THE RIVARD NEWSLETTER TEAM
 

Rédactrice-en-chef = Editor: Jan Dorn

Rédacteur-en-chef adjoint = Co-Editor: Marlyss Hernandez

Colonne du Membre du mois = Member of the Month Column: Marlyss Hernandez

Sujets divers et humour : «Les meilleures de Chippawa Falls» = Trivia & Humor: "Chippewa Falls Finest", Dot Geissler

Les traducteurs = Translators: Alain Gariépy & André Dufresne

 

IN THIS ISSUE:

April's Forum Member of the Month _ Chris Scott

Biography of Jim Rivard _ The FMOTM of March,

"A Story Half Told".

Part 2 of Legends & Folklore

The April Spoof _ Pro's & Con's

March Forum News & Topic Highlights

March Chat News & Topic Highlights

Helpful Everyday Tid-bits _ Bounce

Chef Rivard _ Apple Oatmeal Crisps

Irish Trivia & Humor

The Editors Corner 

DANS CE NUMÉRO:

Le membre du forum du mois d’avril Chris Scott

Biographie de Jim Rivard, membre du forum du mois de mars « Une histoire a moitié racontée »

Deuxième partie de légendes et histoires

Le poisson d’avril : pour ou contre?

Nouvelles du forum en mars

Nouvelles du chat en mars

Trouvailles à être utilisées tous les jours : Bounce

Chef Rivard : biscuit croquant au gruau et aux pommes

Humour irlandais

Le coin de la rédactrice-en-chef

**************
APRIL'S FORUM MEMBER OF THE MONTH IS:

CHRIS SCOTT

By Marlyss Hernandez

Our April Forum Member of the Month lives out in the Mohave Desert and loves horses, especially one named Susie. She will soon be our new Editor in Chief of the Rivard Family Forum Newsletter. Chris Scott works for a newspaper and is very familiar with how doing a newspaper works. She is a young (compared to most of us) lady who has a great deal of spirit. Congratulations, Chris, we look forward to reading about your life next month, as you become our new editor of the newsletter. (Nice timing on this election, Cousins!)

LE MEMBRE DU FORUM AU MOIS D’AVRIL

CHRIS SCOTT

Traduction par Alain Gariépy

Notre membre du forum du mois d’avril demeure dans le désert de Mohave et aime beaucoup les chevaux, spécialement Susie. Elle deviendra bientôt notre rédactrice en chef du bulletin du forum de la famille Rivard. Chris Scott travaille pour un journal et est très familière dans ce domaine. C’est une jeune dame (comparée à la plupart d’entre nous) et elle a beaucoup de caractère. Félicitations Chris, nous avons bien hâte de lire ta biographie le mois prochain alors que tu deviendras la nouvelle rédactrice du bulletin. (Cette élection fut une belle coïncidence, chers Cousins)

*****************
OUR MARCH FORUM MEMBER OF THE MONTH


Our March Forum Member of the Month, Jim Rivard, has chosen to write his story a bit different then our other cousins have done. Believe me, it is a story you will truly enjoy reading, as this man really does know how to tell a story, a true one that has been his life. He didn’t really answer most of the questions in the questionnaire that I sent him, but that is not important. We get to know him through his own words in his own style. Thank you, Jim, for providing us with such a wonderful story. Marlyss 
 

A Life Story Half Told

By Jim Rivard

The Kinojevis had seen many watercrafts of all descriptions coming downstream during the summer and fall season of 1923. Adventurers manned all en route to the gold fields. On that particular September afternoon, a 14-foot chestnut canoe, loaded to the gunnels with merchandise, was slicing the water noiselessly. Sitting aft was a rugged individual in his thirties whose powerful arms were handling a paddle effortlessly. Sitting in the prow was a smaller, weather beaten grey haired individual plunging his blade at the same rhythm of his partner.

Camil, the rugged paddler, had a lot on his mind. His third child, Ghislain Yves (later on nicknamed Jim) had just been born in La Tuque and he really should have stayed with his wife, Blanche. However, he was committed to be in Rouyn by early October, and he had to take advantage of the fair weather. Camil would have been surprised if someone had told him that more then two centuries before some of his ancestors had threaded the same water. Following a treaty signed by Robert Rivard, Sieur de Loranger, in 1685, the Rivards had been granted a fur trading treaty with La compagnie du Nord that granted them the territory of Lake Abitibi and Temiscamingue for three years. Robert Rivard had in turn signed up his nephew, Julien Rivard, Sieur de la Glanderie. Camil was a descendant of Julien.

Two years later (1925) the family was reunited. Blanche and the three children had come by another route. The Temiscamingue and Northern Ontario railway had finally come in from the Ontario side. By then Camil had built a home on the shores of Lake Osisko, and the grocery store on Main Street was prospering.

A few years went by and the new town of Rouyn was developing to accommodate the growing population but institutions, such as schools, were still wanting. Since I was already six years old my mother exported me to a boarding school in Quebec City. Thus began my enlightenment. The good nuns kept me under strict discipline. Since I was, at that time, one thousand miles from home I was with them from September to the following June. The good ladies de la Charité were fond of taking my class on visits to other convents, very often to pray for the soul of a recently departed sister. Kneeling at the foot of a coffin was their idea of an entertaining afternoon.

Eventually, I ended up in Ottawa in a private school. It is true that by that time (1935) Rouyn had schools, but my mother did not think they were suitable and beside she thought it was important to learn English. By the time I was fourteen I wrote my entrance exam and was enlisted at Ottawa University, which at that time had a high school division. Actually I never finished. After my second year my father sold his business in Rouyn and bought a farm in Ste-Thérèse, near Montreal. He got into the fur business. We raised minks, foxes and kept a large family of cats and dogs. If this sounds like paradise, it wasn’t. The one good thing about the farm was Rosie; a mid-sized mare that was part of a breed called «canadienne». I soon became the «Desert Rider», going to the extreme of riding up and down the sandpit at the end of the farm. Well, I did say it was not paradise. The fur raising business just did not pan out! And so by the time I was 18, I became a lumberjack.

Parent, a small whistle stop along the C.N.R. Northern route, is where I made my debut. It was 200 below F. The truck that took us from the station to the depot had a tarpaulin over its box, but no seat and no heat. Thirty miles later we (a group of 20) got off at a place called Chaudière and we were shown the way across the lake. Little spruce trees indicated the path. But this lake was Lake Number One; there were two more to go. After walking 12 miles with our baggage, we arrived at the log built complex of the jobber. During that first winter I was a log cutter. In the spring I participated in the drive. The logs were floated on a tributary of the Gatineau that came down to the Ottawa River and eventually to the E.B. Eddy Match Company in Hull. (I still think about that when I light a wooden match).

As luck would have it, the following winter I became a scaler, measuring rolls of logs. Parent is reputed to be the coldest point along the Northern Line. Holding a measuring stick at the end of one log after another when it is forty below is an endurance test! However, that winter I was 19 years old and earning $3.00 a day with room & board thrown in. The world was my oyster! How I eventually learned like St-Augustin that we live «in a world of miseries, diseases, accidents and deceits» is a long, long story, so long that I still have not really learned its final lesson. At age 78 I am still the eternal optimist, perhaps with a little more caution.

Sixty years have gone by since that frigid winter in the Upper St-Maurice valley. The questionnaire that dear Marlyss has sent me beckons. To give life to her questions, to incite about my world as I saw it would take a few hundred pages and that is not possible. How it came about that I got in the insurance business, some years later, and what I did before I embarked on «the career» might create a little bit of entertainment. There was the time, for instance when I was the official bouncer on Saturday evenings in the radio Hotel Grill in Rouyn Noranda which was not generally frequented by the members of the St-Jean-Baptiste Society. In the end I ended up in another frontier town (1950). I was a charter member of the City of Sept-Iles (1952) and settled on the North Shore for more then a decade. That’s where I became a Life Insurance Agent (as we were called in those days). The word agent made me feel very important, as I understood it to mean «one who acts for another in business». I was very proud to act on behalf of the Sun Life Insurance Company, including wearing a 3 piece suit!

