISHES:
      • Peggy Lacourciere on Feb. 19
      • Lorraine Naze on Feb. 20 
      • Nickie Cheney on Feb. 25
THINGS THAT WE LEARNED:
  • That a video of John T. Rivard's voyageur presentation is available from L. Monty Carlson, 1604 Kilmer Ave., St. Louis Park, MN 55426. The cost is $20.
  • That we can get free downloads from kazza.com
  • That www.madigansbooks.com has many different family history books.
  • That http://home.earthlink.net/~genlbooks/referral.htm is another good place to look for information.
  • That the AIFR web site at www.iquebec.com/Rivards had more than 16,000 visitors in its first year online. It has exceeded more than 2000 visitors a month. You are doing a great job with that site, Réal.
  • That Mary Ann is working on the posting of past forum newsletters to our site www.geocities.com/Heartland/Flats/1865/Newsletters/news.html. 
  • That good information on the 1930 census release and finding aids is available at http://merrimack.nara.gov/genealogy/1930cen.html
  • That Peggy is still having problems with her server and getting duplicate messages.
  • That the National Archives have listed the casualties from the Korean and Vietnam Conflicts.
  • That the Minnesota Historical Society has a Death Certification Index from 1908 to 1955.
  • That on Wednesday, Feb. 20 at 8:02 PM for 60 seconds, onlly, the time read in perfect symmetry. 2002, 2002, 2002 or 20:02, 20/02, 2002. A similar occurrence will come in 2112 on Dec. 21 at 12 past 9 PM when the time will be 21:12, 21/12, 2112.
  • That there is a Rivard Granite Co., Inc. in Barre, VT.
  • That Ernest Lavigne, Jr. owns Riverton Memorial, Inc. in Northfield Falls, VT.
  • That $11.04 in US dollars is about $17.80 in Canadian money.
INQUIRIES:

Julia is looking for the parents of Catherine, the Osage, who married Joseph Revard. The parents of this couple have been an ongoing search for many cousins for some time. We still do not have the answer to this one.

Helen was looking for a URL for the St. James Catholic Church in Riverton, Ill. Nickie came through with the answer for her.

Larry's question about unresolved problems with church records sparked quite a discussion on the problems and benefits of researching church records. Some helpful tips that were given were: always send a donation with your request; be specific in your request; keep on trying if you don't succeed in the beginning.

A discussion on how and where to get burial information was a spin off of the discussion about church records. If a church doesn't have the burial records, chances are that the cemetery caretaker or the funeral home will have some type of record. Problems sometimes arise when one relative is buried above another or if the relative is buried in another plot owned by someone else.

Bayou St. John and Nicolas' youngest son, Antoine, again became the topic of discussion. Marlyss posted several pictures of the bayou today and what was once Antoine's land in New Orleans. She will be going back to New Orleans the end of April to meet a direct descendant of Antoine's and hopes to find more information about him.

Lucien Rivard's criminal activities, imprisonment and escape once again appeared on the forum. One article said he recently died, on Feb. 3, 2002. Hopefully, an obit will be found that will list the names of his parents because at this time we do not know who they were.

GOOD NEWS:

Cindy L. found information on Michael Burton that she's been seeking. His birth name was Steven Michael Burton. She now has his correct name and date of birth.

Chris Scott visited her grandmother and got a photo of Albina Loranger that she shared with us. She also got a photo of Albina's son and two of his children.

THAT'S IT FOR THE FORUM TOPICS AND HIGHLIGHTS FOR THIS MONTH. MAY ALL YOUR SEARCHES BRING YOU GREAT REWARDS.

Traduit par Alain Gariépy

382 messages sont passes sur le forum Durant ce mois. Plusieurs avaient trait au nouveau format du bulletin: l’anglais sur un côté et le français sur le côté gauche. Plusieurs cousins ont des problèmes à recevoir les pictogrammes du nouveau format et d’autres ont reçu le bulletin avec les pictogrammes à la mauvaise place. D’autres n’ont rien reçu. Souhaitons que ce mois-ci, on ait moins d’ennui en envoyant le bulletin avec ce format côte à côte sans que ce soit un attachement.

Bienvenue à deux des neuf nouveaux membres qui se sont joints au forum et qui se sont identifiés comme tel. Le premier est Tom

Carpenter, un ministre baptiste. Tom demeure à Alexandria, Louisiane. Sa famille Rivard vient du Missouri. Bienvenu également à Charli, qui ne désire pas recevoir tous les courriels. On a maintenant 323 cousins qui sont membres du forum.

