15 mai 2001

THE RIVARD NEWSLETTER TEAM

Editor: Jan Dorn

Co-Editor: Jean Guy Lacoursiere

Member of the Month Column: Marlyss Hernandez

Query Reporter: Nickie Cheney

Trivia & Humor: "Chippewa Falls Finest", Dot Giessler

Translators: Alain Gariépy & André Dufresne
 
 

IN THIS ISSUE :

RV2001 Detroit/Windsor Reunion News

A Trip Down Memory Lane

Cap-de-la-Madeleine Celebration, June 2001

News from the Rivard Association

"Ron (AKA: Riv) Rivard" Voted May's FMOTM

Biography of "Tom Dufour" April's FMOTM

Newington, Kent, England by Sarah Keerie

New Members Join the Rivard Family Forum

Forum News & Topic Highlights

The French Entrepreneurs Part III [Conclusion]

The Rivard Kitchen

A little Bit of Trivia & Humor

Editor's Corner
 
 
 
 

L’ÉQUIPE DU BULLETIN DES RIVARD

Rédactrice-en-chef: Jan Dorn

Rédacteur-en-chef adjoint: Jean Guy Lacousiere

Colonne du Membre du mois: Marlyss Hernandez

Reportages: Nickie Cheney

Sujets divers et humour … «Les meilleures de Chippawa Falls» : Dot Giessler

Les traducteurs: Alain Gariépy & André Dufresne

Dans ce numéro

Nouvelles de la reunion RV2001 à Détroit/Windsor

Je me souviens

Fêtes du Cap-de-la-Madeleine, juin 2001

Nouvelles de l’Association des Rivards

Ron Rivard dit Riv, Membre du mois de mai

Biographie de Tom Dufour Membre du mois d’avril

Newington, Kent, Angleterre par Sarah Keerie

Nouveaux membres du forum des Rivard

Nouvelles du forum et sujets importants

Les entrepreneurs français, 3ème partie [fin]

La cuisine chez les Rivard

Un peu de tout et humour

Le coin de la rédactrice-en-chef
 
 
 
 

RV2001 DETROIT/WINDSOR REUNION NEWS

By Tom Dufour

On July 22, 2001 at 11:00AM, the Rivard Forum & the Rivard Association has a place in Assumption Church, for mass on that Sunday morning. After mass, I will walk with everyone to the river-front just under the Ambassador Bridge to have a picnic and watch the Tall Ships Sail Under the Bridge on their way to Detroit's Hart Plaza. Yes … plan on that day to bring blankets and lawn chairs to sit at the Ambassador Bridge Park, 2 blocks away from the Assumption Church. If Kentucky Fried Chicken is in order, the KFC is just down Huron Church Rd., 5 minute drive away. There is also a place to park your vehicles as well. Don't forget, the Rivard's had a hand in building the Assumption Church along with all of the Founding Fathers of the Detroit/ Windsor area. If you want to visit the Assumption Church Cemetery it is a block away from the Assumption Church the other way down Huron Church. And, you will be in the same area of the Univ. of Windsor Campus and the Missionary Quarters. This is a beautiful walk with tall trees and many benches to sit and talk or rest. This is a site you will never forget. It is a very peaceful place. For those who are a little more adventurous, there is the Brock Street Gail (Jail) on Sandwich street and the Cemetery at the Jail, with Mackenzie Hall attached to it and all of the Murals on the building of Old Mill Street and Sandwich Street, or the Old Dominion Hotel which is still standing. You are going to love the city of Windsor and Detroit.

I am hoping that the Burton Library will be open by the time everyone is coming. There has been a number of things happening to this wonderful collection, most due to mismanagement of trust fund moneys for the upkeep of the Burton, plus the flooding of the library, and the transformer fire in the library. I do hope the Mayor of Detroit gets his butt in gear and get some

proper people in the Collection to maintain the History of Detroit & Windsor that is stored in the Burton Library. Working on that trip to Mt. Clemens to make it happen for those who want to search the records. I will keep you informed. [Thomas Dufour]

For those who are coming to Windsor/Detroit Rivard Rendez-Vous 2001 if you will go to this site: www.detroit300.com You will see all of the items that will be on sale. If you want items with the Rivard Rendez-Vous 2001 put on the items there is an order form so you can place your orders. Such items include; Sweat Shirts, T-shirts, Sport Shirts, Mugs & Glasses, Tote Bags & Coolers

Caps & Key Chains, Pen & Pencil sets. There is an order form to fill out on the web.
 
 

New Books Available Regarding the 300th Year Anniversary of Detroit.

The Archdiocese of Detroit is selling books through it's bookstore in Detroit in connection with Detroit 300. They are:

1.Make Straight the Path-$25.00-New … "Make Straight the Path" is a beautiful book of the history of the church in the Detroit area. It would make a great gift, especially for older people who remember the "old" parishes. [Per Nina}

2.Seasons of Grace-$19.95

3.Images of America-Archdiocese of Detroit-$18.99

Interested parties can order these books by calling 313-962-4490 and placing a credit card

order over the phone or emailing the information to: catbkstore@aol.com If sending email please include complete name, address, daytime phone number.and credit card number.

Some of the parishes in the Detroit area are also selling these books.

The book is "Grosse Pointe 1880-1930" by Madeline Socia & Suzy Berschback. It is soft cover book with a lot of pictures covering the period when Grosse Pointe went from a quiet French settlement to land of mansions. Some of the families that appear are: Allard, Beaufait, Alger, Trombley, McMillan, Poupard, Hall, Provencal, Moran, Muir, Campau, Towbridge, Beaupre, & of course the Dodges & Fords.
 
 

*******************

NOUVELLES DE LA RÉUNION RV2001 À DÉTROIT/WINDSOR

Par Tom Dufour

On attend, le 22 juillet 2001 à 11h., les membres du forum et les membres de l’Association des Rivard à l’église de l’Assomption pour la messe du dimanche matin. J’accompagnerai, après la messe, tout le monde sur les rives de la rivière sous le pont Ambassador à notre pique-nique. De là nous pourrons assister au départ des Grands Voiliers vers Hart Plaza de Détroit. Eh oui! Apportez vos couvertes et chaises longues dans le parc du pont Ambassador à deux coins de rue de l’église de l’Assomption. Si vous le désirez, il y a un KFC sur la rue Huron, une ballade de cinq minutes en auto. Il y a également un stationnement. N’oubliez pas que les Rivard ont participé à la construction de l’église Assomption avec les autres pères fondateurs de l’agglomération Détroit/Windsor. Vous pourrez aussi visiter le cimetière de l’église Assomption situé à un coin de rue de l’église mais dans l’autre direction de la rue Huron. Vous serez également dans les environs de l’université de Windsor et du quartier des Missionnaires. On peut marcher parmi de grands arbres, s’asseoir ou se reposer sur un des nombreux bancs. Voilà un site que vous n’oublierez pas de sitôt. C’est un endroit très tranquille. Si vous aimez l’aventure, vous trouverez la prison de la rue Brock sur la rue Sandwich avec son cimetière et la salle Mackenzie qui y est rattachée; également vous pourrez voir les murales sur le bâtiment de la rue du Vieux Moulin et de la rue Sandwich ou encore le vieil hôtel Dominion qui résiste au poids des ans. Vous allez aimer les villes de Windsor et de Détroit.

J’espère que, lors de votre venue, la bibliothèque Burton sera ouverte. La mauvaise administration des fonds pour le maintien de la collection, l’inondation du bâtiment, un feu causé par un transformateur font parti de l’histoire récente de cette bibliothèque. Je souhaite que le maire de Détroit prenne les choses en main et qu’il choisisse les bonnes personnes pour administrer la bibliothèque Burton qui contient une foule de documents relatant l’histoire de Détroit et de Windsor. Je travaille également à l’organisation d’un voyage à St.Clemens pour ceux qui préférerais faire des recherches. Je vous tiens au courant. [Tom Dufour]

Ceux qui assisteront au RV2001, peuvent visionner le site suivant : www.detroit300.com

Vous y verrez certains items à vendre. Pour faire inscrire : Rivard Rendez-vous 2001 sur ces items, servez-vous du bon de commande. Il y a plusieurs sortes de chemises, de chandails, des verres, des chopes, des sacs réfrigérant, des casquettes, des porte-clefs, des crayons et plumes. Remplissez le formulaire.

Livres sur le 300ème anniversaire de Détroit

L’archidiocèse de Détroit vend des livres à sa librairie de Détroit sur le 300ème.

Ce sont :

  1. « Make Straight the Path - $25- Neuf. Il s’agit d’un excellent volume sur l’histoire de l’église de la région de Détroit. C’est un beau cadeau à faire spécialement à des gens «âgés» qui se souviennent de ces vieilles paroisses. [Per Nina]
  2. Seasons of Grace - $19.95
  3. Images des Etats-Unis – Archidiocèse de Détroit - $18.99

  4.  

     

    Les gens intéressés peuvent commander en téléphonant au 313-962-4490 avec une carte de crédit ou encore par courriel catbkstore@aol.com. Veuillez donner votre nom, adresse, numéro de téléphone et numéro de carte de crédit. Certaines paroisses de Détroit vendent également ces livres.

    Ce livre «Grosse Pointe 1880-1930» par Madeline et Suzy Berschback. Ce volume, avec couverture molle et de nombreuses photos, couvre la période où Grosse Pointe était un village français bien tranquille jusqu’à la période des maisons de rapport. Voici le nom de quelques familles qui y sont citées : Allard, Beaufait, Alger, Ytomblay, McMillan, Poupard, Hall, Provençal,Moran, Muir, Campau, Towbridge, Beaupré et naturellement Dodge et Ford
     
     

    ***********************

    A TRIP DOWN MEMORY LANE

    "The Party in Room 104" - by Peggy Lacoursiere

    Trois- Rivieries was enjoyable and one of many happy memories. To zero in on any one particular day/event is impossible. Perhaps I should start at the very beginning by saying the afternoon we arrived. The fun began immediately from meeting Ron Rivard and his family as we parked our cars (BIKE too) in the parking lot, meeting Ray Beaupre as we were checking in and seeing Jean Guy who was already in the lobby. After we checked in, we went back into the lobby to greet/watch the new arrivals for awhile; then Jacques told me that he was tired from the long drive and he wanted to go back to the room, relax and have a cold beer. Next thing I knew, Jacques invited Ray to come back with us for a cold brew and that was the beginning of the party in Room 104.