My first convention in 1954 in West Virginia at the Greenbrier, a very fashionable resort in those days, left quite an impression on me! Not so much because of the beautiful scenery or the quiet southern elegance of the lodge, but rather due to the poets of the Life industry who enchanted me with their tales of lives reconstructed, careers pursued and dreams realized by virtue of a life insurance policy. I became a believer and practiced for the next 48 years! What happened during very nearly half a century? Clearly we are running out of time! It is my hope that where I came from and how I started my career will give the readers an inkling of what might have taken place!

There is one important question that I can’t leave out. «What made me choose family history as a hobby». In the spring of 1970 I was in Brussels on business. After a rather heavy night on the town (I’ll never forget the Hara Kiri bar), I realised that it was Saturday morning and that I had in fact finished my work. So why stay in town? I thought it would be an excellent idea to drive to Rouen and from there to Tourouvre. Staying overnight in Mortagne was the sensible thing to do. The Michelin showed one small Inn in that town, none in Tourouvre. Upon hearing about my destination, the innkeeper exclaimed, «You must meet Mrs Montagne». I followed his advice. This charming lady, at the time in her fifties, invited me to her home. As we sat on the porch of her villa overlooking the Norman hills, she spoke to me for two hours about «my father, Nicolas» as if he was there beyond the next valley. Mrs Montagne had devoted her life to genealogical research concerning the French emigration to Canada in the 17th century. Of course she knew Nicolas very well! The next day after my first visit, we went barrelling down the hills, as far as Randonai where I met the only Rivard still living in the district. But this man had no way of knowing who were his ancestors. There are no records left prior to the French revolution. It made me realize how lucky we are in Quebec. Our parishes are still full of archives. When I got back to Canada in the spring of 1970, I found Nicolas’ homestead in Batiscan. I walked down to the farm as far as the River. It was easy to imagine that my «father» was walking with me but life is full of trials. Although I visited Batiscan on an annual basis, I never found the time to really get involved. However, my passion led me to find seven stout hearted Rivards who shared my interest. In May 2000 we applied for the charter of the «International Association of the Rivard Families» (A.I.F.R.) whose principal mandate is to study and publicize the fabulous story of the Rivards. My best wish to the new generation is that, unlike me, they discover the importance of learning about their roots at a much earlier age. It is more than a hobby; it is a beacon when storms arise.

With love and respect,

Jim

Ma vie, à demi-mots

Translated by Gisèle Lanouette Bubbs

De nombreuses embarcations de tous acabits descendaient la Kinojevis à l’été et à l’automne de 1923. Aventuriers et prospecteurs pagayaient à vive allure pour atteindre l’Eldorado. En ce jour de septembre, un canoë Chesnut de14 pieds, chargé de marchandises jusqu’au plat-bord, glissait silencieusement. Un costaud dans la trentaine, assis à l’arrière, plongeait sa pagaie sans retenue ni effort. À la proue, son compagnon, un petit homme halé aux tempes grises s’accordait à son rythme.

Camil, notre robuste pagayeur, était très songeur. Son troisième enfant, Ghislain Yves (connu sous le sobriquet de Jim plus tard) venait de naître à La Tuque et il aurait dû rester auprès de Blanche, sa femme. Mais il devait être à Rouyn avant le début d’octobre et il profitait de la température clémente. Camil aurait été étonné s’il avait appris que moins de deux cents ans plus tôt, plusieurs de ses ancêtres avaient emprunté le même cours d’eau. À la suite d’un contrat conclu par Robert Rivard, Sieur de Loranger en 1685, les Rivard obtenaient un bail à ferme de la Compagnie du Nord pour la traite des fourrures sur le territoire des Lacs Abitibi et Témiscaminque pendant trois ans. Julien Rivard, Sieur de la Glanderie, avait été engagé par son oncle Robert. Julien était l’ancêtre de Camil. 

Deux ans plus tard (1925), la famille est réunie. Blanche et les trois enfants empruntent une autre route. La Compagnie du chemin de fer du Témiscaminque et du Nord de l’Ontario avait poursuivi ses travaux depuis l’Ontario. Entre-temps, Camil avait construit sa maison sur les rives du Lac Osisko, et le magasin général ouvert sur la rue principale était florissant.

Les années passent et la nouvelle ville de Rouyn connaît un essor, mais les écoles brillent par leur absence. Comme j’avais six ans, ma mère m’a expédié dans un pensionnat à Québec. Commençe alors mon édification. Les bonnes sœurs faisaient régner une discipline des plus strictes. Comme plus de mille milles m’éloignaient de mes parents, je vivais chez les bonnes soeurs de septembre à juin. Les bonnes sœurs de la Charité aimaient amener la classe en visite dans d’autres couvents. Souvent pour prier pour l’âme d’une soeur rappelée auprès du Seigneur. Se mettre à genoux devant un cercueil était leur version d’un après-midi d’agrément. 

Je me suis éventuellement retrouvé à Ottawa dans une école privée. Il est vrai que Rouyn avait alors des écoles (1935) mais ma mère n’était pas impressionnée et elle trouvait qu’il était important d’apprendre l’anglais. À l’âge de 14 ans, je réussissais mon examen d’admission à l’Université d’Ottawa qui avait à cette époque un département d’études secondaires. De fait, je n’ai jamais terminé mes études. Après ma deuxième année, mon père vendait son commerce à Rouyn et achetait une ferme à Sainte-Thérèse, près de Montréal. Il allait se consacrer au commerce de la fourrure. Nous y faisions l’élevage du vison, du renard et nous avions bon nombre de chats et de chiens. Le paradis ? Que non ! Rosie, une jument de taille moyenne appartenant à une race dite « canadienne », représentait mon seul plaisir. Elle m’accorda des moments de prouesse extraordinaires lorsque nous nous élancions à bride abattue dans la sablière située dans les recoins de la ferme. Non ce n’était pas le paradis. Le commerce de la fourrure n’a pas été un succès! Je suis donc devenu bûcheron à 18 ans. 

Parent, petite station méritant tout au plus un petit coup de sifflet sur la route du nord du C.N., marque mes débuts dans cette nouvelle carrière. Il faisait 20 sous zéro, le camion qui nous conduisait de la station au dépôt offrait pour toute protection une toile en ciré dans le coffre arrière… aucun banc ni chaleur. Trente milles plus loin, notre groupe arrive à la Chaudière où nous devons poursuivre notre route à pied en traversant un lac. Un chemin balisé par de minuscules épinettes s’ouvrait à nous. Ce lac était le premier d’une série de trois. Après un périple de 12 milles, nos malles sur le dos, nous arrivons au camp de bois du jobbeur J’étais bûcheron le premier hiver. Au printemps, je participais à la drave. Les billots flottaient sur une rivière tributaire de la Gatineau qui se jetait dans l’Outaouais pour éventuellement parvenir à la E.B. Eddy Match de Hull. (C’est un souvenir qui me revient à l’esprit chaque fois que j’utilise une allumette en bois.)

Comme la chance me souriait, j’ai eu la tâche de mesurer les billes de bois l’hiver suivant. Parent a la réputation d’être l’endroit le plus froid le long de la ligne du nord. Avoir une règle en main pour mesurer les billots quand il fait quarante sous zéro, c’est toute une épreuve d’endurance ! Mais j’avais 19 ans et je gagnais 3 $ par jour, avec pension. Le monde m’appartenait ! Et pourtant j’ai fini par apprendre, comme Saint-Augustin, que nous vivons dans un monde de misères, d’accidents et de déceptions. Ce qui compte, c’est que la dernière leçon reste à apprendre. À 78 ans, je suis toujours un optimiste, mais avec un soupçon de prudence pour faire bonne mesure. 