AVIS DE DÉCÈS :

Henri continue à nous envoyer les avis de décès. Il en a envoyé 70 au forum dont l’un concernait Claude Rivard que plusieurs d’entre nous avons rencontré à Batiscan lors du Rendez-vous de juillet 2000.

CONDOLÉANCES ET PRIÈRES :

· À Mariam Barnes et à sa sœur, Linda, à l’occasion du décès de leur beau-frère, Wayne Kennedy.

· À Dave et Mary Ann Mickey pour le rétablissement de Dave qui a faillit mourir.

VŒUX DE BONNE FÊTE :

Peggy Lacoursière le 19 février

Lorraine Naze le 20 février

Nickie Cheney le 25 février

ON A APPRIS QUE :

Ø L. Monty Carlson vend, au coût de $20, le vidéo de la

Conférence sur les voyageurs de John T. Rivard. L’adresse de Monty est : 1604 Kilner Ave. , St.Louis Park, MN 55426.

Ø Des logiciels gratuits sont disponibles à kazza.com.

Ø Plusieurs livres d’histoire de famille disponibles à www.

Madigansbooks.com.

Ø Une autre bonne place pour l’information à : http://home.earthlink.net/~genlbooks/referral.htm.

Ø Le site web de l’AIFR : http://www.iquebec.com/Rivards a reçu plus de 16,000 visiteurs à sa première année. C’est plus de 2,000 visiteurs par mois. Quel travail extraordinaire tu fais, Réal !

Ø Mary Ann travaille actuellement à mettre sur notre site tous les anciens bulletins mensuels parus. Notre site est à :

Http://www.geocities.com/Heartland/Flats/1865/Newsletters/news .html.

Ø De l’excellente information sur le recensement de 1930 est

Disponible à : http://merrimack.nara.gov/genealogy/1930cen.html

Ø Peggy a toujours des ennuis avec son serveur et continue de

Recevoir ses messages en double.

Ø Les Archives Nationales ont donné une liste des décès lors

des guerres du Vietnam et de Corée.

Ø La Société d’histoire du Minnesota possède un index des

décès de 1908 à 1955.

Ø C’est seulement le mercredi 20 février à 20 :02, qu’on pouvaitlire la date et l’heure en parfaite symétrie. 20/02/2002 :20h02. Ce phénomène se reproduira le 21 décembre 2112 à 21h12 soit le 21/12/2112 :21h12.

Ø Il existe une compagnie qui porte le nom ; Rivard Granite Co. Inc. à Barre, Vermont.

Ø Ernest Lavigne est le propriétaire de Riverton Memorial, Inc. à Northfield Falls, Vermont.

Ø $11.04 Us valent $17.80 CND.

QUESTIONS :

Julia recherche les parents de Catherine, l’Osage, qui s’est mariée à Joseph Rivard. Plusieurs cousins font actuellement des recherches sur les parents de ce couple. On n’a pas encore solutionné ce mystère.

Helen recherche le site de l’église catholique Saint-Jacques à

Riverton, Illinois. Nickie a trouvé la réponse.

Une question de Larry au sujet d’ennuis à recevoir une réponse des paroisses a généré toute une discussion à ce sujet. Voici certains tuyaux qui furent donnés à cette occasion : toujours envoyer une obole lorsqu’on fait une telle demande, être très précis lors de la demande, être persévérant même si on ne réussit pas au début.

Comment et où trouver l’information au sujet des inhumations ? La discussion au sujet des archives d’église a dévié sur ce sujet. Si une paroisse n’a pas d’information au sujet d’une sépulture, il y a des chances que l’information soit au cimetière ou chez le directeur de funérailles. L’ennui c’est que parfois un parent est enterré par-dessus un autre ou encore le parent est enterré dans le lot d’une autre personne.

Un autre sujet de discussion : Bayou Saint-Jean et le plus jeune fils de Nicolas, Antoine. Marlyss a envoyé plusieurs photos du bayou tel qu’on le voit aujourd’hui et ce qui était la terre d’Antoine à la Nouvelle-Orléans. Elle doit retourner à Nouvelle-Orléans pour rencontrer un descendant d’Antoine et espère bien trouer plus d’information à son sujet.