    I was amazed how everyone knew and came to our door. After a few knocks, Jacques just left the door wide open and the flow continued through our room and out onto the patio as we all meld in the back parking lot. That 's where most of the first encounters took place. A big thrill it was for me to meet again with Henri, Jean-Guy, Larry, Lorraine, Linda and see the new faces, Anna/Bob, Jim L*, Pat, Rober, Tom, Mary Ann, Dave, etc. Some were like I had imagined and others quite different. Another special treat for me were the immediate local cousins who were coming to meet us for the BBQ later on in the day. Some of whom we had met before but others it was going to be for the first time also.

    The Buffalo Brothers, I saw them standing at the back of their VAN and I could see that they were sharing that huge Family Chart with those around them. Then the biggest surprise was when one of them was asking, "who is Peggy Lacourciere"? "Oh, here I am". You see, I was a Representative for New York (and a few neighboring States) and had resumed and sent newsletters randomly to tell some Rivards (dits too) about the upcoming happenings in 3Rs. Lo and behold, the Buffalo Brothers were recipients, as was Jim Rivard of N.J. Needless to say, they were happy to learn of the reunion and I was ecstatic that my newsletter was read and that they decided to come. You had to be there to see my smile, it was from ear to ear. That bit of information alone made my trip.

    Beholding to the eyes that afternoon was the camaraderie that was shared among us all. Amazing it was as was Jacques cooler full of beer, that never went dry.. From that very start I just knew that the RENDEZVOUS was going to be a HUGE success and it was. I am sure all that were there that afternoon will agree.

    ***********************

    Je me souviens

    «Fête à la chambre 104» par Peggy Lacoursière.

    Trois-Rivières, cité charmante, et voici un des souvenirs que j’en ai conservé. Parler d’un événement ou d’un jour particulier est impossible. Je devrais commencer par le début, soit l’après-midi de notre arrivé. Immédiatement, quel plaisir de rencontrer Ron Rivard et sa famille au moment où nous stationnions nos autos (nos bicyclettes aussi), de rencontrer Ray Beaupré à l’enregistrement et Jean-Guy qui était déjà dans le vestibule. Après l’enregistrement, nous sommes retournés dans le vestibule afin de rencontrer les nouveaux arrivants; mais Jacques me dit qu’il est fatigué du voyage, qu’il désire se rendre dans notre chambre afin de déguster une bonne bière froide. Mais Jacques avait invité Ray à venir avec nous et ce fut le début de la fête dans la chambre 104.

    J’étais surprise de la façon dont chacun savait et venait frapper à notre porte. Après quelques coups frappés à la porte, Jacques la laissa grande ouverte et les gens arrivaient dans notre chambre et sur le patio et tout le monde s’agglutinait dans le stationnement arrière. Quelle émotion pour moi de rencontrer à nouveau Henri, Jean-Guy, Larry Lorraine, Linda et de rencontrer de nouveaux visages, Anna et Bob, Jim L*, Pat, Rober, Tom, Mary Ann, Dave, etc. Certains ressemblaient à ce que j’avais imaginé et lea autres étaient bien différents. Ce fut un autre régal de rencontrer les cousins du Québec qui venaient assister au BBQ plus tard dans la soirée. J’en connaissais quelques uns, mais je voyais les autres pour la première fois.

    J’ai vu les cousins de Buffalo qui, à l’arrière de leur camionnette, regardait une immense charte de la famille avec ceux qui les entouraient. La plus grande surprise vint lorsque l’un des cousins de Buffalo demande tout à coup : « Qui est Peggy Lacoursière? » « Me voici ». C’est que voyez-vous j’étais la représentante de New York (et de quelques états avoisinants.). J’avais écrit une lettre d’invitation au rendez-vous que j’avais envoyée à quelques Rivard (et alias.) Les frères Buffalo et Jim Rivard du New Jersey en avaient reçu une. Ils furent très heureux d’apprendre la tenue de la réunion, et j’étais ravie de voir qu’ils avaient lu ma lettre et les informations qu’elle contenait les avait décidés à venir à Trois-Rivières. Vous auriez dû voir mon sourire qui s’étendait d’une oreille à l’autre. Ce fut pour moi le clou du voyage. Quel spectacle de voir la camaraderie partagée par tous. C’était amusant comme l’était le réfrigérateur de Jacques, plein de bières, et qui ne s’est jamais vidé. Dès lors, je n’ai jamais douté que le RENDEZ-VOUS serait un immense succès et ce le fut. Tous ceux qui étaient présents seront sûrement de mon avis.
     
     

    **************************

    JUNE CELEBRATION AT CAP-DE-LA-MADELEINE

    By Monique Loranger Tessier

    International Association of Rivard Families

    350th Anniversary of the Cap-de-la-Madeleine Celebrations

    Meeting of the Rivard Families (Dufresne, Loranger, Lacoursière, Lanouette and all other « dit » names) in Cap-de-la-Madeleine.

    Saturday, June 30th, 2001

    9 :30 AM Official opening ; Registration and coffee for participants

    Centre communautaire des Ormeaux

    300 Chapleau Street. Cap-de-la-Madeleine

    10 AM Conference by Mrs. Louise Lacoursière, writer.

    Introduced by : Jim Rivard

    11 :15 AM : Official Cocktail offered by the City of Cap-de-la-Madeleine.

    Organizer : Benoit Rivard

    Surprise visit

    12 Noon : Cold buffet with the participation of François Delagrave, historian and

    author. Organizers : Michel & Thérèse Rivard

    2 PM Bus Tour of the Cap-de-la-Madeleine.

    Organizers : Réal Dufresne & Michel Rivard

    15$CDN per person

    Visit of the exhibition « Cap-de-la-Madeleine, a historical city »

    4 PM Free tour of the Cap-de-la-Madeleine Sanctuary.

    Organizing Committee of the Cap-de-la-Madeleine Celebrations, 30 June 2001:

    Mr. Réal Lanouette : email: rivard@iquébec.com

    Luc & Denis Rivard: email: luc.rivard@tr.cgocable.ca

    Georges-Henri Rivard: email: marielle.montigny@sympatico.ca

    Sunday July 1st, 2001

    Meeting in Batiscan in commemoration of Nicolas Rivard, sieur de Lavigne’s 300th death anniversary, (first Captain of the Militia of the Cap-de-la-Madeleine, 1652-1666). He was buried in Batiscan on July 1st, 1701

    Organizer : Loraine Rivard: e-mail: pandora@cgocable.ca

    **********************

    Fêtes du 350e anniversaire de Cap-de-la-Madeleine - par Monique Loranger Tessier

    Association internationale des familles Rivard

    Fêtes du 350e anniversaire de Cap-de-la-Madeleine

    Rencontre des familles Rivard (les Dufresne, Loranger, Lacoursière, Lanouette et tous les autres patronyme) Cap-de-la-Madeleine ,samedi 30 juin 2001

    9h.30 Arrivée. Inscription et café pour les participants

    Centre communautaire des Ormeaux

    300 rue Chapleau. Cap-de-la-Madeleine

    10h. Conférence de Madame Louise Lacoursière, écrivain. Présentation:

    Jim Rivard

    11h.15 Cocktail d'honneur par la ville du Cap-de-la-Madeleine.

    Responsable: Benoit Rivard … Visite surprise

    12h. Buffet froid avec la participation de M. François Delagrave, historien. Responsable: Michel & Thérèse Rivard

    14h. Visite touristique du Cap-de-la-Madeleine en autobus.

    Responsables : Réal Dufresne & Michel Rivard

    15$ par personne

    Visite de l'exposition de Cap-de-la-Madeleine, ville pleine d'histoire

    16h. Visite libre du Sanctuaire du Cap-de-la-Madeleine.

    Comité organisateur des Fêtes de Cap-de-la-Madeleine, 30 juin 2001:

    M. Réal Lanouette : e-mail: rivard@iquébec.com

    Luc & Denis Rivard: e-mail: luc.rivard@tr.cgocable.ca

    Georges-Henri Rivard: e-mail: marielle.montigny@sympatico.ca

    etc.....

    Dimanche - 1er juillet 2001

    Rencontre à Batiscan pour commémorer le décès de Nicolas Rivard, sieur de Lavigne, premier Capitaine de milice au Cap-de-la-Madeleine, de 1652 à 1666. Il fut inhumé à Batiscan le 1er juillet 1701. Responsable: Loraine Rivard: e-mail: pandora@cgocable.ca

    **********************

    NEWS FROM THE RIVARD ASSOCIATION

    By Jim Rivard

    The AIFR has joined the Federation des Familles Souches du Quebec. (FFSQ) We, Real Lanouette and I have attended our first congress ( Saturday, April 5th) with them on the historical Boucherville Island. (Named after Pierre Boucher with whom Nicolas had some dealing in the early development of Cap de la Madeleine ) The Federation regroups 160 associations such as ours. They provide administrative and advisory support. The event took place in the Hotel des Gouverneurs. The reception area was manned by personnel in beautiful costumes and each participant was given a folder complete with the program for the next two days and back-up information. The opening was performed by a representative of the city of Longueuil and an historian who gave an interesting talk on the Islands where we were. Here is a list of the workshops who incidentally were attended 100%!

    1) The future of the Associations

    2) The families reunions and activities

    3) The families bulletins.

    4) Recruiting new members

    5) The Internet

    6) Genealogical dictionaries and other publications

    7) Families genealogies and histories

    8) Archives and encoding.

    Real and I attended each four different sessions and will report to our executive council. We got a lot of information as well from participants who were all eager to share their experience.( At least one Association was founded in 1910 ! ) The Federation dates back to 1984. We had a wonderful time with our new friends who gave us names of Rivard's in their communities. And that's it for the Congress.

    But here's is a scoop: We are preparing our Rivardiere, which will have the heroic story of Bishop Francois Xavier Lacoursiere. Don't miss it! … Regards' Jim

    ************************

    NOUVELLES DE L’ASSOCIATION DES FAMILLES RIVARD (AIFR)

    Par Jim Rivard

    L’AIFR est devenue membre de la fédération des Familles souches du Québec (FFSQ.) J’ai assisté avec Réal Lanouette à notre premier congrès (samedi le 5 avril) de la fédération sur l’île historique de Boucherville. (Elle tire son nom de Pierre Boucher avec qui Nicolas avait fait des échanges dans les premiers jours du Cap-de-la-Madeleine.) La fédération regroupe 160 associations comme la nôtre et elle donne des services de gestion et de conseils. Le congrès s’est tenu à l’hôtel des Gouverneurs. Le personnel à la réception portait de jolis costumes et chaque congressiste recevait un cartable contenant le programme des deux jours et les informations nécessaires. L’ouverture fut faite par un représentant de la ville de Longueuil et par un historien qui nous ont fait l’historiques des îles où nous étions. Voici une liste des ateliers qui affichaient complet à 100%.