Soixante ans se sont écoulés depuis cet hiver sibérien dans la vallée du Haut St-Maurice. Mes yeux retournent constamment au questionnaire que m’a envoyé ma chère Zaarina. Pour donner un souffle à ses questions, je devrais faire couler l’encre sur plus d’une centaine de page. Tâche impossible, s’il en est. Comment suis-je passé dans la galère des assurances et quelles étaient mes activités avant d’embrasser ma « carrière »? En passant beaucoup de moments cocasses! J’ai, entre autres, fait fonction de fier-à-bras officiel du Radio Hôtel Grill de Rouyn, Noranda le samedi soir, endroit qui n’était pas fréquenté par les membres de la Société St-Jean-Baptiste. En fin de compte, je me suis retrouvé dans une autre ville frontière en 1950. Je suis membre fondateur de la Ville de Sept-Iles (1952) et je me suis installé sur la côte Nord pendant plus de dix ans. C’est là que je suis devenu « agent d’assurance » (comme nous disions autrefois). Je sentais qu’être agent était une tâche importante, car j’agissais au nom de quelqu’un d’autre dans le monde des affaires. J’étais très fier de représenter la compagnie d’assurance Sun Life, et de porter un complet!

J’ai participé à mon premier congrès au Greenbrier en Virginie de l’Ouest : un endroit très huppé qui m’a fortement impressionné. Non pas pour le magnifique paysage qui s’étalait devant mes yeux ni pour l’élégance paisible du sud ! Non c’était plutôt l’enchantement que j’éprouvais à écouter les poètes de l’industrie des assurances qui racontaient des anecdotes sur les nouveaux départs dans la vie, les carrières et les rêves réalisés grâce à une police d’assurance. Je me suis converti et j’ai pratiqué pendant 48 ans! Le temps me manque pour parler de ces quelque cinquante années. J’espère que mes débuts dans la vie et le démarrage de ma carrière suffisent pour vous donner une petite idée là-dessus !

Il reste pourtant une question que je ne peux pas oublier: "Qu’est-ce qui m’a poussé à choisir l’histoire des mes ancêtres comme loisir ? » Au printemps de 1970, j’étais à Bruxelles en voyage d’affaires. Après avoir fait la bombe jusqu’aux petites heures (je n’oublierai jamais le Hara Kiri Bar), je me rendis compte que c’était samedi et que j’avais congé. Pourquoi rester ici ? Pourquoi ne pas aller à Rouen et prendre la voiture à destination de Tourouvre ? Passer la nuit à Mortagne allait de soi. Le Guide Michelin indiquait une petite auberge dans cette ville, mais rien dans Tourouvre. Ayant appris ma destination, l’aubergiste s’est exclamé : « Mais il vous faut rencontrer Mme Montagne! » J’ai suivi son conseil. Cette charmante dame, alors dans la cinquantaine, m’a invité chez elle. Assis sur le porche de sa villa qui surplombait les montagnes de Normandie, elle m’a parlé de mon « père Nicolas », comme s’il était là dans la prochaine vallée. Madame Montage avait consacré sa vie à la recherche généalogique, tout particulièrement à l’émigration au Canada au 17e siècle. Oui, elle connaissait si bien notre Nicolas. Le lendemain de ma première visite, nous avons dévalé les montagnes, nous rendant jusqu’à Randonai où j’ai rencontré le seul Rivard qui vivait toujours dans le district. Mais le pauvre homme n’avait aucun moyen de connaître ses ancêtres. Les sans-culotte avaient détruit les registres pendant la Révolution. C‘est alors que je me suis rendu compte que nous étions chanceux au Québec. Nos paroisses regorgent d’archives. À mon retour au Canada en 1970, j’ai trouvé la propriété de Nicolas à Batiscan. J’ai parcouru les champs, descendant jusqu’au fleuve. Il m’était facile de m’imaginer marchant aux côté de mon « père »… mais la vie a de ces détours. Même si je me rendais à Batiscan tous les ans, je n’avais pas le temps de m’impliquer à fond. Mais le hasard a mis sur ma route sept Rivard inconditionnels qui partageaient mes intérêts. En mai 2000, nous avons formulé une demande de charte pour constituer « L’Association internationale des familles Rivard » (AIFR), dont le principal mandat est d’étudier et de publier l’histoire époustouflante des Rivard. Mes meilleurs vœux à la génération montante qui, elle, pourra découvrir ses racines beaucoup plus tôt que moi. Ce n’est pas qu’un loisir, c’est un phare qui nous guide dans la tempête.

Avec tout mon amour et tout mon respect,

Jim

**************
EARLY LEGENDS & FOLKLORE

Continued: Part Two

In all the years of the French and Indian war up to 1763 De Langlade led Indian warriors from the tribes around where we now live far east to aid the French. In 1756 at Fort Duquesne. 1757 at Fort. William Henry. They did brilliant service around Lake George and at Ticonderego in 1758. In 1759 Langlade and his western braves took part in the battle on the Plains of Abraham at Quebec when his great commander, Montcalm was slain. De Peyster, British commandant at Mackinaw at the outbreak of our Revolutionary war urged DeLanglade to take active part, saying, "this is equivalent to securing all the western Indians in our interests.", and Langlade enlisted Sioux, Sacs, Menominee's, Pottawattamies, Ottawas, and Chippewas, and marched to Montréal to fight the Americans. The older Wabasha was there from New Albin or Winona. All over this region where once were Indian villages are Indian burying grounds. At Prairie du Chien, where the second Wabasha was buried in 1835 soon after George Catlin had painted his portrait. At Lansing, above the bend in the river where the Indian village was, where the older Winneshiek died in 1848, Judge Gale tells us, and where in 1852 Chief Waukon and his band were encamped when Dr. Taylor saw a "regular scientific drunk" there; at De Soto which was built over an extensive Indian cemetery, half way up Winneshiek bluff I have found Indian remains.

There was a graveyard north of the Bad Ax river near its mouth with coffins made of flat stones. So William T. Sterling told me, and close on the great river on an island 37 drunken braves in July 1827, members of Red Bird's band, fired into a keel boat killing four men and having seven of their band killed and fourteen wounded.

This bloody fight was named, "First Battle of the Bad Ax." At New Albin, Iowa was a Sioux cemetery where the Chiefs Wabasha spent a part of each year. At Manning above the forks of the Kickapoo prior to 1840 when the Red man were removed west must have been a large cemetery; and at Haney Valley, where that same year Edward V. Whiton burned the Winnebago village, intending to locate there, but returned instead to Madison, reformed, and became Chief Justice; at that place there was a burial ground. John Haney came there four years after Whiton and lived there from 1844 to 1848, when he went to Iowa and founded Lansing. The Indians removed in 1840 came back and Haney traded with them and farmed 10 acres. He was a square honest man and they loved him. A red man lost a little girl and buried her in the hillside there. Hon. James Fisher told me this, and Haney told him the man sent over to Polander Hollow above Lynxville and got a quart of whiskey. He drank it and came to Haney and told him he had mourned long for his child, and could have mourned much more if his supply of whiskey had not given out. Oh, if these Indian graves could open up and we could have a short resurrection and these ancient braves could speak, what a tale of tragedy they could unfold. One would exclaim, "I fought with Langlade against Wolfe on the Plains of Abraham;" another, "I fired at Washington on the Monongahela"; another, "I fought for Burgoyne at Saratoga"; another, "I aided in the capture of Mackinaw and Prairie du Chien from the Americans."

Old Winneshiek would say, "I fought side by side with Tecumseh at Detroit and Malden and with young Wabasha at Prairie du Chien in 1814."

Can we locate the French fort where Langlade was stationed in 1780? Yes. On farm lot 19, in lower-town; it stood nearly in the center of the block bounded by Front and Water streets, and Lessard and Paquette streets on the west end of farm lot 39. Let its bounds be marked, the bounds of the large stockade, which was 270 feet on a side with the fort or log house in the center that the future generation may know where stood the old French fort in which for a time lived that sterling half breed, hero of 99 battles and frays, "emphatically the "Father of Wisconsin" as Dr. Draper styles him.