On a parlé encore une fois des activités criminelles, de l’emprisonnement et de l’évasion de Lucien Rivard. Les journaux ont fait part de son décès le 3 février 2002. On espère bien trouver un avis de décès qui donnerait le nom de ses parents qui en ce moment sont inconnus.

BONNES NOUVELLES :

Cindy L. a trouvé l’information qu’elle recherchait sur Michael Burton. Son nom à la naissance était Steven Michael Burton. Elle a Maintenant son vrai nom et sa date de naissance.

Chris Scott a visité sa grand-mère et elle a eu la photo de Albina

Loranger qu’elle a montré sur le forum. Elle a eu également la photo du fils de Albina et de deux de ses enfants.

VOILÀ C’EST TOUT SUR LE FORUM. SOUHAITONS QUE VOS RECHERCHES VOUS COMBLENT.

 

CHAT NEWS & TOPIC HIGHLIGHTS

By Jan Dorn

When I began putting the chat news in order on the 27th of February 539 messages had been posted and they were still coming in. Among these 539 + messages were oodles of cute jokes, Dottie's famous Dijano, birthday & Valentine Day wishes, recipes, helpful hints from Peggy, photos and just plain chatter to put a smile on your face after a stressful day. After having a very stressful week at my house I certainly found solace in the majority of the light playful banter of the 32 Rivard cousins on the Chat Forum. 

A VERY SPECIAL BIRTHDAY PRESENT _ Nickie received a very special birthday present this year when she was given encouraging news about her grandfather's health. Some of you may recall that last month we reported her grandfather, Louis Rivers Sr, had been diagnosed with an in operable colon cancer. He has started chemo/radiation therapy and after extensive tests the doctors have found the cancer is limited to just his colon. They also believe that it was caught early enough that surgery will removed it. As Nickie says, " This just goes to prove how the power of prayer does produce miracles. 

CREATIVE COUSINS _ The cousins, being the playful bunch they are, even created their own "round robin" fairy tale this month. This tale featured a sweet little French Poodle and a creative sexy young Taco Bell Chihuahua who was the owner of a red 57 Chevy convertible. As this love story grew (each person adding his or her two cents) we found out that the Taco Bell Chihuahua had been raised and educated on the French Riviera. I'm not at liberty to reveal the ending to this love story, but anyone brave enough to wander through those 539 messages in the Chat Archives will find the answer there. 

PHOTOS : There were a number of photos, as well as, cartoon jpgs that were posted on the Chat this month:

NOUVELLES DU CLAVARDAGE

Traduit par Alain Gariépy

Quand j’ai commence ma chronique le 27 février, il y avait eu 539 messages et ils continuaient à arriver. Parmi ces messages, il y avait plusieurs farces, le fameux Dijano de Dottie, des souhaits de bonne fête et de Saint-Valentin, des recettes, des tuyaux de Peggy, des photos et des messages pour vous mettre en train après une journée stressante. Après une semaine très difficile chez moi, ce fut un soulagement de lire ces joyeux messages pleins de gouaillerie de la part des 32 Rivard membre du chat.

UN PRÉSENT D’ANNIVERSAIRE TRÈS SPÉCIAL … Nickie a reçu un présent très spécial à son anniversaire lorsqu’elle a reçu de bonnes nouvelles sur la santé de son grand-père. Certains se rappelleront qu’on avait diagnostiqué un cancer du côlon à son grand-père, Louis Rivers Sr. Après avoir commencé des traitements de chimio et de radio-thérapie, les médecins après plusieurs examens ont trouvé que le cancer s’était limité uniquement à cet endroit. Ils croient également l’avoir détecté à temps de sorte que la chirurgie a permis de l’enlever complètement. Comme le disait Nickie, « Cela prouve le pouvoir de la prière qui peut produire des miracles. »

DES COUSINS TRÈS CRÉATIFS … Les cousins, un joyeux groupe d’amateurs de jeux, ont même créé une histoire à la ronde ce mois-ci. Ce conte mettait en vedette un joli petit French Poodle et un Taco Bell chihuahua sexy et créatif, propriétaire d’une Chevy ’57 convertible. A mesure que cette histoire d’amour se développait (chaque membre ajoutant son morceau) on a découvert que le chihuahua avait été élevé et eduqué sur la Riviera française. Je ne puis vous révéler la fin de cette histoire, mais les braves qui le désirent pourront passer à travers les 539 messages dans les archives pour trouver la réponse.