  5. L’avenir des associations
  6. Les réunions et les activités de familles.
  7. Les bulletins de famille
  8. Le recrutement de nouveaux membres
  9. L’internet
  10. Les dictionnaires de généalogie et autres publications
  11. La généalogie et les histoires de familles
  12. Les archives et la conservation
Nous avons chacun assistés, Réal et moi, à quatre sessions et nous avons fait rapport à notre comité de direction. Nous avons glané beaucoup d’informations également des participants qui étaient très heureux de partager leurs expériences. (Une des associations date de 1910.) La fédération fut créée en 1984. Nous avons eu beaucoup de plaisir avec nos nouveaux amis. Ils nous ont donné le nom de plusieurs Rivard qui résident dans la même communauté qu’eux. Et voilà pour le congrès.

Mais voici la primeur. Nous préparons notre bulletin La Rivardière. Dans le prochain numéro nous présentons l’histoire héroïque de Mgr François-Xavier Lacoursière. Ne le manquez pas. A bientôt.

Jim

***********************

OUR MAY FORUM MEMBER OF THE MONTH IS RON RIVARD

By Marlyss Rivard Hernandez

Congratulations, Ron, for winning our election for the month of May. Ron is also known as Riv, (can't imagine where he got that nickname now, can you?) Ron is a motorcycle enthusiast, loves his Ruthie and genealogy. Not necessarily in that order. Ron was the cousin who got the reunion barbeque set up in Trois Rivieres last year. He and his lovely wife rode the motorcycles up there and checked out the various hotels in the area, got the Laviolette to let us use a room for our genealogy books and really got the ball rolling on our reunion last July. For this we thank you, Riv, and we all look forward to reading about you in the June newsletter.

************************

Ron Rivard dit Riv, Membre du mois de mai - par Marlyss Hernandez

Felicitations a Ron, elu Membre du mois de mai du Forum. On se demande bien ou il a pu pecher son surnom : Riv? Ron est un fan de sa moto, de sa Ruthie et de genealogie, pas necessairement dans cet ordre! C'est a lui que nous devons l'initiative d'avoir organise un mechoui a Trois-Rivieres l'ete dernier. Sa tendre moitie et lui ont enfourche leurs motos et ont parcouru les hotels de Trois-Rivieres, pour aboutir a l'hotel Laviolette, ou il nous a obtenu une salle de reunion pour notre genealogie. On peut vraiment dire qu'il a mis en branle tout notre projet de reunion. Nous t'en remercions Riv et nous avons bien hate d'en connaitre plus a ton sujet dans le Bulletin de juin. [Transduction par André Dufresne :-)]

**********************

AN INTERVIEW WITH TOM DUFOUR - APRIL'S FORUM MEMBER OF THE MONTH

By Marlyss Rivard Hernandez

Tom tells me that he started studying genealogy when he started high school, and then began to pursue it more fully in his late thirties. He started by just gathering "little bits and pieces of my own lineage" and then he learned that a cousin was doing the same thing. This cousin's last name was Tremblay. He was around 45 years old when he really got down to doing some full time research to find out who were his ancestors and why they went to the Detroit/Windsor area. His files have now grown to some 100,000 names in each. Many are of families in the Great Lakes area that are all related through the many marriages. He has a never-ending job in trying to continue where Denissen ended.

How does his family feel about his genealogy hobby? They, both his and his wife's relatives, think that he is the historian of the family names and all the relatives associated with the family names. Many of his wife's family are still living, but most on Tom's side have passed away and his cousins are spread out all over. These cousins do know who is keeping the family names in order. His older relatives remembered only so much, but with a bit of history and brainstorming, they were able to piece together the reasons why the families moved and from where they came. He is very fortunate in having a first cousin who is also a genealogist and has his family traced back to France in the 1300's. Tom and his cousin have been passing information back and forth for a while and are geographically situated in an area where they have access to the Burton Library, Windsor Archives and the Franco Ontarienne d'Histoire et Genealogy in Belle River, Ontario. His wife enjoys having Tom do genealogy because it is relaxing and it keeps him home with her instead of out on the baseball field or in the library, or playing music on weekends as he did in his younger days. Tom has adjusted his life for his best friend, his wife Yvonne, after she had a heart attack.

The most interesting piece of history Tom has found is knowing that his ancestor, Pierre Bonvivant Dufour, is buried at the foot of the Ambassador Bridge. He has recently received some very good documentation from St. Malo, France on the mother of Pierre Bonvivant Dufour, Anna De La Rue, and the birth dates of Pierre's father, Pierre Mathurin Dufour. This new information help extend his tree back four more generations with documents from St. Malo and Isle de Re, France. He also found out that Pierre Bonvivant Dufour was a Marine in the French Army and came to Fort Detroit in 1739 as an officer. Pierre's grandson, Antoine Dufour, was a captain in the War of 1812. "But", says Tom, "the best is yet to come with the Maisonvilles in Windsor with the connection to the Rivards and the finding of the gift of lands to the Maisonvilles by Chief Pontiac". Apparently, Tom has not found any ghosts or pirates in his line as of yet.

Tom has received most of his information from the Societe Ontarienne d'Histoire et Genealogy Library in Belle River. This is the closest thing to the Burton Library that he can get to. The French Canadian Heritage Society of Michigan has also been a good source of information for him. "But the best source is the good old Rivard Forum. Such wonderful information on Antoine Rivard, Louisiana, Joseph Osage Rivard, the many sons of Nicolas and Robert and the livelihood they pursued in their lives in this new country. This family has the makings of a TV series on the 'Trials and Tribulations of the Rivards in the New World'." I could not agree with you more, Tom, as this is so true.

When asked how did Tom find the Rivard Family Forum, he said that he was doing some email reading with Stephanie Luce when the email was forwarded to Mary Ann Mickey, who was his first contact with the forum.

Jean Guy Lacoursiere, André Dufresne, Henri Lanouette and many more lively people on the forum have helped him. Tom thanks all on the forum who make him feel very welcomed. To quote Tom, "There are so many people that have helped me in a very silent way, it is hard to pick out one person who I could say inspired me the most. All on the Forum have a way of inspiration. I would like to thank everyone who voted for me. I am honored to be in the voting with such a distinguished gentleman as Jean-Guy Lacoursiere. My admiration of his knowledge and his help to the Forum is an inspiration to me. "

At the present time there is a big push on to continue the Denissen Books Vol. 1 and II. The French Canadian Heritage Society in Michigan has been busy correcting the mistakes and piecing together more data on the French families there and in Essex County. Tom has been compiling a list of names mainly from the founding fathers to 2000. The living are being kept out of the recorded information, but the relatives that are deceased are being entered in the family trees. Some of these names are as follows: Dufour, Dumouchelle (mother), Guilbeault (wife), Blais (mother-in-law), Gregoire dit Nantais, Langlois, Meloche, Drouillard, Lessard, Paquette, Quellette (grandmother), Lauzon (grandmother of wife), Maisonville (great-grandmother), Descomps dit Labadie, Tremblay, Belland (great grandfather and grandmother), Descoteaux dit Lafebrve, Laforest dit Tineau, Laforest dit Labranche, Reaume, Parent, and many more. Sometimes Tom finds it hard to find a name as he has so many that it may take him days to it.

The last question on the questionnaire is as follows: Are you planning on attending the RV2001 Reunion in Detroit/Windsor next July? I think we all know Tom's answer to that one since he is the one doing so much of the work and planning for our visit to this area in July. Tom says he and his wife hope to see everyone at the Rivard Rendez-vous 2001 on July 20 to the 24 as on the 24th Tom will be leaving with his baseball team, whose name is the Tecumseh Thunder, to go to Greensboro, North Carolina. There is a five day tournament there and two of his players will be on this year's Canadian Youth Team. One is going to be with the Ontario Youth Team and one of the boys is number 8 on the Canadian draft list for Major League Baseball in June. You must be one mighty fine coach to have such talented boys on your team, Tom.

Tom also shared with me a bit of his professional music career. I've seen a great deal of musical talent in the Rivard family and Tom is no exception. He was a professional musician for 28 years, starting when he was only 17 years old. He sang, played the guitar, drums and even a little trumpet. The lead singer was Bobby Jay and the name of the group was "The Nighthawks". This group did many live shows with some acts out of Motown, did backup for radio stations CKLW-Dave Shaffer and WKYZ - Lee Allan, Detroit. They even did one recording. Bet you folks in that area who were listening back then had no idea a cousin was singing on the radio. Tom started doing the genealogy bit after quitting the music business. Tom was a scout for the Altanta Braves for two years. He also enjoys fishing and playing golf. He says if he were to die tomorrow, he would die knowing he has lived a full life. He wouldn't change anything that he has done in his 53 years on this earth. He says, "The Lord put me on this earth to do just that and I did what I was good at, just enough to inspire many young people to go on and do better."

Autobiography of Thomas Dufour:

I was born on Feb 9, 1948. It was 3:45 in the morning, 9 below zero outside and there was 4 ft of snow on the ground. My father had to go outside and crank the old model A Ford and get it warmed up. My mother's wish had come true, for, another child she was carrying before me had died due to premature birth.

I led a normal life, so I call it, being involved with hockey & baseball and my local church, St Vincent de Paul, as one of the many alter boys they had. At that time Masses were in Latin and we had to learn all of our parts of the Mass in Latin. I used to like being asked to do the Solemn Masses, funerals and weddings, especially the weddings, because we got a little cash in our hands from the grooms. This was a time that I felt very close to the Lord. The last Mass that I served was for Mons. Melvin Quenneville, who was my father's cousin. I was 18 yrs old and looked out of place with all of the young alter boys around me. I also helped at the church bingo's serving pop and chips and cleaning up after it was over. But this part was like a routine. My buddy, Jim Gibbs and I , after the Bingo's, used to go behind the old ND Supermarket and catch our local Sgt. Ed Cluff, sleeping in his squad car. A little bang on the door and run in the bushes produced a funny reaction from old Ed. After a while, I think, he just pretended to be sleeping and he would just go through the motions with us kids. All in all, it was good fun.

I was always good at sports. Having very good running speed helped me with the Hockey & Baseball. Baseball became a natural for me. I was able to hit very well and run exceptionally well. I played mostly outfield for anything in the air I would most likely catch. That's the gift of speed. The only regret I had with baseball was I didn't know where or who to see to get me to the next level of baseball, coaching. There just wasn't the coaching available to teach me the skills to go with the natural raw talent. But, I always remembered this for this is what started me in coaching myself. I was determined to coach my boys when they played and give them the skills to go with the talents they had. One boy, Paul, had a scholarship all wrapped up with Madonna Univ. but chose to chase a certain young lady to London, Ontario and forget his education and his baseball. Disappointed, yes. Angry, yes. But, my wife & I talked about it and really there was nothing that could be done. He was going to do what he wanted to do.