LÉGENDES ET FOLKLORE

Deuxième partie

Durant toutes ces années de la guerre des Français et des Indiens jusqu’en 1763, De Langlade conduisit les guerriers indiens des environs où nous vivons à l’est afin d’aider les Français. En 1756 au Fort Duquesne. En 1757 au Fort William Henry. Ils accomplirent des gestes émérites près de Lac George et à Ticonderonga en 1758. En 1759 Langlade et ses braves participèrent à la bataille des Plaines d’Abraham à Québec, alors que le grand commandant Moncalm fut tué. De Peyster, commandant à Mackinaw à l’aube de la Révolution à laquelle il exhorta De Langlade à prendre part en disant « c’est l’équivalent de s’assurer que les Indiens soutiennent nos intérêts » et Langlade enrôla les Sioux, les Sacs, les Menominee, les Pottawattamie, les Ottawa et les Chippawa et il se rendit à Montréal pour combattre les Américains. Les vieux Wabasha étaient là en provenance de Albin ou Winona. Dans cette région où existaient de nombreux villages indiens, on retrouve plusieurs cimetières, À Prairie du Chien, on enterra le deuxième Wabasha en 1835 juste après que George Catlin eut peint son portrait. À Lansing, il y avait un village indien au coude de la rivière où le vieux Winneshiek mourut en 1848, disait le Juge Gale. En 1852, le Chef Waukon campait avec sa bande lorsque le Dr Taylor y vit « une beuverie scientifique régulière »; à De Soto, construit sur un cimetière indien, a mi-chemin de Winneshief j’ai trouvé plusieurs restes d’Indiens.

Au nord de la rivière Bad Ax près de l’embouchure on a trouvé une sépulture avec des tombes faites de pierres plates. Ainsi que me l’a dit William T. Sterling, sur une île de la rivière 37 braves ivres en juillet 1827, membres de la bande de l’Oiseau Rouge, tirèrent sur un bateau tuant 4 hommes, sept membres de leur bande furent tués et quatorze blessés.

Cette bataille sanglante s’est appelée « First Battle of the Bad Ax (La première bataille de la hache ébréchée.) » À New Albin, Iowa, existait un cimetière Siou où les chefs Wabasha enait se recueillir chaque année. À Manning, en haut du coude de la Kickappoo lorsque les Peaux-Rouges furent tassés vers l’Ouest, il y avait un grand cimetière, et à Haney Valley, la même année Edward V. Whita fit brûler le village de Winnebago, avec l’intention de s’y installer, mais il décida plutôt de retourner à Madison, et devint juge en chef.; il y avait là également un cimetière. John Haney vint là quatre ans après Whiton et il y vécut de 1844 à 1848; par la suite il alla en Iowa où il fonda Lansing. Il Indiens, chassés en 1840, revinrent et Haney fit commerce avec eux et cultiva 10 acres de terre. Un indien perdit sa petite fille et il l’enterra sur la colline. L’Honorable James Fisher me l’a dit et Haney lui dit que l’homme envoyé à Polander Hollow dessus Lynxville et reçut une pinte de whisky. Il le but et lui dit qu’il était en deuil depuis longtemps de son enfant et il aurait pu le faire encore longtemps si le whisky n’avait pas manqué. Oh! Si ces tombes pouvaient s’ouvrir, s’il y avait une courte résurrection et que ces anciens braves pouvaient parler, quelle histoire pourrait-on découvrir! L’un pourrait dire: « j’ai combattu avec Langlade contre Wolfe sur les Plaines d’Abraham » un autre « j’ai tiré Washington à Monongahela » un autre « J’ai combattu pour Burgoyne à Saratoga » un autre « J’ai aidé à prendre Mackinaw et Prairie du Chien aux Américains. »

Le vieux Winneshiek pourrait dire « j’ai combattu côte à côte avec Tecumseh à Détroit et Malden et avec le jeune Wabasha à Prairie du Chien en 1814»

Pouvons nous localiser le fort français où était Langlade en 1780? Oui. Sur la ferme # 19, dans la basse-ville; il était situé presque au centre d’un bloc limité par les rues Front et Water et les rues Lessard et Paquette à l’ouest de la ferme # 39. Plaçons les marques de la grande palissade qui mesurait 270 pieds sur le côté du fort ou de la maison centrale au centre de sorte que les générations futures puissent savoir où était situé le vieux fort français dans lequel vécut pendant un certain temps ce métis argenté, héros de 99 batailles et échauffourées « le père du Wisconsin » comme l’a affublé le docteur Draper.

****************

LE POISSON D’AVRIL … Pour ou contre?

Jean Guy LaCousiere's annual April Spoof caused somewhat of a controversy the last week of March on the forum. While some cousins waited patiently for the continuation of the "April Rivard Saga", a few were quick to declare that this type of fairy tale had no place in the Rivard Forum Archives. Their fear was that one-day a new unsuspecting cousin would take the spoof as truth and not the piece of fiction it was meant to be. 

Anyone who actually took the time to read the continuing story of the two young brothers, Alciduis & Antonius, would find it next to impossible to believe that this story held much in the way of genealogical material. The writer has a very vivid imagination, but does lack any documentation to verify the people or places described in these outlandish adventures. However, for some of the cousins it certainly raised some smiles and outright chuckles. It also caused our dear cousin, Peggy, some fretful moments when the chat asked her if she'd be playing a part in the movie rendition.

The third part of the Rivard Saga was somewhat difficult to follow, as it was done in separate e-mails throughout the final week of March with the climax and/or cliff hanger left for April Fools Day. However, Susan B. took it upon herself to reformat all three of the spoofs and organized them into an absolutely wonderful, easy to read and follow, Microsoft word document. I'm sure that she'd be willing to share a copy with anyone who asked. We have been given permission from Jean Guy to add some pictures to enhance the stories, as well, and will be working on that in the upcoming months. 

So be sure and tune in next April for the next adventure of Alciduis & Antonius.

Le poisson d’avril annuel de Jean-Guy Lacoursière a causé tout un remous la dernière semaine de mars sur le forum. Pendant que plusieurs cousins attendaient patiemment la continuation de « la saga des Rivard du mois d’avril », quelques autres déclaraient rapidement que ce conte de fées n’avait pas sa place dans les archives du forum des Rivard. Ils ont peur qu’un jour un cousin sans méfiance prenne cette mystification comme étant vraie et non comme une fiction comme c’est l’intention.

Quiconque lit attentivement l’histoire des deux jeunes frères Alcidius et Antonius s’apercevrait rapidement qu’il est impossible d’y croire à cause des invraisemblances généalogiques qu’on y retrouve. Le raconteur a une très vive imagination, mais il manque toute la documentation nécessaire pour vérifier les personnes et les lieux décrits dans ces aventures baroques. Cependant, certains cousins ont éclaté de rire. Notre cousine Peggy a été quelque peu irritée lorsqu’on lui a demandé sur le chat si elle avait joué un rôle dans le film.

La troisième partie de la saga était un peu difficile à suivre, car elle nous parvint en parties détachées sur différents courriels à la fin de mars avec un apogée réservée pour le premier avril. Susan B. à reprit l’histoire et l’a reformatée en mettant ensemble les trois parties de sorte que l’histoire devint beaucoup plus facile à suivre et à lire. Je suis certaine qu’elle est prête à donner une copie de ce document faite avec Microsoft Word à qui lui en fera la demande. Jean-Guy nous adonné la permission d’y ajouter quelques photos pour mettre en valeur cette histoire. Le résultat sera prêt dans les prochains mois.

Soyez prêts à lire dans le bulletin d’avril les aventures de Alcidius et Antonius.