PHOTOS … Plusieurs photos et caricatures ont été affichés sur le chat durant le mois.

 

 

ZA SHARIF TAMAL _ Some of you may recall Marlyss telling us that she hadn't been getting much sleep of late. The reason behind her sleepless nights (at least this is what she told us) was the pending birth of a new colt. Actually, she was hoping for a filly, but decided she'd keep the colt because she couldn't send it back. She did tell us that some of his excess plumbing would have to be removed after a year. She didn't give me a reason why though! 

CATCH OF THE DAY _ Peggy shared a few photos taken on their recent vacation in Mexico. One of these photos was of Jacques with the catch of the day. Jacques catch of the day was a Snook that measured 32 inches in length and weighed in at 15 pounds. Peggy told us they barbecued this treasure that night and it was enjoyed by all. 

IT'S A SMALL WORLD _ "Where do you live, Jan?", prompted a conversation between cousins on the chat as Jan explained she currently lives in Wisconsin but lived in North Hollywood, CA between 1964 & 1977. It wasn't long before Chris Scott came back with a reply that she knew the area well and was raised near there before moving to the Mohave Desert in 93. Both gals claimed they would never want to live there again and loved the wide-open spaces they had in their present homes. Jan went as far to send a picture of her home & backyard in Chilton. At this point, Dot popped up and told the group that her husband, Hank worked with a gal who hailed from Chilton. She printed out the picture & Hank took it to work with him to show his co-worker, Linda. As it turned out Linda's sister lived just a few roads down from Jan's home. It is indeed a small world. 

THREE RECIPES FOR "CHEESY GARLIC FRENCH BREAD" _ Dottie & Nickie shared recipes for cheesy garlic butter spreads to top French bread making it yummy. You'll find one of these recipes in Chef Rivard's Kitchen. Nickie also revealed that, as an occupation, she works in an Italian restaurant. This was really interesting for some of us and we asked her to share some new ways to fix chicken & fish that would make them more appealing to those of us who are watching our cholesterol levels. She said she had oodles of recipes and when she could she'd send some to the Chat. 

LABEL INSTRUCTIONS ON CONSUMER GOODS: Everyone needs a smile sometimes & the actual label instructions on some consumer goods put a smile on chat members faces, for instance: On Boot's Children Cough Medicine: "Do not drive a car or operate machinery after taking this medication." (We could do a lot to reduce the rate of construction accidents if we could just get those 5-year-olds with head colds off those forklifts.) 

WHAT ELSE DID WE LEARN?

  • What a Difference 30-years can make _ (1972 _ "The Grateful Dead") (2002 _ Dr. Kevorkian)
  • What causes a mother's hair to turn white and why a grandmother has so much more white hair. 
  • Cute Definitions for; Good, Bad, & Ugly
  • What kids do in church ..
  • Minnesota Rules _
And that's it folks!
ZA SHARIF TAMAL … Plusieurs se souviendront que Marlyss nous a révélé n’avoir pas bien dormi récemment. La raison de cette insomnie (d’après ce qu’elle a bien voulu nous dire) était l’attente d’un poulain. Elle espérait une pouliche, mais elle a décidé de garder le poulain parce qu’elle ne pouvait pas le renvoyer. Elle nous a dit que le surplus de plomberie devrait être retiré après un an. Elle ne nous a pas donné de raisons cependant.

LA PRISE DU JOUR _ Peggy nous envoie quelques photos prises durant ses récentes vacances au Mexique. L’une de ces photos nous montrait Jacques avec la prise du jour. Jacques a pris un mérou de 32 pouces qui pesait 15 livres. Peggy nous a dit qu’ils l’ont fait cuire sur un barbecue ce soir-là et tout le monde a bien apprécié.

LE MONDE EST PETIT. « Où demeures-tu Jan? » Ce fut le début d’une conversation entre cousins sur le chat. Jan nous a expliqué qu’elle vivait au Wisconsin; mais qu’elle avait déjà demeuré à North Hollywood, Californie entre 1964 et 1977. C’est là que Chris Scott entre dans la conversation en disant qu’elle connaissait bien cette région et que c’est là qu’elle avait été élevée avant son déménagement au désert de Mohave en 1993. Les deux filles sont unanimes, elles ne voudraient plus jamais y résider à nouveau. Elles adorent l’espace qu’elles ont dans leur résidence actuelle. Jan a même envoyé une photo de sa maison avec sa cour à Chilton. C’est alors que Dot a dit au groupe que son mari travaillait avec une femme originaire de Chilton. Hank montra à ses amis la photo de Linda. Finalement, la sœur de Linda demeure tout près de la résidence de Jan. C’est en effet un petit monde.