At an age of fifteen I cut lawns and did gardening and raised enough money to by my first guitar. I told my mom but not my dad, thought he would kill me, but found out later he was proud of his son. For 28 yrs I played in bands ranging in size from four piece to ten piece horn bands playing a wide range of Blues, R&B, Motown, Jazz, Rock n Roll and Country. We played in such cities as Gary, Indiana; Port Huron, Michigan; Faba Club in Toledo, Ohio; Walled Lake Casino, Michigan and many places in Ontario and just about every bar and nightclub in Windsor. Some of them were well known such as the Metropol Supper Club, Riviera Hotel, Canada House, and too many more to mention. We did a lot of front shows for Dave Shaffer, CKLW Radio at the Riverside Arena where we would open up for such acts as Paul Revere and the Raider, Martha Reeve and the Vandellas, Spider Turner, Four Tops, Temptations. Some of these acts would do a live show with us because we were playing their songs in our nightly song lists. These are memories that I will keep forever. Then, I went on to Country Music and again did a lot of shows with a number of people and did the opening acts for a few stars. My wife still has an autographed picture of Charlie Pride and John Conley. I have a picture album of many of the old acts and it is fun to open it up to see the pictures of the Platters, Clyde McFadder, Frankie Canon and many more. But time goes on and then playing on the weekends became tiresome. It was time to quit after 25 years of playing. I played guitar, drums, and trumpet (very little).

In the middle of playing music, which my wife would come with me and enjoy the evening with family and friends, I was also getting involved with coaching baseball. With playing music and coaching the kids, I look back and ask how did I ever find the time to do this. I don’t know but I did because I loved to do both and it came natural, just the love of music and the game of baseball. By the way, I meet my wife, Yvonne, when I was dating her sister and when she walked in the room that night, Wow! I knew she was the lady for me. Of coarse, I was playing in a band at the time. We are the parents of four children (3 boys and a girl) and grandparents of three grandsons.

But anyway, as time went on I was approached by people to make contact with some past Recording Stars to do a concert of the Oldies Act. I knew some and arranged the concert with a few of the friends. This turned into a huge success and from there we formed a Company, Booking Agency and started booking the Oldies Acts in clubs and concerts. We made a little money at it but you have to love the business to stay in it. You find that the music world is a very dirty business and many crooks out there to prey on young talent. But anyway, I have been with Ford Motor Co. for 28 years 5 months (notice I am counting down). Yes, I will retire in a year and 7 months and I will enjoy my time off to spend with my lovely wife, my children, my Genie, my model shipbuilding and my stamp collecting. The Lord has blessed me with the energy to do many things in this life and I wouldn’t trade a moment of it for anything. I've met so many people I can’t remember all the names but it was fun.

One sad note, we just found out my brother, Robert, has been told he has throat cancer and at the moment they are investigating the extent. Just lost a cousin, Patrick Tremblay, with cancer of the esophagus. They say it goes in three’s and I wonder who will be next. I thank everyone for reading a little of my life’s story. God Bless.

***********************

ENTREVUE AVEC TOM DUFOUR - LE MEMBRE DU FORUM DU MOIS D'AVRIL

par Marlyss Rivard Hernandez - Transduction par André Dufresne

Tom a commencé à s'intéresser à la généalogie lorsqu'il a commencé l'université et il s'y est adonné plus sérieusement vers la fin de la trentaine, selon ce qu'il nous a confié. Accumulant d'abord des "petits riens sur ma propre lignée", il apprit bientôt qu'un de ses cousins en faisait autant. Ce cousin était un Tremblay. Mais c'est vers l'âge de 45 ans qu'il commença sérieusement à pousser ses recherches pour connaître l'origine de ses ancêtres et comprendre ce qui les avait amenés à Windsor/Détroit. Il possède maintenant quelque 100 000 fichiers de famille, dont plusieurs portent sur des familles de la région des Grands Lacs, toutes apparentées par mariage. Il s'est donné comme mission impossible de reprendre et continuer là ou Denissen s'est arrêté.

Comment ses proches réagissent-ils à son passe-temps de généalogiste? Eh bien, tant les membres de sa propre famille que ceux de son épouse le considèrent comme l'historien des noms de famille et des liens de parentés. Plusieurs membres de la famille de son épouse sont toujours vivants mais la plupart de ceux de son côté sont décédés et ses cousins sont éparpillés un peu partout. Mais ils savent très bien qui est le dépositaire des noms de famille! Les plus âgés dans sa famille n'avaient qu'une mémoire bien imparfaite, mais avec un brin d'histoire et un peu de remue-méninges, ils purent reconstituer les raisons qui ont poussé les familles à déménager et trouver d'où elles venaient. Par chance, Tom a un cousin germain généalogiste qui a remonté sa lignée ancestrale jusqu'en France dans les années 1300. Tom et son cousin s'échangent les informations et vivent tous deux dans une région d'où ils ont accès à la Bibliothèque Burton, aux Archives de Windsor et à la Société Franco-ontarienne d'histoire et de généalogie à Belle River, Ontario. L'épouse de Tom aime bien qu'il s'adonne à la généalogie parce que cela contribue à le faire relaxer tout en le gardant à la maison plutôt que sur un terrain de baseball ou à la bibliothèque, ou encore à faire de la musique avec les copains les fins de semaines, comme il faisait anciennement. Tom a ajusté son rythme de vie à celui de sa femme après qu'elle eût subi une crise cardiaque.

L'information la plus intéressante qu'il ait découverte est le fait que son ancêtre, Pierre Bonvivant Dufour est enterré au pied du pont Ambassador. Il a aussi reçu récemment de la documentation très intéressante de Saint-Malo, France, au sujet de la mère de Pierre Bonvivant Dufour, Anne de la Rue et trouvé la date de naissance de Pierre Mathurin Dufour, père de Pierre. Ces documents de Saint-Malo, avec d'autres de l'Ile de Ré, lui ont permis de remonter quatre générations de plus. Il a aussi découvert que Pierre Bonvivant Dufour était un marin dans l'armée française et que c'est en qualité d'officier qu'il fut affecté au Fort Détroit en 1739. Pour sa part, le petit-fils de Pierre, Antoine Dufour, fut capitaine dans la guerre de 1812. "Mais -déclare Tom - le meilleur reste à venir avec les Maisonville de Détroit et leurs liens avec la famille Rivard, et la découverte de l'octroi de terres aux Maisonville par le grand chef Pontiac." Tom ajoute qu'il ne s'est encore découvert aucun cadavre dans le placard!

C'est la bibliothèque de la Société ontarienne d'histoire et de généalogie de Belle River qui lui a fourni le plus d'informations. Pour Tom, c'est ce qui s'approche le plus de la Bibliothèque Burton. La French Canadian Heritage Society of Michigan a aussi été une bonne source d'informations pour lui. "Mais -ajoute-t-il- c'est ce bon vieux Forum des Rivard qui demeure la meilleure source". Par exemple, les informations qui y ont circulé au sujet d'Antoine Rivard en Louisiane, de Joseph Rivard de la tribu des Osage, des enfants de Nicolas et de Robert et leur mode de vie, sont fabuleuses. Cette famille a tout ce qu'il faut pour une émission de télévision portant sur "Les épreuves et les tribulations des Rivard au Nouveau Monde". Nous n'aurions pu mieux dire, Tom!

Interrogé quant à savoir comment il a trouvé le Forum des Rivard, Tom répond qu'il échangeait du courriel avec Stephanie Luce quand une copie d'un des messages a été envoyée à Mary Ann Mickey, qui fut son premier contact.

Jean-Guy Lacoursière, André Dufresne, Henri Lanouette et plusieurs autres membres du Forum l'ont aidé. Tom en profite pour remercier tous les membres du Forum qui l'ont si chaleureusement accueilli. Pour citer Tom: " Il y a tant de gens qui m'ont aidé en silence qu'il m'est difficile de dire lequel m'a le plus inspiré. Je peux dire que tous les membres du Forum m'inspirent. Je suis honoré d'être en nomination avec un gentleman comme Jean-Guy Lacoursière. J'admire l'étendue de ses connaissances et son aide continuelle au Forum est une source d'inspiration pour moi".

Présentement un gros effort est fait en vue de compléter les volumes 1 et 2 de Denissen. La French Canadian Heritage Society du Michigan travaille d'arrache-pied pour corriger les erreurs qu'on y trouve et pour compléter les informations sur les familles du Michigan et du comté d'Essex. Tom a dressé une liste de noms depuis les fondateurs jusqu'à l'an 2000. Les vivants ne s'y retrouvent pas mais les défunts figurent dans les arbres généalogiques. Parmi les noms qu'on y trouve, notons ceux de Dufour, Dumouchelle (sa mère), Guilbeault (son épouse), Blais (sa belle-mère), Grégoire dit Nantais, Langlois, Meloche, Drouillard, Lessard, Paquette, Ouellette (sa grand-mère), Lauzon (grand-mère de son épouse), Maisonville (son arrière grand-mère), Descomps dit Labadie, Tremblay, Belland (arrière grand-père et arrière grand-mère), Descoteaux dit Lefebvre, Laforest dit Tineau, Laforest dit Labranche, Réaume, Parent et plusieurs autres. Tom a tant de noms qu'il lui arrive de passer des jours à en chercher et trouver un!

La dernière question du questionnaire est la suivante: "Avez-vous l'intention d'assister à la réunion RV 2001 de Détroit/Windsor en juillet?" Je crois que nous connaissons tous la réponse de Tom puisqu'il en est un des principaux organisateurs. Tom et son épouse espèrent nous y voir tous du 20 au 24 juillet puisqu'il doit partir le 24 avec son équipe de baseball, les "Tecumseh Thunders", pour aller jouer à Greenboro en Caroline du Nord. On y joue un tournoi de cinq jours cette année et deux de ses joueurs font partie de l'équipe junior du Canada. L'un d'eux jouera pour l'équipe junior d'Ontario et l'autre est numéro 8 sur la liste de repêchage de la Ligue majeure de baseball en juin prochain. Tu es sûrement un entraîneur hors pair pour avoir de si bons joueurs, Tom!