***************
MARCH FORUM NEWS & TOPIC HIGHLIGHTS

By Marlyss Hernandez

NOUVELLES COURANTES DU FORUM

Traduction par Alain Gariépy

There were a total of 507 messages this month on the forum. Yahoo was having problems and we did not get any messages for several days at the beginning of the month. The time span between message number 25,141 and 25,142 was just 38 minutes short of being three days. Yahoo’s plumber was on the job during this time. When the mail started coming in on March 6, there was much discussion about the delay and the problems. Yahoo was again down from 9 P.M. on the 15th until 9 A.M. on the 17th

We have one new member this month as our membership went from 323 to 324. We would like our new cousin to identity him/herself, so that we may all welcome you to the forum.

OBITS:

Henri sent in at least 74 obituaries this month. Tom also sent several from the Northern Ontario area. Jim Lacourciere sent in one. But the saddest of all came from Nickie Cheney who lost her beloved grandfather, Louis G. Rivers. Cremations are now allowed within the Catholic Church.

CONDOLENCES AND PRAYERS:

Went out to Nickie Cheney and her family on the loss of her grandfather, Louis G. Rivers, Sr., on March 19, 2002.

BIRTHS:

This was the month for three new Rivard descendants to join our large family.

  • Thallos (Thalo) Jay Attaway was born on March 2 to Michelle and Jay Attaway. He is the nephew of Denise.
  • Morgan Alexander Tyler Keerie arrived on March 3 over in England. He was greeted by his parents, Sarah and Brian Keerie, and two older sisters.
  • March 8th brought a new granddaughter to Jan and Don Dorn with the birth of Abbey Lynn Oney to Robert and Lori (Dorn) Oney.
See Below:
Un total de 507 messages furent échangés durant le mois sur le Forum. Yahoo avait un problème et pendant plusieurs jours, au début du mois, nous n’avons reçu aucun message. Entre les messages # 25,141 et 25,142 il s’est écoulé trois jours moins trente-huit minutes. Le plombier de Yahoo était à l’ouvrage pendant ce temps.. À la reprise, le 6 mars, plusieurs messages eurent pour objet les délais causés par ce problème. Yahoo a eu d’autres problèmes de 21h le 15 jusqu’à 9h le 17.
 

Un nouveau membre s’est joint à nous durant le mois puisque le nombre de membres est passé de 323 à 324. On aimerait que ce nouveau cousin ou cousine s’identifie afin qu’on puisse lui souhaiter la bienvenue sur le forum.

AVIS DE DÉCÈS :

Henri nous a envoyé 74 avis de décès ce mois-ci. Tom en a également envoyé plusieurs qui concernaient le nord de l’Ontario. Jim lacoursière, un. Le plus douloureux nous vint de Nickie Cheney qui a perdu son grand-père, Louis G. Rivers. L’incinération est maintenant permise par l’Église Catholique.

PRIÈRES ET SYMPATHIES :

À Nickie Cheney et à sa famille à cause du décès de son grand-père Louis G. Rivers Sr le 19 mars 2002.

NAISSANCES :

Trois nouveaux descendants se sont joints à la grande famille Rivard.

  • Thallos (Thalo) Jay Attaway né le 2 mars, enfant de Michelle et Jay Attaway. C’est le neveu de Denise.
  • Morgan Alexander Tyler Keerie né le 3 mars en Angleterre. C’est le fils de Sarah et Brian Keenie. Il a aussi deux grandes sœurs.
  • Jan et Don Dorn sont devenus le 8 mars les grands-parents de Abbey Lynn Oney, la fille de Robert et Lori (Dorn) Oney.
BIRTHDAY GREETINGS:
  • John Bellefeuille who turned 83 years young on March 23. 
  • Lance Loranger who turned 59 on March 30, who got his greetings a bit late. 
THINGS THAT WE LEARNED:
  • That Dot and Nina both had identical twin girls.
  • That a French chemist, Eugene Schueller who was the founder of L’Oreal, first invented hair dye in 1907. It was called "Aureole".
  • That the millwright of the 17th and 18th centuries were master craftsmen and quite different from the millwrights of today.
  • That Alain can send cute little "Happy Spring" graphics and wishes.
  • That Jan lost her addresses and a bunch of other things when she had computer problems.
  • That Jan woke up to a snow covered yard on the first day of Spring and that school was closed in Indiana.
  • That Marlyss, André, Nathalie and their spouses plan to meet in New Orleans for a week of researching our Antoine and the Rivarde line. They will also do some sight seeing and fun things.
  • That the BLM (Bureau of Land Management) is up again at http://www.glorecords.blm.gov/
  • That conjoint/conjointe means an unmarried couple living together.
  • That some Rivards have had a strip of white or gray hair down the center of their heads before turning completely white or gray. 
VIRUS ALERTS:
  • W32.MyLife@mm is not a hoax and alerted some cousins this month.
  • W32.Important is also not a hoax and becomes active as an email. This one also set off some alarms this month
  • Patch.exe infected one cousin and a warning was sent to all others. 
TIDBITS:
  • Wanda asked for and got an answer to a translation problem.
  • Jan asked for but did not get a good translation of the joke that was in the first newsletter.
  • Uncle Albert – who ever he is- had several messages of reference.
  • Lorraine sent in a very interesting article about the French voyageurs in Minnesota. It is message # 25,622 in the archives if you missed it.
  • Mary Ann has been busy updating the database with the birth of our three new babies and 17 new trees, adding a total of 2,523 more names. The orphans have also been updated, bringing the database up to a total of 45,982 names. 
THAT’S IT FOR ANOTHER MONTH, COUSINS. MAY ALL YOUR SEARCHES BRING YOU MANY REWARDS. 
VŒUX DE BONNE FÊTE :
  • À John Bellefeuille devenu un jeune de 83 ans le 23 mars.
  • Lance Loranger a eu 59 ans le 30 mars. On lui a souhaité nos meilleurs vœux en retard.
ON A APPRIS QUE :
  • que Dot et Nina ont eu toutes les deux des jumeaux identiques
  • que un chimiste français, Eugène Schueller, le fondateur de l’Oréal, fut le créateur de la teinture pour les cheveux en 1907. On l’appelait « Auréole » 
  • que le constructeur de moulins au XVII e et XVIII e siècle était un maître artisan. Sa fonction est bien différente aujourd’hui
  • que Alain peut envoyer de jolis petits graphiques pour célébrer le printemps.
  • Que Jan a perdu toutes ses adresses et une foule d’autres choses alors qu’elle a eu un problème avec son ordinateur.
  • Que Jan s’est levée le premier jour du printemps et a vu sa cour couverte de neige. Les écoles de l’Indiana furent fermées.
  • Que Marlyss, André, Nathalie et leurs conjoints doivent se rencontrer à la Nouvelle-Orléans durant une semaine afin de faire des recherches sur Antoine et sur les Rivard. Ils doivent également faire un tour de ville et avoir beaucoup de plaisir.
  • Que le BLM (Bureau of Land Management) a de nouveau l’adresse suivante : http://www.glorecords.blm.gov/
  • Que conjoint/conjointe est empployé pour les couples non mariés mais vivant ensembles. 
  • Que quelques Rivard ont une mèche blanche au centre de la tête avant de devenir complètement blancs ou gris.
ALERTES AUX VIRUS :
  • Le virus W32.MyLife@mm est bien réel et il a réveillé certains cousins durant le mois.
  • Le virus W32 Important est également bien réel et il s’active comme courriel. Ce virus a causé quelques problèmes.
  • Le virus Ppatch.exe a infecté l’ordinateur d’un cousin. On a alerté tous les membres.
DE TOUT ET DE RIEN :
  • Wanda avait un problème de traduction. Elle a reçu une réponse.
  • Jan a demandé de traduire une blague dans le premier bulletin. Elle n’a pas eu une réponse satisfaisante.
  • L’Oncle Albert – qui qu’il soit – a eu plusieurs messages de référence.
  • Lorraine a envoyé un article très intéressant sur les voyageurs. Si vous l’avez manqué, voyez le message # 25,622 dans les archives.
  • Mary Ann a travaillé très fort à la mise à jour de la banque de données avec la naissance de trois descendants et de 17 nouveaux arbres ajoutant quelques 2,523 nouveaux noms. On a également résolu quelques orphelins et la base contient maintenant 45,982 noms.
ET VOILÀ COUSINS POUR UN AUTRE MOIS. JE SOUHAITE QUE VOS RECHERCHES VOUS AMÈNENT BEAUCOUP DE SATISFACTION
***************
There were 471 messages posted to the chat forum during the month of March. These messages included some cute jokes, some interesting URL's, a few cartoons, a few family photos, a couple of recipes for those with a sweet tooth, birthday wishes & Easter greetings, condolences and support for Nickie who lost her beloved grandfather, as well as, bits and pieces of trivia and just plain down home friendly chatter. 
 