TROIS RECETTES DE PAIN À L’AIL. Dottie et Nickie ont fait parvenir des recettes de beuure à l’ail pour tartiner un bon pain français. Une de ces recettes apparaît dans la chronique du chef Rivard. Nickie nous a révélé travailler dans un restaurant italien. Cela a suscité l’intérêt de plusieurs cousins. Nous lui avons demandé de nous donner nouvelles façons de cuire le fish and chip ce qui le rendrait plus attrayant à ceux et celles qui surveillent leur niveau de cholestérol. Elles en a un bon nombre et en enverra au chat.

LES ÉTIQUETTES SUR LES BIENS DE CONSOMMATION. On doit tous rire à certains moments. Les instructions sur les biens de consommation ont bien fait rire les membres du chat. En effet sur le sirop Booth pour enfants on lit : « Ne conduisez pas une automobile ou n’opérez pas de machinerie lourde après avoir pris ce médicament. » (On réduirait les accidents de la construction si on enlevait l’opération de ces machines aux enfants de cinq ans affligés d’un rhume de cerveau).

ON A ÉGALEMENT APPRIS …

  • Quelle différence font trente ans (1972 – « Le suicide assisté ») (2002– Dr. Kevorkian)
  • Cheveux blancs. Pourquoi les cheveux d’une mère blanchissent et pourquoi ceux d’une grand-mère sont si blancs.
  • Définitions originales de : Bon, mauvais et laid .
  • Ce que font les enfants à l’église.
  • Les règlements du Minnesota. 
C’est tout mes amis.
   
TID-BITS FROM PEGGY LACOURCIERE

 
 

Storing nail polish on its side, in the refrigerator, will keep it smooth and easier to apply.

Gummy or hard nail polish should be placed in a pan of boiling water for a few minutes.

Your nails tend to break easy? The Rx è apply white iodine (available in drug stores). Brush it over entire nail 3Xs a week and see the difference. Also, it isn’t the least bit harmful.

Before applying your polish, brush your nails with vinegar. It cleans them and makes the polish last longer.

Apply nail polish in a cool place. The sun or extreme heat will cause it to buckle.

To quickly dry polish=> when nails are partially dry, dip them in a bowl of ice water.

(((What we gals have to sustain to be glamorous, eh?))) Enjoy_Peg (:o)

LES TUYAUX DE PEGGY LACOURSIÈRE

Traduit par Alain Gariépy

Placez votre poli à ongle sur le côté dans le réfrigérateur. Il restera doux et plus facile à appliquer.

On devra placer dans un bol d’eau chaude pendant quelques minutes un poli à ongle collant ou dur.

Vos ongles se cassent facilement ? Appliquez de l’iode blanc (disponible en pharmacie). Appliquer avec une brosse sur l’ongle au complet trois fois par semaine et voyez la différence. Et ce n’est pas dommageable.

Avant de mettre votre poli à ongle, brossez les ongles avec du vinaigre. Ça les nettoie et le poli reste plus longtemps.

Posez votre poli à ongle dans un endroit frais. Le soleil ou la température chaude le fait gondoler.

Pour faire sécher rapidement le poli à ongle, tremper vos ongles dans un bol d’eau glacée.

(((Ce qu’il faut souffrir pour être belle, n’est-ce pas ?)))

FRENCH BREAD
 

This recipe comes from my old 4-H "Breads of Many Lands" book. I have been making it for years and we love it. Try it with Dottie's Garlic Cheese recipe. Marlyss

The French people call this slender, crusty bread "pain ordinaire", or "every day" bread. If you were to visit New Orleans, you would see great stacks of these loaves in grocery stores, some of the loaves are two feet long. When Frenchmen settled in Louisiana, they brought with them their recipes for this delicious bread. 

French people serve this bread at almost every meal. They break bits from the loaf and use them to "mop-up" the gravies and sauces off their plates at dinner. For breakfast, they eat it plain, spread with margarine or butter, with a cup of coffee or hot chocolate.