Tom m'a aussi confié quelques mots au sujet de sa carrière musicale. Il y a beaucoup de talents musicaux dans la famille Rivard et Tom n'y échappe pas. Il a été un musicien professionnel durant 28 ans, ayant débuté dans le métier à 17 ans. Il fut tout à tour chanteur, joueur de guitare, percussionniste et même trompettiste. Le chanteur du groupe se nommait Bobby Jay et son groupe s'appelait "The Nighthawks". Ce groupe a donné plusieurs spectacles dans le style Motown, a fait des premières parties pour les stations de radio CKLW - Dave Schaffer et WKYZ - Lee Allan, Détroit. Il a même un disque à son actif! Je vous parie, cousins de la région, qu'à l'époque où vous les écoutiez à la radio, vous étiez à cent lieues de vous douter que vous écoutiez votre propre cousin! Tom s'est investi dans la généalogie quand il a quitté la musique. Il fut recruteur pour les Braves d'Atlanta pendant deux ans. Il aime la pêche et le golf et ajoute que s'il devait mourir demain, il aurait eu une vie bien remplie. Il ne changerait rien aux 53 années de sa vie et il ajoute: "Dieu m'a mis sur terre pour faire tout ça et j'ai toujours fait ce que je faisais le mieux, assez pour inspirer plusieurs jeunes à poursuivre et à se dépasser.

Autobiographie de Thomas Dufour

Je suis né le 9 février 1948, à 3:45 h. du matin. Il faisait 9 sous zéro dehors et il y avait quatre pieds de neige au sol. Mon père a dû sortir et faire démarrer à la manivelle sa vieille Ford modèle A pour la faire chauffer. Le souhait de ma mère se réalisait, elle qui avait perdu un enfant prématuré juste avant moi.

On peut dire que j'ai mené une vie normale, c'est du moins ma prétention, et je me suis impliqué dans les équipes locales de baseball et de hockey en plus d'être un des nombreux enfants de choeur à mon église paroissiale, St-Vincent-de-Paul. C'était l'époque des messes en latin et c'est dans cette langue que nous devions apprendre à réciter par coeur des portions de la messe. J'aimais bien qu'on me demande de servir aux grands-messes, aux funérailles et au mariages, surtout aux mariages parce qu'il nous arrivait de recevoir un pourboire du nouvel époux! Ma dernière messe fut celle que j'ai servie pour monsieur Melvin Quenneville, un cousin de mon père. J'avais alors 18 ans et je n'étais pas vraiment à ma place parmi tous ces jeunes enfants de choeur! J'aidais aussi durant les bingos paroissiaux e, distribuant les boissons douces et les chips et nettoyant la salle à la fin de la soirée. Mais cela, c'était plutôt de la routine. Mon ami Jim Gibbs et moi avions l'habitude, après les bingos, de nous rendre à l'arrière du vieux supermarché ND pour y surprendre notre vieux sergent Ed Cluff endormi dans sa voiture-patrouille. Nous frappions sur la portière puis disparaissions dans les buissons, ce qui provoquait toujours une réaction comique chez ce pauvre vieux Ed. Mais après un certain temps, il se prit au jeu en faisant semblant de dormir puis d'être surpris par nous. Nous nous amusions bien!

J'ai toujours excellé dans les sports. Rapide à la course, cela faisait de moi un bon joueur de baseball et de hockey. Je frappais la balle solidement et je courais vite. Je jouais principalement au champ arrière puisque, grâce à ma vitesse, j'arrivais à attraper tout ce qui venait dans ma direction! Mon unique regret est de n'avoir pas su à qui m'adresser pour accéder à l'échelon supérieur au baseball, pour devenir instructeur. Aucun instructeur n'était disponible pour m'enseigner ce que j'aurais dû apprendre pour mieux exploiter mes talents naturels. Mais je n'ai jamais oublié cette carence puisque c'est ce qui m'a incité à devenir instructeur moi-même. J'étais bien décidé à diriger mes petits gars et à leur prodiguer les conseils allant de pair avec leur talent naturel. Un de mes jeunes joueurs, Paul, avait même obtenu une bourse de l'Université Madonna mais il s'est plutôt laissé séduire par une certaine jeune fille de London, Ontario, au point d'en oublier instruction et baseball. Étais-je désappointé? Sûrement. Fâché? Aussi. Mais après en avoir discuté avec mon épouse, nous avons conclu que nous n'y pouvions rien et que c'était à lui de décider de son avenir.

Vers l'âge de quinze ans, je gagnais quelques sous en coupant les pelouses et en jardinant, ce qui m'a permis d'acheter ma première guitare. Je l'avouai à ma mère mais pas à mon père, pensant qu'il allait me tuer, mais je devais découvrir ensuite qu'il était plutôt fier de son fiston. Pendant 25 ans, j'ai joué dans des orchestres de trompettistes de quatre à dix joueurs, alliant tous les styles: blues, rythm & blues, Motown, jazz, rock n' roll et musique country. Nous avons joué à Gary, Indiana, Port Huron, Michigan, au Faba Club de Toledo, Ohio, au Casino de Walled Lake, Michigan et en bien d'autres endroits en Ontario ainsi que dans pratiquement tous les bars et les clubs de nuit de Windsor. Certains d'entre eux étaient célèbres, comme le Metropol Supper Club, l'Hotel Riviera, le Canada House et bien d'autres, trop nombreux pour les nommer tous ici. Nous avons aussi fait la première partie de plusieurs spectacles pour Dave Shaffer, CKLW Radio à l'arena Riverside, où nous faisions l'ouverture pour des gens comme Paul Revere and the Raiders, Martha Reeve and the Vandellas, Spider Turner, les Four Tops, les Temptations. Certains d'entre eux nous ont même fait participer à leur spectacle parce que nous jouions leurs chansons dans nos propres spectacles. Je n'oublierai jamais ces moments. Je me suis ensuite dirigé vers la musique country et encore une fois, j'ai donné plusieurs spectacles avec bien des artistes et j'ai fait la première partie de quelques stars. Mon épouse possède encore une photo autographiée de Charlie Pride et de John Conley. J'ai aussi un album de photos de ces anciens groupes et j'aime bien le parcourir pour revoir ces photos des Platters, de Clyde McFadder, de Frankie Canon et de plusieurs autres. Mais avec le temps, je trouvais de plus en plus difficile de jouer les fins de semaine. Après 25 ans de musique, l'heure était venue pour moi de tirer ma révérence. Au cours de ma carrière, j'ai joué de la guitare, des percussions et un petit peu de trompette.

C'est au beau milieu de ma carrière musicale, alors que mon épouse aimait bien m'accompagner pour s'amuser avec parents et amis, que je m'impliquai dans les sports. Je me demande aujourd'hui où je pouvais bien trouver le temps de jouer de la musique et d'être entraîneur pour les jeunes. Je ne le sais toujours pas mais ce qui est sûr, c'est que j'ai fait ce que je trouvais naturel, j'aimais les deux: musique et baseball. En passant, il faut que je vous dise comment j'ai rencontré ma femme: je sortais avec sa soeur et un soir, elle est entrée dans la salle. J'ai su à l'instant qu'elle était pour moi. Nous sommes les parents de quatre enfants (trois garçons et une fille) et les grands-parents de trois petits-fils. Évidemment, je jouais dans un orchestre à cette époque.

Un jour, on m'a approché pour que je prenne contact avec d'anciennes vedettes du disque pour qu'elles donnent un concert rétro. Comme j'en connaissais quelques-unes, j'ai organisé ce concert avec quelques amis. Ce fut un succès retentissant et cela nous amena à créer une société d'engagement d'artistes et à organiser des spectacles rétro. Nous avons réalisé de petits profits mais il faut avoir le feu sacré pour exercer ce métier. L'univers musical n'est pas un monde très propre et on y trouve bien des requins prêts à exploiter les jeunes talents.

Je travaille maintenant depuis 28 ans et 5 mois pour la société Ford Motor Co. (vous remarquerez que je compte le temps...). Eh oui, je prendrai ma retraite dans un an et sept mois et pourrai profiter de la vie avec ma charmante épouse, mes enfants, ma généalogie, mes bateaux miniatures et ma philatélie. Dieu merci, la nature m'a donné l'énergie de pratiquer plusieurs activités et je n'y changerais rien! J'ai rencontré tant de gens que je ne puis me souvenir de tous leurs noms, mais j'en ai tiré bien du plaisir!

Seule fausse note, nous venons d'apprendre que mon frère Robert s'est fait dire qu'il avait un cancer de la gorge, et on tente présentement d'en déterminer l'étendue. Je viens de perdre un cousin, Patrick Tremblay, d'un cancer de l'oesophage. Comme on dit "Jamais deux sans trois...", je me demande qui sera le suivant. Merci d'avoir bien voulu lire ces petits bouts de ma vie. Dieu vous bénisse.
 
 

************************

Newington, Kent, England

by Sarah Keerie

Newington is where I grew up for 16 years having moved there with my parents when I was two from Sittingbourne, My parents are still in the same house some 30 years on which is not bad considering I am in now in my fifth.

Newington is located in the county of Kent and is situated in between the main towns of Sittingbourne and Rainham, these being about 3 miles away in each direction. If you were to look at a map of the England, Kent is in the south eastern corner.

Newington itself is a smallish village although has expanded over the years with new housing developments. It has its own train station where you can catch a train into London in around an hour. Newington was once an area with orchards full of cherry trees although most of these have now been turned into wheat fields. You will still find pear and apple orchards and also fields of strawberries. My parents worked on a local farm for many years so I grew up surrounded by fruit which is no doubt why I love it so much although I do miss the old varieties of apples and the cherries – they just don’t taste the same from supermarkets! I had my little protector on the farm as well, the foreman’s little Jack Russell was my guardian and we were often found curled up asleep together.

If you were to visit Newington, it would take you less than 5 minutes to drive through it! The A2 (also known as the "Roman Road" and "Watling Street" and built by the Romans) runs practically through the middle of it, through what is known as the High Street. As you drive through little roads will take you off into the village itself.

There are some lovely buildings in Newington. Driving up Bull Lane into Calloways Lane you will find Newington Manor (renames from Cranbrook Manor). This was built in the 14th century as a Hall House. It has now been turned into a guesthouse. Inside you will find wonderful oak beams and the large inglenook fireplaces and has the typical Tudor style of white painted walls with oak beams. If you stayed there you can get to sleep in a four-poster bed.

Another building is the George Inn which was a 17th century town house. This is situated on the High Street so you would see this as you drove through. Unfortunately, it suffered a devastating fire back in 1998 and has still yet to be renovated.
 