Interesting URL's that were shared by chat cousins include:

http://camazotz.com/wtc/1.html
The above site has great photos of the WTC (World Trade Center) and the events of 9/11. We were told that it is often busy and you may have to try it several times before gaining access.

THE FIRST DAY OF SPRING … Alain Gariépy presented the chat with its first "spring" flower bouquet on the 20th. While flowers were growing in Alain's yard in Quebec City the ground was white with snow in other parts of the US and Canada. 

PHOTOS … Along with many cute graphics some very nice photos were also shared on the chat this month. Dottie shared a photo of her three sons (Mark, Gary & Steve Geissler). She also sent a newspaper clipping of two of her grandsons who took an active part in the weight-lifting competition in the state. Jan also sent a photo of her granddaughter who also took part in the State & National weight-lifting competition. A Rivard trait??? One never knows. Peggy sent me a very nice photo of her and Jacques at her surprise birthday party. The children & Jacques pulled a real surprise on her. A birthday party, that will be remember for years to come. It would be nice if we could post all of these pictures but space won't permit that so I've chosen to include just the photos of our young people. It is so refreshing to see our young people doing, what to me, seems like an impossible task. Heck, I have trouble raising my head in the morning _ let alone, 250 + pounds over my head.

Below … Scott Sullivan who will be 16 in July and is a Freshman & Ryan Geissler, 17, a Sophomore. Both boys attend Mc Donnell High School in Chippewa Falls, WI 

471 messages ont paru dans le chat durant le mois de mars. Certains étaient de jolies plaisanteries, d’autres donnaient des adresses utiles sur le web, quelques dessins humoristiques, des photos de famille, une couple de recettes pour les édentés, des vœux de bonne fête, des souhaits de Pâques, des condoléances et de sympathies pour Nickie qui vient de perdre son grand-père, et enfin de tout et de rien ou tout simplement des messages de conversation amicale.

Certaines adresses intéressantes sur le web :

http://camazotz.com/wtc/1.html  Ce site contient des photos admirables du WTC (World Trade Center) et des événements du 11 septembre. On nous a dit que ce site est très occupé et qu’il faut s’y reprendre à plusieurs reprises pour y avoir accès.

LES PREMIERS JOURS DU PRINTEMPS … Alain Gariépy nous a présenté un bouquet de fleurs du « printemps » sur le chat le 20 mars. Alors que les fleurs poussaient dans sa cour à Québec, le sol était recouvert de neige dans les autres parties du Canada et des Etats-Unis..

PHOTOS … De magnifiques graphiques ont été présentés avec quelques photos sur le chat durant le mois. Dottie a envoyé la photo de ses trois fils (Mark, Gary et Steve Geissler.) ««elle a envoyé également quelques coupures de journaux concernant deux de ses petits-enfants qui ont pris part à une compétition de poids et haltères au niveau de l’état. Jan a envoyé une photo de sa petite-fille qui a également participé à une compétition de poids et haltères. Un trait de caractère des Rivard??? Qui sait ?. Peggy m’a envoyé une magnifique photo d’elle et Jacques lors d’une réception à l’occasion de sa fête. Jacques et leurs enfants lui ont fait une réelle surprise. Une réception dont elle se rappellera longtemps. J’aimerais bien montrer toutes ces photos, mais l’espace prévu ne le permet pas. J’ai donc choisi de montrer uniquement les photos des jeunes. C’est si rafraîchissant de voir de voir nos jeunes réaliser des choses qui me sembla à moi impossibles. Voyez-vous, j’ai de la misère à lever ma tête chaque matin … alors lever 250 livres et plus au-dessus de ma tête …

Above:

Gayle Sampson … Gayle turned 16 on the 15th of April. She is a Freshman at Neenah High School in Neenah, WI

*************

RECIPES … Two very nice recipes were shared. The first was a Chocolate Easter Egg recipe that was submitted by Dottie. Dot also sent some neat tips for those who purchase "Easter Peeps" during the holiday season. For those who aren't sure what a "Easter Peep" is, it is a marsh-mellow treat shaped like a bunny or baby chick and sometimes put in the children's Easter baskets. For the amusement of the children and also a tasty treat just put one of these little guys in the microwave and watch him grow. WARNING _ don't leave them in there too long. When expanded enough they turn out to be quite tasty … sort of like a marsh-mellow roasted over an open fire. The second recipe was sent to us by Diane Dorn and is for a Crunchy Brownie. If you like chocolate, peanut butter and marsh-mellows this recipe is one that you'll want to try. 

JUST FOR FUN … Chat cousins adopted new AKA's on 3-19-2002 when Jim L. sent an excerpt from the children's book, "Captain Underpants and the Perilous Plot of Professor Poopypants" written by Dave Pilkey. In this book the evil professor forces everyone to assume new names by substituting the 3rd letter of your first name, the second letter of you last name and the 4th letter of your last name with a list of words provided by the evil professor. Some of these names were simply hilarious. Would anyone care to guess whose new names ended up as: Poopsie Bubbletushie or Loopy Girdlefanny? I can't help but wonder what a bank teller would do if someone signed their checks with AKA's like that!

THE APRIL SPOOF … The fun stuff extended into April with excerpts and laughter from those who read J.G.'s rendition of this years April Spoof. Although, all of it hasn't been thoroughly read and digested quite yet a few interesting questions have been directed at Peg, including where she buys her bloomers and deci bras. Stay tuned for next month's chat stuff to find out if they were purchased at "Victoria Secret" or elsewhere. 

Other interesting facts that passed through the chat:

  • What happens at night on your desk when you shut down your computer.
  • There is more to a sheet of bounce than some may think. (See this month's helpful hints)
  • That the Green Bay Packers Cheerleaders are Cheese-heads.
  • That you should wait to see an entire picture before jumping to conclusions.
  • What makes some people happy.
  • The miracle of toilet paper
  • You'll have colorful chicks if your hen eats fruit-loops.
RECETTES … On a reçu deux belles recettes. La première envoyée par Dottie montre comment faire un coco de Pâques. Dottie nous a aussi envoyé quelques trucs pour ceux qui achètent des « Easter Peeps » pour le temps de Pâques. Pour ceux qui ne connaissent pas ce que c’est, il s’agit de marshmallow auquel on donne la forme d’un lapin ou d’un poussin et qu’on met dans le panier des enfants. Cela amuse les enfants et en même temps c’est succulent. Placez-le dans un four à micro-ondes et voyez-le grandir. ATTENTION … ne le laissez pas trop longtemps. Lorsqu’il a suffisamment grandi, c’est très savoureux … c’est comme un marshmallow cuit sur la braise d’un feu de camp. Diane Dorn a envoyé une seconde recette pour faire des Brownies croustillants. Si vous aimez le chocolat, le beurre d’arachide et le marshmallow, vous voudrez sûrement essayer cette recette.

POUR LE PLAISIR.. Les cousins du chat ont adopté un nouvel AKA le 19 mars lorsque Jim L. a envoyé des extraits du livre d’enfants « Captain Underpants and the Perilous Plot of Pofessor Poopypants (Capitaine Underpants et les intrigues dangereuses du professeur Poopypants) » de Dave Pilkey. Ce diabolique professeur veut forcer tout le monde à remplacer la troisième lettre de son prénom et la quatrième lettre de son nom par un mot pris dans une liste produite par le diabolique professeur. C’est tout simplement drôle. Devinez ces nouveaux noms : Poopsie Bubbletushie ou Loopy Girdlefanny? Qu’est qui arriverait à la banque si quelqu’un devait signer ses chèques avec un nom semblable?