Because it is crisp and has a delightful though bland flavor, French bread is especially good with a meal of macaroni and cheese, spaghetti with meat sauce, an omelet or scrambled eggs. It goes well with salads of all kinds- tossed greens, fruits, gelatin salads, vegetable salads, seafood salads or egg salads. 

2 cups of warm (not hot) water

1 package active dry yeast or 

1 cake compressed yeast

1 tablespoon sugar

2 teaspoons of salt

1 egg white, unbeaten

Measure warm (not hot) water into warmed bowl. Sprinkle dry yeast over water. (Crumble compressed yeast into lukewarm water.) Stir until dissolved. Add sugar, salt and 3 cups of flour. Stir to mix, then beat until smooth and shiny. Stir in 2 ½ cups more flour. Sprinkle remaining ¼ cup flour on the bread board or pastry cloth. Turn dough out on flour and knead until satiny smooth, 5 to 7 minutes. Shape into smooth ball. Rub bowl lightly with shortening. Press top of ball of dough into greased bowl, then turn dough over. Cover with waxed paper, then clean towel. Let rise until doubled (about an hour). Punch down. Divide into halves. Shape each half into a ball. Cover and let rest five minutes. Rub a little shortening on palms of hands. Then roll each ball of dough under the hands to form a slender loaf about 3 inches in diameter. Start rolling at the center and gently work hands towards ends of loaf. Do this several times to make well-shaped loaves. Place loaves 4 inches apart on lightly greased baking sheet. With sharp knife cut diagonal gashes about _ inch deep and about 1½ inches apart into the top of each loaf. Cover and let rise until a little more than doubled (about 1 hour). Bake in a moderately hot oven (425 degrees F) 30 to 35 minutes. Remove from oven. Brush with egg white. Return to oven for 2 minutes. Remove from baking sheet and cool on rack or across tops of pans. Recipe makes two loaves about 15 inches long.

Garlic Cheese Bread

Just whip up a spread from these basic ingredients, then apply generously to thick sliced "Texas toast" bread, or onto the face a fresh French loaf. Crank up the oven and prepare yourself for a trip to taste bud Heaven

Spread

1/2 cup butter

3/4 cup shredded cheddar cheese

2 tablespoons grated parmesan cheese

1/2 teaspoon garlic powder

1/4 teaspoon Worcestershire sauce

1/4 teaspoon salt

dash ground black pepper

dash paprika

Bread

12 slices Texas toast or 1 large French bread loaf, sliced through the middle

1. Preheat oven to 400 degrees.

2. Combine all ingredients for the spread in a small bowl.

3. Smear spread generously on one side of each slice of Texas toast or on the face of each half of French bread loaf.

4. Bake for 10 to 12 minutes or until cheese begins to brown and bubble.

Makes about 12 slices toast or two large halves of French bread.

PAIN FRANÇAIS 
Traduction de Alain Gariépy

Cette recette est extraite de mon livre; "Breads of Many Lands". Je la fait depuis plusieurs années et tout le monde l’aime. Essayez avec la recette de Dottie : « Fromage à L’Ail. »

Les Français nomme ce pain fuselé, à forte croûte « pain ordinaire » ou « pain de chaque jour » Lors d’une visite à Nouvelle-Orléans vous verrez de grosses piles de ce pain dans les épiceries, certains de ces pains ont deux pieds de long. Lorsque les Français sont arrivés en Louisiane, ils apportaient avec eux la recette de ce pain délicieux.

Les Français servent ce pain presque à chaque repas. Ils prennent un morceau de la miche et s’en servent pour tremper dans la sauce et essuyer leur assiette au souper. Le midi ils le mange comme tel, tartiné avec de la margarine ou du beurre, avec une tasse de café ou de chocolat chaud.

Parce qu’il est croustillant, bien que doux il est délicieux, le pain français est bon spécialement avec le macaroni et fromage, le spaghetti avec sauce à la viande, une omelette ou des œufs brouillés. On le mange avec toute sorte de salades : vertes, aux fruits, à la gélatine, aux légumes, aux fruits de mer ou aux œufs.