Finally there is St Mary the Virgin Church located down Church Lane
[photo from http://homepages.force9.net/brianjq/church/chnewington.htm].

St Mary’s is perhaps, the oldest building standing in Newington with its Parish Registers commencing in 1558. Its first bells date back to 1622 and I have even rung them!

At the entrance of the church there is the Devil’s Stone. This stone was moved from the corner of Church Lane to the entrance back in 1936. The stone is believed to be a "sarsen", a relic of huge slabs of stone originating from the last Ice Age glaciers at one point there were two of these stones and one was broken up. The one that stands today is said to have the footprint of the devil stamped into it. This is from the legend that he was once so disturbed by the ringing of the bells that one night he went to the belfry and gathered up the bells. When he jumped down from the tower, he tripped and fell over the stone, leaving in it his footprint and spilling the bells out from the sack. The story goes on that the stones ran down the lane towards Halstow and fell into a stream which once flowed as clear as a bell. Alas, this cannot be claimed to be true today since the stream has since dried up. But maybe it is true, since the Devil’s footprint is clearly in the stone!

Also located down Church Lane is the local primary school which is where I started my education back in 1972. Finally, there is a golf course just on the outskirts of Newington; if you fancy a pint (of beer!) you will find a couple of pubs, a general store and of course, the Post Office/newsagents.

*******************

Newington, Kent, Angleterre

Par Sarah Keerie

J’ai demeuré pendant seize ans à Newington et c’est là que j’ai grandi. Alors que j’avais deux ans, mes parents ont déménagé de Sittingbourne. Ils demeurent toujours dans la même maison depuis trente ans ce qui n’est pas si mal puisque je suis maintenenat dans la cinquantaine

Newington est dans le comté de Kent, entre les deux villes principales de Sittingbourne et Rainham. Chacune est éloignée de près de trois milles de Newington. Si vous regardez une carte de l’Angleterre, le comté de Kent est dans le coin sud-est.

Newington est un petit village même s’il s’est agrandi avec les années avec de nouveaux développements et possède une gare d’où vous êtes à une heure de train de Londres. Newington avait, il y a un certain temps, un grand nombre de vergers pleins de cerisiers qui sont devenus des champs de blé. On peut retrouver des vergers de poires et de pommes et des champs de fraises. Mes parents ont travaillé pendant plusieurs années dans une ferme des environs de sorte que j’ai grandi parmi ces fruits que j’adore. Sans doute je manque les anciennes variétés de pommes et de cerises – les fruits du supermarché n’ont pas le même goût ! J’avais mon protecteur sur la ferme, le fils de Jack Russel était mon gardien et on nous a souvent retrouvés endormis l’un près de l’autre.

Si vous venez à Newington, vous pourrez traverser le village en cinq minutes ! La A-2, (connue également sous le nom de « Route Romaine» et «La rue à clayonnage »fut faite dans le temps des Romains ) passe en travers de la rue « Hight». De petites rues vous amèneront dans le village lui-même.

Il y a de très jolies maisons à Newington. En passant de « Bull lanes » à «Calloways lane» vous verrez le Manoir Newington (qu’on appelait autrefois le manoir Cranbrook). C’est une construction du XIVième siècle qui devait servir de salle de réception. C’est maintenant une auberge. On y retrouve à l’intérieur de magnifiques poutres en chêne et des foyers avec des murs peints en blanc de style Tudor avec les poutres en chêne. Vous pourrez dormir dans des lits à quatre places.

Une autre construction qui date du XVIIème siècle est l’auberge George. Elle est située sur la rue «High» de sorte que vous la verrez dès votre entrée dans le village. Malheureusement elle a été détruite par le feu en 1998 et on devra la rénover.
 

Enfin, il y a l’église de la Vierge Marie sur la rue de l’Église
[photo du site http://homepages.force9.net/brianjq/church/chnewington.htm]


L’église Sainte-Marie est probablement le plus vieil édifice de Newington encore debout : les registres paroissiaux ont commencé en1558. La première cloche, que j’ai fait carillonner, date de 1622.

A l’entrée de l’église, on retrouve la «pierre du Démon». On a pris cette pierre au coin de la rue de l’église en 1936. On dit que cette
pierre est «monolithe»; c’est une des deux reliques delapériode glaciaire; l’autre pierre s’est brisée. On peut voir l’empreinte du pied du Démon sur celle près de l’entrée de l’église. La légende dit qu’il fut tellement dérangé par le tintement des cloches qu’il monta dans le beffroi et qu’il s’empara des cloches. Il sauta de la tour, trébucha et tomba sur la pierre, y laissant l’empreinte de son pied: les cloches sortirent du sac. Les cloches se retrouvèrent dans la rue vers Halstow et tombèrent dans un ruisseau clair comme une cloche. Impossible de vérifier aujourd’hui, le ruisseau est tari. Mais cela est peut-être vrai car on peut facilement identifier l’empreinte du pied du Démon dans la pierre.

Sur la rue de l’église, on retrouve également l’école primaire où j’ai débuté mon éducation en 1972. Finalement à l’entrée de la ville, on retrouve un terrain de golf; deux pubs où on peut étancher sa soif en prenant une bonne bière, un magasin général et naturellement le Bureau des Postes

**************************

New Members Join the Rivard Family Forum

It is that time of the month again to meet some new cousins. Actually, most you've already met, but here are their trees. [Mary Ann Mickey]

LAVIGNE: Joe R. Lavigne, Eric Chevalier & Patricia Foster

LACOURSIERE: Wendy Mellen

RIVARD: Leo & Mary Clor

LORANGER: Chris Morton-Scott

LAGLANDERIE: Mary Ann Defnet

NEW

Al Rivard … This family is from New Brunswick and provides an interesting mystery to solve

New Additions Linked to the Rivard Homepage:

http://www.geocities.com/Heartland/Flats/1865/miland.htm

Michigan Land Records

************************

De nouveaux membres s’ajoutent au forum de la famille Rivard

C’est le temps de rencontrer de nouveaux cousins. En fait, vous les connaissez déjà, mais voici leur arbre. [Mary Ann Mickey]

LAVIGNE: Joe R. Lavigne, Eric Chevalier et Patricia Foster.

LACOURSIÈRE : Wendy Mellen

RIVARD : Léo et Mary Clor

LORANGER : Chris Morton-Scott

LAGLANDERIE : Mary Ann Defnet

NOUVEAU : Al Rivard

Cette famille vient du Nouveau-Brunswick et il y a là un intéressant mystère à résoudre.

Une addition sur notre site internet :

http://www.geocities.com/Heartland/Flats/1865/miland.htm

Fichier des terres du Michigan

**********************

FORUM NEWS & TOPIC HIGHLIGHTS

"The Ancient History of the Distinguished Surname Rivard"

A message was sent to the forum on 5/01/2001 - message #: regarding an article called "The Ancient History of the Distinguished Surname Rivard. Those interested in reading this article will be happy to know that a copy has been posted on the Rivard Home Page. Although, this is a very interesting and well written article, NO DOCUMENTATION has been found to date that verifies it's authenticity. If you plan on including it in your individual family history you may also want to include a notation to this effect. The above mentioned article was published in a book call "Histories and Bioliography-Hall of Names. Inc."

"The Deerfield Massacre of February 1704"

One of the topics of interest this month was the Deerfield, MA massacre of February 1704. The Deerfield raiding party included 50 Canadians and 200 Indians -- Abenakis and Caughnawaga Mohawks - led by Major Hertel de Rouville. The attack entered the history books as the Deerfield massacre because of the near completeness of the action. Some 53 settlers were killed and 17 homes burned. Most of the captives were eventually ransomed and returned to New England, but some chose to remain in Canada with the French and the Indians. The French objective of this raid was to obtain the release of the privateer captain Pierre Maisonnat who had been captured by the English in 1702. One of the captives was John Williams. Other families taken captive included; Hoyt, Catlin, French, Kellogg, & Stebbins.

Eight weeks after his capture John Williams arrived in Montreal, where Governor Vaudreuil purchased his release from his two Indian owners and set him up with his own quarters and fed him at his own table. The French governor explained that Williams was now a hostage for the release of the privateer captain Pierre Maisonnat captured by the English in 1702. Williams would be released when the English returned the privateer, or 'pirate' as the New Englanders preferred to think of him. Williams was someone to bargain for, being the minister of the Deerfield congregation. The exchange was made in 1706 and Williams went back to Massachusetts.

"The Badtrans Virus Hits the Forum"

The Badtrans virus was introduced to the forum via Nina Jackman who innocently opened a Yahoo greeting card sent to her by a young relative. Nina's infected messages brought up a topic of discussion that dominated the forum this month. This topic was of opening attachments and how easily you can be infected with a virus. Nina wasn't aware that she had a virus on her computer unit until forum members told her of the messages they were receiving from her with a message that carried with it an attachment. These attachments carried several random files. When the file was opened the virus was spread. Nina was able to eradicate the problem using two virus programs, McAfee & Symantec. Others infected with this worm were Norm & Sandy. Sandy's message to the forum was, "PLEASE UPDATE YOUR VIRUS PROGRAM FREQUENTLY". With the new viruses coming on a daily basis it is essential that you have the updated removal data patches in your system.
 

Ellis Island Update

by Myra Vanderpool Gormley rwr-editors@rootsweb.com

According to officials at Statute of Liberty-Ellis Island Foundation, access is improving, but currently the best time to access the database is between 1 and 4 a.m. EDT.

During the past weekend http://www.ellisislandrecords.org/ had between 17.5 and 18 million successful hits. To handle the load, the original 10 servers and three backups have been joined by 10 additional loaned servers. More memory was added also.

One of the glitches -- the onscreen registration request form problem for international users -- is being worked on and should be fixed soon. Originally it would accept only U.S. ZIP codes.