LE POISSON D’AVRIL … La partie de plaisir a continué en avril avec des extraits et des rires de ceux qui ont lu le récit de JG concernant le poisson d’avril de cette année. Même si tout n’a pas été lu entièrement et entièrement digéré, certaines questions intéressantes furent posées à Peggy, dont celle concernant le lieu d’achat de ses bas-culotte et ses soutiens-gorge. Surveillez le chat en avril pour connaître si l’achat s’est fait à « Victoria Secret » ou ailleurs.

Autres choses intéressantes relevées sut le chat :

  • Qu’arrive-t-il le soir sur votre bureau lorsque vous éteignez votre ordinateur? 
  • On peut faire plus avec une feuille de Bounce que la plupart des gens l’imagine. (Voir l’article dans le bulletin de ce mois) 
  • Les majorettes des Packers de Green Bay ont une tête fromagée. 
  • Il faut regarder entièrement une image avant d’en tirer des conclusions. 
  • Qu’est-ce qui rend les gens heureux? 
  • Le miracle du papier de toilette. 
  • Une poule aura des poussins en couleur si elle mange des froot-loops.  
***************
HELPFUL EVERYDAY TIDBITS

 Did you know all these wonderful things a "Bounce Sheet" can do? 

1) Repel mosquitoes - Tie a sheet of Bounce through a belt loop when outdoors during mosquito season. 
 

2) Eliminate static electricity from your television screen. Since Bounce is designed to help eliminate static cling, wipe your television screen with a used sheet of Bounce to keep dust from resettling. 

3) Dissolve soap scum from shower doors - Clean with a used sheet of Bounce. 

4) Freshen the air in your home - Place an individual sheet of Bounce in a drawer or hang one in the closet. 

5) Prevent thread from tangling - Run a threaded needle through a sheet of Bounce to eliminate the static cling on the thread before sewing. 

6) Prevent musty suitcases - Place an individual sheet of bounce inside. 

7) Freshen the air in your car - Place a sheet of Bounce under the front seat. 

8) Keep the shock away - Place a sheet of Bounce in your coat pocket to avoid the shock you get getting in and out of the car in the winter. 

9) Clean baked on food from a cooking pan - Put a sheet in the pan, fill with water, let sit overnight, and sponge clean. The anti-static agents apparently weaken the bond between the food and the pan while the fabric softening agents soften the baked on foods. 

10) Eliminate odors in wastebaskets - Place a sheet of Bounce at the bottom of the wastebasket. 

11) Collect cat hair - rubbing the area with a sheet of Bounce will magnetically attract all the loose hairs. 

12) Eliminate static electricity from Venetian blinds - Wipe the blinds with a sheet of Bounce to prevent dust from resettling. 

13) Wipe up sawdust from drilling or sand papering - A used sheet of Bounce will collect sawdust like a tack cloth. 

14) Deodorize shoes or sneakers - Place a sheet of bounce in your shoes or sneakers overnight so they smell great in the morning. 

15) Another thing you can do with them is to hang the sheets outside your doors to keep flies from congregating and getting into your house every time the kids open the door. 

16) Keep mice from getting into stored things in a camper by placing a Bounce sheet with whatever you are storing, or around pipes and holes.

Connaissez-vous toutes les choses merveilleuses que vous pouvez faire avec un morceau de Bounce ?

1) Repousser les moustiques – Accrochez un morceau de Bounce à votre ceinture lorsque vous allez à l’extérieur durant la saison des moustiques.

2) Éliminer l’électricité statique sur l’écran de votre télévision. - L’objectif de Bounce est d’éliminer est d’éliminer l’électricité statique, donc époussetez l’écran avec une feuille de Bounce pour empêcher la poussière de revenir.

3) Éliminer les traces de savon sur les portes de douche. - Nettoyez avec une feuille de Bounce déjà utilisée.

4) Rafraîchir l’air de la maison – Placez une feuille de Bounce dans un tiroir ou encore suspendez-la dans la garde-robe ou dans une armoire.

5) Empêcher le fil de s’emmêler. – Passez votre aiguille sur une feuille de Bounce. Cela élimine l’électricité statique de votre aiguille avant de coudre.

6) Prévenir la moisissure dans les valises. – Placez une feuille de Bounce à l’intérieur de chacune de vos valises.

7) Rafraîchir l’air dans votre automobile. – Placez une feuille de Bounce sous le siège avant de votre voiture.

8) Prévenir les chocs électriques. – L’hiver, mettez une feuille de Bounce dans votre poche pour prévenir les chocs lorsque vous entrez ou sortez de votre automobile.

9) Nettoyer les restes de rôti dans une poêle à frire. – 

10) Éliminer les odeurs dans la poubelle – Placez une feuille de Bounce au pied de la poubelle

11) Ramasser les poils de chat – Frottez l’endroit avec une feuille de Bounce, ce qui attire magnétiquement les poils de chat.

12) Éliminer l’électricité statique sur les stores vénitiens – Frottez les lattes avec une feuille de Bounce ce qui empêche la poussière de se réinstaller.

13) Essuyer la poussière causée par une foreuse ou par le papier sablé – Un morceau déjà utilisé de Bounce ramasse le brin de scie.

14) Déodoriser les souliers ou les espadrilles – Placez un morceau de Bounce dans vos souliers ou espadrilles le soir avant le coucher. Le lendemain, de vos souliers ou espadrilles émergera une bonne odeur.

15) Une autre chose que vous pouvez faire c’est de suspendre une feuille à votre porte. Cela empêche les mouches de se rassembler et d’entrer dans votre maison à chaque fois qu’un enfant ouvre la porte.

16) Empêchez les souris de se balader dans les provisions avec une feuille de Bounce dans votre maison mobile. Une feuille autour des tuyaux et des ouvertures empêche les souris d’entrer.

*****************
LA CUISINE DU CHEF RIVARD 
Apple-Oatmeal Crisp with Irish Whiskey Cream 

Recipe courtesy Emeril Lagasse, 2001
www.foodtv.com

1 stick cold unsalted butter, cut into pieces
2 pounds Rome Beauty or Winesap apples, peeled, cored and sliced
2 tablespoons fresh lemon juice
1 cup packed light brown sugar
1 cup all-purpose flour
2 tablespoons Irish whiskey
1 teaspoon cinnamon
1/4 teaspoon cardamom 
Pinch salt
1/4 cup Irish oatmeal
1/4 cup toasted, chopped walnut pieces
Irish Whiskey Cream, recipe follows 

Preheat the oven to 375 degrees F. Lightly butter an 11 by 7-inch baking pan and set aside. In a large skillet, melt 3 tablespoons of butter over medium-high heat. Add the apples, lemon juice, 1/2-cup of the brown sugar and 1 tablespoon of the flour. Stir well, and cook for 5 minutes. Add the whiskey, cinnamon, cardamom and salt, stir well, and cook for 1 minute. Remove from the heat. In a large bowl combine the remaining flour, oatmeal and remaining 1/2-cup sugar. Add the remaining 5 tablespoons of butter, and with your fingers or a pastry blender, work the mixture until it resembles coarse crumbs. Add the walnuts and mix well. 

Place the apple mixture in the greased pan and sprinkle the crumb mixture evenly over the top. Bake until golden brown and bubbly, about 35 to 40 minutes. Serve hot with the Irish 
Whiskey Cream. 

Irish Whiskey Cream:
1 cup heavy cream
1 tablespoon sugar
2 tablespoons Irish whiskey 

Whip the cream until it begins to form soft peaks. Add the sugar and whiskey and beat until stiff peaks form. Cover and chill until needed. 