2 tasses d’eau chaude (pas bouillante)

1 paquet de levure active ou

1 paquet de levure pressée

1 cuil à table de sucre

2 cuil à thé de sel

1 blanc d’œuf, non battu

Mesurer bien l’eau chaude (non bouillante) dans un bol chaud. Y verser goutte à goutte la levure. (Écraser la levure pressée dans de l’eau tiède) Brasser jusqu’à dissolution. Ajouter le sucre et 3 tasses de farine. Brasser pour mélanger, puis battre jusqu’à ce que le mélange soit lisse et brillant. Ajouter 2½ autres tasses de farine. Verser ¼ de tasses de farine sur la planche à pain ou le linge à pâtisserie. Mettre la pâte sur la farine et pétrir jusqu’à ce soit lisse et satiné. Faire des boules. Graisser le plat, puis tourner la pâte. Couvrir avec un papier ciré, puis une serviette propre. Laisser lever jusqu’au double (une heure). Découper en deux. Donner la forme d’une balle. Couvrir et laisser de côté cinq minutes. Mettre un peu de graisse sur vos mains. Rouler la pâte avec vos mains pour former une miche mince de trois pouces de diamètre. Passer le rouleau à pâte en commençant par le centre. Faire plusieurs fois afin de donner une belle forme. Placer les miches à quatre pouces d’intervalle sur une le plat de cuisson préalablement graissé. Avec un couteau bien tranchant, faire une coupe en diagonale d’un ½ pouce de profond à tous les 1½ pouces sur le dessus de chaque miche. Couvrir et laisser gonfler deux fois son volume (une heure environ.) Faire cuire dans un four modérément chaud (environ 425° F.) pendant 30 à 35 minutes. Sortir du four. Brosser avec le blanc d’œuf. Retourner au four pour deux minutes. Enlever la toile de cuisson et laisser refroidir. La recette fait 2 pains de 15 pouces environ.

Pain à l’ail et au fromage Traduction de André Dufresne

Mélanger une tartinade à partir de ces ingrédients de base, puis en appliquer une couche généreuse sur une tranche épaisse de pain de campagne ou encore sur un morceau de pain français. Partir le four et préparez-vous à monter au septième ciel!

Tartinade

½ tasse de beurre

¾ de tasse de fromage cheddar en morceaux

2 cuillères à table de fromage parmesan râpé

½ cuillère à thé d’ail en poudre

¼ de cuillère à table de sauce Worchestershire

¼ de cuillère à table de sel

un soupçon de poivre noir moulu

un soupçon de paprika

Pain

12 tranches de pain de campagne ou un gros pain français, tranché sur la longueur.

1. Préchauffer le four à 400 degrés

2. Mélanger tous les ingrédients de la tartinade dans un bol

3. Tartiner généreusement chaque tranche du pain de campagne sur un côté, ou le côté mie de chaque moitié du pain français

4. Cuire de 10 à 12 minutes ou jusqu’à ce que le fromage brunisse et fasse des bulles.

Donne environ 12 tranches de pain ou 2 grandes moitiés de pain français.

****************
A LITTLE BIT OF TRIVIA


WHEN DID THE PRACTICE OF NUMBERING HOUSES COME TO BE?

Houses were first numbered in Paris, France in 1463. In Britain, numbering did not appear until 1708, on a street in London's White-chapel area.

DE TOUT ET DE RIEN


QUAND A-T-ON COMMENCÉ À NUMÉROTER LES MAISONS ?

On numérota les maisons à Paris, France dès 1463. En Grande-Bretagne, la numérotation n’a commencé qu’en 1708 sur la rue Whitechapel à Londres.

*****************
A LITTLE BIT OF HUMOR

The homeowner was delighted with the way the painter had done all the work on his house. "You did a great job." he said and handed the man a check. "Also, in order to thank-you, here's an extra $80 to take the missus out to dinner and a movie."

Later that night, the doorbell rang and it was the painter. Thinking the man had forgotten something he asked, "What's the matter, did you forget something?"

"Nope." replied the painter. "I'm just here to take your missus out to dinner and a movie like you asked."

UN PEU D’HUMOUR

Le propriétaire d’une maison était enchanté de la façon dont le peintre avait fait son travail. « Quel bon travail ! » lui dit-il, et il lui donna un chèque. « Pour vous remercier, je vous donne $80 en surplus afin d’emmener madame à dîner et au cinéma. »

Plus tard ce soir-là, la sonnette résonne : c’était le peintre. Croyant qu’il avait oublié quelque chose, il lui dit : « Qu’est-ce qui se passe ? Avez-vous oublié quelque chose ? »
« Non » dit le peintre. « Je suis ici afin d’emmener votre femme à dîner et au cinéma comme vous me l’avez demandé »