This Ellis Island database of 22 million individuals contains the names of approximately 12 million immigrants who actually were processed through Ellis Island, the names of about five million who arrived as first- or second-class passengers and went through immigration formalities onboard their ships, plus another five million U.S. citizens returning from abroad and ship crew members. This database covers approximately 71 percent of all passenger arrival records of the U.S. during the 32-year period from 1892 to 1924. The above article was previously published by Julia M. Case and Myra Vanderpool Gormley, CG, Missing Links, Vol. 6, No. 18, 2 May 2001. RootsWeb: http://www.rootsweb.com/

NOUVELLES DU FORUM ET SUJETS IMPORTANTS

« L’Histoire du fameux nom Rivard »

On a envoyé un courriel le 1er mai 2001 au sujet d’un article intitulé « The Ancient History of the Distinguished Surname Rivard. » Tous ceux qui sont intéressés par cet article seront heureux d’apprendre qu’on peut le trouver sur le site internet des Riavrd. Même s’il s’agit d’un article intéressant très bien écrit, on n’a pas encore retrouvé de documents nous permettant d’en vérifier l’authenticité. Si vous voulez inclure cet article dans votre histoire de famille, inscrivez également une note à cet effet. Cet article a été publié dans un livre qui s’intitule : « Histoires et Bibliographie – Vestibule des patronymes Inc. »

La tuerie de Deerfield en février 1704

On a traité ce mois-ci, avec beaucoup d’intérêt, du massacre de Deerfield. La troupe d’attaque contenait cinquante Canadiens et deux cents Indiens – Abénaki et Mohawk de Caughnawaga – et était commandée par le major Hertel de Rouville. Les livres d’histoire l’appellent « la tuerie de Deerfield » car on vida presque complètement le village de ses habitants. 53 colons furent tués et 17 maisons furent brûlées. La plupart des captifs furent échangés contre rançon et retournèrent en Nouvelle-Angleterre; mais plusieurs choisirent de demeurer au Canada avec les Indiens ou avec les Français. L’objectif de ce raid était d’obtenir la libération du capitaine corsaire Pierre Maisonnat que les Anglais avaient capturé en 1702. Un des captifs était John Williams. Parmi les autres familles, on retrouve : Hoyt, Catlin, French, Kellogg et Stebbins

John Williams arriva à Montréal, huit semaines après sa capture; le gouverneur Vaudreuil acheta sa libération de deux Indiens, l’établit dans une résidence et l’invita à sa table. Le gouverneur français lui expliqua qu’il était un otage et qu’on l’échangerait en retour du capitaine corsaire Pierre Maisonnat capturé par les Anglais en 1702. Williams serait libéré lorsque les Anglais libérerait le corsaire, ou plutôt le « pirate » comme le décrivait les gens de la Nouvelle-Angleterre. Williams était une bonne prise, car il était le ministre de l’Église de Deerfield. L’échange fut conclu en 1706 et Williams retourna au Massachusetts.

« Le virus Badtrans frappe le forum »

Nina Jackman a infesté le forum avec ce virus lorsqu’elle a innocemment ouvert une carte Yahoo de bons vœux qu’un jeune membre de sa parenté lui avait fait parvenir. Cette infection causée par Nina a été un sujet de discussion qui a abondamment alimenté le forum durant le mois. On a parlé de l’ouverture des attachements et avec quelle facilité on peut être infesté par un virus. Nina n’en a pas eu connaissance avant que des membres du forum lui fassent part qu’ils recevaient des messages auxquels était joint un attachement. Ces attachements transportaient plusieurs fichiers différents. Lorsque ce fichier était ouvert, le virus se propageait. Avec les programmes anti-virus de McAfee et de Symantec, Nina a pu se débarrasser de ce problème. Les ordinateurs de Norm et de Sandy ont également été infectés. Dans un message au forum, Sandy disait : « JE VOUS EN PRIE, METTEZ FRÉQUEMMENT À JOUR VOS PROGRAMMES ANTI-VIRUS. » Avec les nouveaux virus qui nous parviennent quotidiennement, il devient important de mettre à jour ces programmes qui vous permettent d’éradiquer ces virus de votre ordinateur.

Mise-à-jour de Ellis Island par Myra Vanderpool Gormley

rwr-editors@rootsweb.com

D’après les responsables de la « fondation de Ellis Island – Statue de la Liberté » l’accès au fichier s’améliore, mais le meilleur temps pour y accéder est entre 1h et 4h du matin. Il y a eu entre 17.5 et 18 millions d’accès la dernière fin de semaine

Pous faire face à la situation, on a dû emprunter 10 serveurs qui se sont ajoutés aux dix originaux et à trois de secours. Il a fallu ajouter également de la mémoire. Le formulaire d’enregistrement ne pouvait qu’accepter le code postal américain (Zip code). Ce problème devrait être résolu bientôt.

La base de données contient le nom de 22 millions d’individus, dont 12 millions étaient des immigrants qui arrivèrent à Ellis Island, cinq millions d’individus qui firent un voyage en première ou en seconde classe et qui ont passé les formalités de l’immigration sur le navire sur lequel ils voyageaient, cinq millions de citoyens américains arrivant d’outre-mer ainsi que les membres des équipage. Le fichier contient 71% de tous les passagers entrés aux Etats-Unis pendant une période de 32 ans de 1892 à 1924. L’article précédent a été publié par Julia M. Case et Myra Vanderpool Gormley, CG, liens manquant, Vol 6, No 18, 2 mai 2001. Rootsweb : http://www.rootsweb.com/

*************************

French Entrepreneurship in the Post Colonial Fur-Trade

By B. Pierre Lebeau

[North Central College, Naperville, Illinois]

PART 3 & Conclusion

Pierre Menard (1766-1844) had come from Quebec to the Illinois Country by way of Vincennes on the Wabash where he honed his business skills with Francisco Vigo, one of the more important traders in the Mississippi Valley. He moved to Kaskaskia in 1780 and opened a general store doing business with "markets from the Falls of St. Anthony (Minneapolis-St. Paul) to New Orleans."22 He served in the Randolph County militia with the rank of colonel, was appointed judge of the Court of Common Pleas, and was elected representative to the legislature of the Indiana Territory. Menard did not allow his public office functions to interfere with business. In partnership with Manuel Lisa of St. Louis and a fellow Kaskaskian, Menard financed a successful fur trading expedition to the upper Missouri in 1807.23 In 1808 he joined the St. Louis Missouri Fur Company created by the Chouteau family with Manuel Lisa and other St. Louis merchants. A year later he accompanied Manuel Lisa on the first expedition up the Missouri and demonstrated his leadership qualities in handling the difficult task of moving heavy boats upstream and dealing with desertions. The hostility of the Black Feet turned that trip in to a failure, but Menard continued investing in the company until it was dissolved in 1814.24 While he continued his political career in Illinois as member, then Speaker of the Illinois Territory Legislative Council, he devoted a good part of his time looking after the interests of the Native Americans as US commissioner. Open to new ideas, he supported the development of the railroads and served on the board of directors of the Illinois Central Railroad.25 Menard was known for his personal integrity and loyalty to friends as well as a rather thick French accent that earned him affectionate teasing from those who knew him. The prestige and respect he enjoyed were demonstrated when the new State of Illinois constitution was amended by reducing the 20-year US citizenship requirement to two years so that Menard could be elected the state's first Lieutenant Governor.26 When he died in 1844, he left a substantive fortune in both financial assets and land.

Joseph Robidoux III (1783[?]-1868) belonged to a French family who, like the Chouteaus, relied essentially on kinship for its business network. The son of Joseph Robidoux II, a wealthy St. Louis merchant and one time partner of Auguste Chouteau, Joseph Robidoux III preferred the adventures of the open West to the civilization of St. Louis. He worked for a while for the American Fur Company owned by Astor. He was so successful that "Astor bought him out and paid him to stay at home in St. Louis for three years."27 He soon returned to the outdoors and set up in the mid-1820s a trading post known as Robidoux Landing at the mouth of Blacksnake Creek on the Missouri River. Within a few years he was able to buy Astor's interests in that area and on this foundation established a real trading empire in partnership with his brothers. In his essay on Joseph Robidoux III, Trish Bransky writes:

His brothers, Louis and Isadore, traded along the Santa Fe Trail; Antoine, who became known as the "Knight of the Colorado Fur Trade", established a base on the Gunnison River and a chain of posts in Utah and New Mexico. Francis manned the Yellowstone area, and Michel established Robidoux Fort in the vicinity of Fort Laramie. In the family's employ were hundreds of trappers and scouts28
In 1836, the Platte Purchase turned the area into government land. As part of the treaty, the Native Americans demanded that Robidoux receive 160 acres. The latter had a townsite laid out which he named St. Joseph. He donated lots for public buildings, churches and a market place and sold most of the rest. By 1846 St. Joseph had surpassed Independence as the starting point of the Oregon Trail. In 1859 the Hannibal and St. Joseph Railroad came to town and became the first line to cross the Missouri confirming the town's role as one of the major gates to the west.29 Business was going well in St. Joseph and Robidoux was considered "an immensely wealthy property owner."30 The population of the town numbered about 20,000 when he died in 1868.

Julien Dubuque (1762-1810) was not as fortunate as his compatriots. Born and raised in Quebec he came to the Illinois Country by way of Michilimackinac and Prairie du Chien in the early 1780s. He joined his brother, Augustin and his cousin, Jean Baptiste Dubuque, captain of militia at Cahokia, Illinois. He became the trader for a Fox Indian band who lived in northeastern Iowa and southwestern Wisconsin. He established such friendly relations with them that they granted him in 1788 the sole right to work an unusually rich vein of lead near the present site of the city of Dubuque. This huge land session which covered 125,000 acres was confirmed in 1795 by the Spanish governor of Louisiana, Baron Carondelet.31 The lead mines were called the Spanish Mines by Dubuque who worked them with both white and Indian labor.32 He became the "largest lead miner of the British and Spanish period" in the Northwest while continuing to trade in furs.33 If Dubuque had concentrated his efforts in developing efficient methods to mine lead he might have become a wealthy man. Lead was in strong demand between 1804 and 1815 and it was the most important trade commodity after furs in the Chouteau enterprise. Julien Dubuque soon became a lead provider as well as a regular customer of Auguste Chouteau.

However, Dubuque persisted in continuing and even trying to expand his business in the fur trade which he conducted with merchants at Michilimackinac and Montreal. The problem was that the Napoleonic wars limited the market for furs in Europe and profits in this sector had become slim.34 Dubuque became heavily indebted to Chouteau and other merchants in St. Louis. In order to cancel his debts and purchase additional goods and supplies Dubuque sold half of his property to Chouteau for the sum of $10,848.60 in 1804.35 Following the Louisiana Purchase, Dubuque was visited twice in 1805 and 1806 by Lieutenant Zebulon Pike on a US Government mission to explore the Upper Mississippi and, in 1808, he was appointed Indian Agent to the Sauk.36 He resigned this position after a few months because of declining health. He died heavily in debt in 1810. Pierre Chouteau, Jr., drew the inventory of his estate which amounted in terms of personal property to $1677.92, a significant sum for the period, but far from the personal wealth of a Pierre Menard.37 At the time of his death Dubuque was seeking confirmation of the Spanish title to his mines by the US government and until this matter could be cleared the value of his real estate was at best doubtful. Dubuque was buried on a bluff about one mile south of the city of Dubuque. His misfortune in business was compensated by the esteem in which he was held by both whites and Native Americans. In his Pioneer History of Illinois John Reynolds wrote: "It was stated by the Indian traders that the Sauk and Fox Indians made it a duty of religion to visit once a year the grave of Dubuque and perform religious ceremonies over it."38

White settlers started moving in the area following the end of the Black Hawk War in 1832 and established a mining town on the site of Julien Dubuque's land. The city of Dubuque was chartered in 1841, but it would take more than fifty years before the citizens of Dubuque recognized and honored the memory of Iowa's first pioneer with a limestone tower over his grave in 1897.