Yield: about 2 cups 

Yield: 4 to 6 servings
Prep Time: 20 minutes
Cook Time: 45 minutes

Biscuits croquants au gruau et aux pommes avec crème de wisky irlandais 
Recette courtoisie de Emeril Lagasse, 2001 
www.foodtv.com

1 bâton de beurre non sale, coupe en morceau
2 livres de pommes pelées, dont on a enlevé le cœur et coupées en morceaux de marque Rome Beauty ou Winesap
2 cuil à table de jus de citron frais
1 tasse de cassonade
tasse de farine tout-usage
2 cuil à table de whisky irlandais
1 cuil à thé de cannelle
1 cuil à thé de cardamome
Une pincée de sel
¼ de tasse de gruau irlandais
¼ de tasse d’amandes grillées
Crème de whisky irlandais selon la recette qui suit

Faire chauffer le fourneau à 375° F. Appliquer une légère couche de beurre sur une casserole 11 par 7 et réserver
Faire fondre 3 cuil à table de beurre dans un plat en chauffant à feu élevé. Ajouter les pommes, le jus de citron, ½ tasse de cassonade et 1 cuil à table de farine. Brasser et cuire durant 5 minutes. Ajouter le whisky, la cannelle, le cardamome et le sel, brasser et cuire 1 minutes. Enlever du feu. Dans un bol, placer la farine restante, le gruau et ½ tasse de sucre. Ajouter les 5 cuil à tables de beurre restant, et avec vos doigts ou un mélangeur à pâtisserie jusqu’à ce que le mélange ressemble à de la chapelure. Ajouter les noix et mélanger.

Placer le mélange de pommes dans le plat beurré et saupoudrer le mélange de chapelure sur le dessus. Cuire jusqu’à ce soit d’un brun doré environ 35 à 40 minutes. Servir chaud avec la crème de whisky irlandais

Crème de whisky irlandais
1 tasse de crème épaisse
1 cuil à table de sucre
2 cuil à table de whisky irlandais

Fouetter la crème jusqu’à ce qu’elle forme de petites pointes. Ajouter le sucre et le whisky et brasser jusqu’à la formation de pointes. Couvrir et refroidir

Donne 2 tasses

4 à 6 portions
Temps de préparation: 20 minutes
Temps de cuisson : 45 minutes

****************
SOME IRISH TRIVIA

Did you know that ... The Harp is the official Emblem of Ireland, not the Shamrock. It was Saint Patrick who made the Shamrock so popular. 

St. Patrick's Day, the way we celebrate it, is more American than Irish. In Ireland, St. Patrick's Day is a religious holiday, shops and businesses are closed to give everyone a day off to be spent with family and friends. Catholics begin their day by attending Mass. Families gather for celebratory meals and spend the day at popular sporting events-Gaelic games, championship rugby matches or a steeplechase. There are big parades in Dublin and Belfast to celebrate national pride. It is said there are more Americans of Irish descent in America than there are Irishmen in Ireland. Americans celebrate St. Patrick's Day with such fun and wild abandon that many people in Ireland tune in their televisions to watch celebrations and parades in the U.S..  The first St. Patrick's Day celebration in America was in 1737 hosted by the Charitable Irish Society of Boston. The second was established in 1780 by the Friendly Sons of St. Patrick in Philadelphia. 

It is not known if March 17 is celebrated because it is the date of St. Patrick's birth or his death. Some claim it is both, others say neither. As to St. Patrick's birthplace, the only definite statement is that he most certainly was not born in Ireland. He founded 165 churches and started a school with each one. St. Patrick is widely acknowledged as the patron saint of Ireland. There are no snakes in all of Ireland thanks to St. Patrick. Of all the legends surrounding this popular figure, the most long-lived is the story of St. Patrick driving the snakes from Ireland. As the population of Ireland looked on, St. Patrick pounded a drum and banished the snakes. 

The shamrock is seen everywhere on St. Patrick's Day. St. Patrick used the shamrock when he preached the doctrine of the Trinity as a symbol of its great mystery. Today, it is widely worn in Ireland and America to celebrate Irish heritage. In fact, several million shamrock plants are grown in County Cork, Ireland, and shipped all over the world for St. Patrick's Day. 

DIRECTEMENT D’IRLANDE

Saviez-vous que … c’est la Harpe qui est l’emblème officiel de l’Irlande et non pas le Trèfle. C’est saint Patrick qui rendit le trèfle si populaire.

La façon dont on célèbre la Saint-Patrick est plus américaine qu’irlandaise. En Irlande, le jour de la Saint-Patrick est une fête religieuse. Les magasins et les bureaux sont fermés de sorte que cette journée fériée se passe avec la famille et les amis. Les catholiques assistent à la messe. Les familles se réunissent pour des agapes et assistent à des joutes sportives : les Jeux Gaëliques, les matchs de rugby ou à des courses de chevaux. On fait des parades à Dublin et à Belfast pour célébrer la fierté nationale. On dit qu’il y a plus de descendants irlandais aux Etats-Unis que d’Irlandais en Irlande. Les Américains célèbrent la Saint-Patrick avec tant de plaisir et d’entrain que les gens de l’Irlande surveillent cette fête et les parades sur la télévision. On a célébré la Saint-Patrick la première fois aux Etats-Unis en 1737 grâce à la «Charitable Irish Society » de Boston. La seconde fois en 1780 par les «Fils de saint Patrick » à Philadelphie. 

On ignore si, le 17 mars on célèbre le jour de la naissance ou du décès de saint Patrick. Certains soutiennent les deux, d’autres aucunes. Quant au lieu de naissance de saint Patrick, on est sur d’une seule chose : c’est qu’il n’est pas né en Irlande. Il a fondé 165 églises paroissiales et il a fondé une école dans chacune. Saint Patrick est bien connu comme le saint patron de l’Irlande. Il n’y a pas de serpents en Irlande grâce à saint Patrick. De toutes le légendes qui entourent cette figure si populaire, la plus durable est celle de saint-Patrick chassant les serpents de l’Irlande. Devant la population de l’Irlande, saint Patrick joua du tambour et chassa les serpents.

On voit partout le trèfle le jour de la Saint-Patrick. Saint Patrick utilisait le trèfle dans ses sermons pour démontrer le grand mystère de la Sainte-Trinité. Aujourd’hui, on le porte en Irlande et aux Etats-Unis pour célébrer l’héritage irlandais. En fait, on fait pousser plusieurs millions de trèfles dans le comté de Cork, Irlande, et on les envoie dans le monde entier pour les célébrations de la Saint-Patrick.

****************
SOME IRISH HUMOR

Murphy walked into a bar and ordered martini after martini, each time removing the olives and placing them in a jar. When the jar was filled with olives and all the drinks consumed, the Irishman started to leave. "S'cuse me", said a customer, who was puzzled over what McQuillan had done. "What was that all about?" "Nothing," said the Irishman, "my wife just sent me out for a jar of olives."

HUMOUR IRLANDAIS

Murphy est au bar et commande martinis sur martinis: chaque fois, il enlève l’olive et la place dans un pot. Lorsque le pot est rempli d’olives et qu’il a consommé les martinis, l’Irlandais se lève : « Excusez-moi» lui dit un client, intrigué par ce que McQuillan a fait. « Pourquoi avez-vous fait cela? » «C’est que » dit l’Irlandais « ma femme m’a envoyé chercher un pot d’olives »

*****************
THE EDITOR'S CORNER
LA COLONNE DE LA RÉDACTRICE
As you already know I will be stepping down as the editor of the Forum News. My last issue & farewell as the Forum News Editor will appear next month. It's been a lot of fun and "for the most part", I've enjoyed every minute of it. You are a great bunch of cousins.  Comme chacun le sait, je laisse la position de rédactrice-en-chef du Bulletin du Forum. Mon édition d’adieu paraîtra le mois prochain. J’ai eu beaucoup de plaisir et « la plupart du temps », j’ai goûté chaque minute que j’y ai consacré. Vous êtes une belle bande de cousins.

Until Next Month

Be kind to one another & keep smiling

Rendez-vous le mois prochain.

D’ici là soyez gentils les uns envers les autres et gardez le sourire