*****************
THE EDITOR'S CORNER


Putting this issue of the newsletter together has been a real challenge for me. As many of you know, I am the forum's most computer illiterate cousin. Nothing seemed to be going right. The computer just didn't want to do what I wanted it to do, but in the true Rivard spirit (some call it stubbornness, but I like to think of it more as determination), I managed to accomplish what I wanted. I am sorry that I don't have any cute little cartoons and graphics like Jan does, but I'm afraid that is beyond my abilities. I spent many hours, without success, trying to format the side by side columns. I finally gave up on that and Alain did it. He is indeed our "French Angel" as Jan calls him. Neither of us could do a bilingual bulletin without him. Thanks, Alain.

Jan is taking a much deserved break from the editor's desk this month. She has left it up to me to tell you that the April issue of The Rivard Family Forum Newsletter that will be posted in May will be the last issue that she and I will be doing as editor and co-editor. We both have put other projects on the back burner for some months now and wish to pursue those projects. I will continue to do the Forum Member of the Month column if the cousins want this column to continue. I have really enjoyed writing for the newsletter, as long as it didn't entail any technical stuff, and I am proud to have been a part of a wonderful team of cousins who spend so much time and energy collecting and typing and translating this newsletter for all of you. Marlyss

ANNOUNCEMENT

Chris Scott has graciously accepted the Editor's position of the Rivard Family Forum Newsletter. She will be working with Jan and the staff during the next couple of month's and will take over with the posting of the May issue. Jan will remain as a consultant to her. Chris will need a co-editor. So, if anyone wishes to volunteer for that job, please let us know. On-the-job-training is available and all volunteers will be considered. 

LA COLONNE DE L’ÉDITRICE EN CHEF
Traduction : Alain Gariépy

Ce fut tout un défi pour moi de faire le bulletin de ce mois. Comme plusieurs le savent, je suis la cousine la plus ignorante de tout le forum au sujet des ordinateurs. Rien ne semble aller. L’ordinateur ne fait jamais rien de ce que lui demande de faire, mais j’ai l’esprit des Rivard (certains parle d’entêtement, mais je crois que c’est plutôt de la détermination), et finalement j’ai fait ce que je désirais. Je m’excuse de ne pas avoir une belle petite caricature comme celles de Jan, mais c’est au-dessus de mes capacités. J’ai passé plusieurs heures à faire un format du bulletin en deux colonnes, sans résultat. J’ai finalement demandé à Alain qui l’a fait. C’est naturellement notre « Ange Français » comme l’a surnommé Jan. Aucunes de nous ne pourraient faire un bulletin bilingue sans lui. Merci, Alain.

Jan a pris une période de repos bien méritée comme éditrice-en chef ce mois-ci. Elle m’a laissé le soin de vous dire que le bulletin d’avril vous sera envoyé en mai. Ce sera la dernière publication que Jan et moi ferons comme éditrice-en chef et éditrice-en chef adjointe. Elle et moi avons du repousser à plus tard certains de nos projets personnels et maintenant nous voulons les poursuivre. Je continuerai cependant à faire la colonne du membre du mois si les cousins le désirent J’ai bien aimé cette expérience d’écrire dans le bulletin, tant qu’il ne s’agissait pas de technique, et je suis fière d’avoir été membre de cette merveilleuse équipe de cousins qui a dépensé autant de temps et d’énergie à ramasser, à taper et à traduire ce bulletin pour vous tous.. Marlyss

NOUVELLE DE DERNIÈRE HEURE

Chris Scott a généreusement accepté le poste de éditrice-en chef du bulletin du forum de la famille Rivard. Elle sera à l’œuvre avec Jan et les autres membres de l’équipe durant une couple de mois et elle prendra charge dès le mois de mai. Jan restera comme conseillère. Chris a besoin d’un adjoint. Si quelqu’un veut être volontaire pour cette fonction, laissez-nous savoir. Une formation sur le tas est dispensée et toutes les demandes seront prises en considération. 


 

Even though this is the February issue of our newsletter, I would be remiss if I, on behave of Jan and the entire newsletter staff, didn’t wish everyone a VERY BLESSED SAINT PATRICK’S DAY.

Même si c’est le numéro de février de notre bulletin, il serait insouciant de part, au nom de Jan et de toute l’équipe du bulletin, de ne pas souhaiter à chacun UNE TRÈS BELLE FÊTE DE LA SAINT-PATRICK