The Mississippi and Missouri valleys were the frontier during the last years of the 18th century and the first years of the 19th century. The term frontier brings to mind images of hardships and primitive living. While voyageurs, mountain men and other employees of the fur trade usually adopted a lifestyle borrowed in large part from the Native Americans, all the merchants and a number of traders insisted on maintaining a standard of living that reflected both their wealth and culture.

Pierre de Laclède, in early St. Louis, accumulated in his comfortable, but still modest home by eastern standards, a small library exceeding 200 volumes at the time of his death in 1778. His collection included books on law, commerce, finance, bookkeeping as could be expected of a businessman. Guides on gardening, farming, animal husbandry, medicine, architecture met the practical needs of daily living at that time. More interesting was his collection of works on ancient and modern history, the Dictionary of the French Academy, an encyclopedia of arts and sciences, various scientific works including one on electricity, literary and philosophical works by Bacon, Descartes, Locke, Rousseau, etc.39

Laclède obviously exercised a good influence on his stepson, Auguste Chouteau, who left a library of more than 600 volumes when he died in 1829. But Auguste Chouteau was known more for the elegance of his home and the lavishness of his hospitality. His mansion and related buildings for servants, coach house, etc. occupied a city block. The house itself had two stories with walls two and a half feet thick and floors of black walnut polished like mirrors according to John Darby, a St. Louis resident.40 John Francis McDermott describes Chouteau's house in his work, Frenchmen and French Ways in the Mississippi Valley:

Owning seventeen men slaves and fourteen women at the time of his death in 1829, not to mention eleven boys and eight girls, Chouteau had among them house servants not merely to look after the floors but to keep well dusted the many mirrors, large and small, that the French were so fond of, and the sofas and sideboards, the seven armchairs and forty-six 'painted' and common chairs, the ten bedsteads and other furniture that filled the rooms of his house, to polish the forty-two pounds weight of sterling that often was laid out on three dining room tables, to launder the forty tablecloths that figure in the inventory and indicate the extent of entertaining.41
Any visitor of mark in St. Louis was received at the Chouteau mansion, the home of "the First Citizen of Upper Louisiana," as William Henry Harrison called Chouteau in a letter to President Jefferson in 1804.42

The Pierre Menard house built in 1802 in the style of Louisiana plantations, and today a territorial landmark in Illinois, also reflects the taste for comfort and graceful living of its owner. It still displays the original hand-pressed window panes imported from France, quite a luxury at the time, as well as some of the solid mahogany furniture that belonged to the Menard family. A devoted family man, an astute and fair businessman, and a public servant, Pierre Menard enjoyed entertaining American and foreign dignitaries, and his home became known as "The Mount Vernon of the West."

Less affluent than the Laclèdes, Chouteaus and Menards were the Robidoux and Dubuques who lived at some distance from the civilization of St. Louis. Joseph Robidoux III was a family-oriented and practical man who built homes for his seven children, helped finance the business undertakings of his five brothers and liberally gave land for the establishment and growth of the city of St. Joseph, Missouri. He certainly had enough wealth to enjoy many of the fashionable refinements available to the merchants in St.Louis, but he preferred to cling to frontier ways. He and his wife, Angélique, lived in a log house built over a stone basement, quite rudimentary in comparison with the Chouteau mansion, but comfortable. While the door was always open to visitors the usual fare in the kitchen was dog meat.43 His simple tastes contrasted with the prosperous city of St. Joseph that had reached a population of 20,000 when he died in 1868.

Julien Dubuque lived much more isolated than Joseph Robidoux III. Prairie du Chien was the closest white settlement. Located near the mouth of the Wisconsin River it counted thirty-seven houses in 1807 according to John Reynolds.44 A few of the families were well known French traders; the others were probably half-breeds. On his side of the Mississippi Dubuque had built a house that probably resembled Robidoux's house in St. Joseph according to what we know from the inventory of his estate. The list of goods stored in the cellar and in the loft indicate the house was of fairly good size. Besides work clothes Julien Dubuque owned linen shirts, knee breeches, waistcoats, dress shoes, etc. showing he wanted to dress properly as a land owner for his visits to St.Louis. He had little furniture, but it was typical of the middle class at the time: painted wardrobe (or cupboard), walnut table, pedestal table, etc. On the other hand the inventory lists 45 stoneware plates, 18 coffee cups, silver spoons, goblets, flasks, a crystal decanter, etc. This extensive table service, an expensive cooking stove, two mirrors, two pictures, and four pairs of lady's gloves reflect a feminine presence. We assume that he was married at one time because a number of correspondents send their greetings to Madame Dubuque, but it appears he lived alone at the time of his death.

Dubuque had learned to read and write before he left Canada. His written French was more inventive that grammatically correct, but he was obviously intent on bettering himself because he, too, had a small library counting at least 56 books. The works of the French philosopher Montesquieu and eight volumes on various aspects of government, two dictionaries and a five-volume encyclopedia suggest he may have had ambitions beyond trading in lead and furs. This may also explain why he failed in business while acquiring an honorable reputation as "a man of talent and great enterprise."45

This sketch of a half dozen French and French Canadian entrepreneurs is by necessity incomplete. There was quite a number of French merchants whose fortunes placed them between the Chouteaus and a Dubuque. French was the dominant language in Missouri during the territorial period. If St. Louis had lost its distinctive French flavor by the middle of the nineteenth century, it still had a French population strong enough to support at least one newspaper. Most French merchants were concentrated in the St. Louis area. Others made their way to Santa Fé, San Francisco and other points in the west. These people along with the small army of minor French traders and voyageurs played a major role in the American fur trade.

While the fur trade by itself represented only a small part of the American economy, it played an important role in the exploration of the west and determined the paths of migration towards California and Oregon. French mountainmen gave names to the topography of the west. French merchants and fur traders functioned as guides, suppliers, financiers and, in a few cases, founded cities. Even the military who supported this migration often established their forts alongside the trading posts. In short, "the fur trade . . . set the pace for subsequent Euro-American activity in the West."46 Much of this activity was in the hands of French entrepreneurs. The words of Jay Gitlin, of Yale University, provide a fitting conclusion: "The resources, connections, and goals of French merchants were of vital importance in the first period of the economic development of the American Midwest, toughly from 1815 to 1860. . . The traditional narrative history of the American frontier needs revision."47

Le commerce de la fourrure par les Français durant la période post-coloniale

Par B. Pierre Lebeau

[North Central College, Naperville, Illinois]

TROISIÈME PARTIE

Pierre Ménard (1766-1844) arrive de Québec au pays des Illinois en passant par Vincennes sur la Wabash où il aiguise son sens des affaires avec Francisco Vigo, un des plus importants négociants de la vallée du Mississipi. Il s’installe à Kaskaskia en 1780 et ouvre un magasin général. Son territoire s’étend des Chutes de Saint-Antoine (Minneapolis-Saint-Paul) jusqu’à la Nouvelle-Orléans. Il est membre de la milice du comté de Randolph avec le grade de colonel, devient juge de la Cour, puis est élu député à la législature du territoire de l’Indiana. Ménard ne mélange pas ses affaires avec ses fonctions officielles. Partenaire de Manuel Lisa de Saint-Louis et d’un ami de Kaskaskia, Ménard finance une expédition très rentable d’échange de fourrures dans le haut Missouri en 1807 23 En 1808 il se joint à la « St.Louis Missouri Fur Company » de la famille Chouteau avec Manuel Lisa et autres négociants de Saint-Louis. Un an plus tard, il se joint à Manuel Lisa pour une première expédition le long du Missouri. Il démontre ses grandes qualités de leader car il faut faire monter la rivière à des bateaux très massifs. De plus, il y eut plusieurs déserteurs. L’hostilité des Pieds Noirs fait tourner ce voyage à la catastrophe, mais Ménard continuera à investir dans la compagnie jusqu’à sa dissolution en 1814. 24 Il continu sa carrière politique comme membre, puis Président de la Législature des Territoires de l’Illinois. Comme Commissaire des Etats-Unis, il consacre beaucoup de son temps à s’occuper des intérêts des Indiens. De nature très ouverte, il est partisan du développement des chemins de fer; d’ailleurs il sera membre du conseil d’administration de l’« Illinois Central Railroad »25 Ménard est reconnu pour son intégrité, sa loyauté à ses amis et aussi pour son accent français très prononcé ce qui lui vaut des taquineries amicales de la part de ses connaissances. La nouvelle constitution de l’état de l’Illinois spécifiait que seul un citoyen américain depuis 20 ans pouvait occuper le poste de lieutenant-gouverneur. Le prestige et le respect envers lui étaient si grands qu’on réduisit à 2 ans le temps nécessaire pour qu’il soit élu à ce poste.26 A son décès en 1844, il laissa une belle fortune formée de terrains et d’actifs financiers.

Joseph Robidoux III (1783[?]-1868) appartenait à une famille française dont le réseau d’affaires, comme celui des Chouteau, se forma avec la parenté par les mariages. Fils de Joseph Robidoux II, un riche marchand de Saint-Louis et partenaire momentané de Auguste Chouteau, Joseph Robidoux III préférait la vie aventureuse de l’Ouest à la vie civilisée de Saint-Louis. Il travailla pendant un certain temps pour la compagnie American Fur possédée par Astor. Il eut tant de succès que « Astor racheta ses parts dans la compagnie et le paya pour qu’il reste à Saint-Louis durant trois ans. » 27 Il retourna aussitôt à l’aventure et au milieu des années 1820 il établit un poste de traite appelé «Robidoux Landing» à l’embouchure du lac «Blacksnake» sur la rivière Missouri. En l’espace de quelques années, il acheta les intérêts de Astor dans cette région et il bâtit de là un empire en société avec ses frères. Dans un essai sur Joseph Robidoux III, Trish Bransky écrivait :

Ses frères, Louis et Isadore, commerçaient le long de la piste de Santa Fé; Antoine, qu’on connût comme le « chevalier de la traite des fourrures », établit un pied à terre sur la rivière Gunnison et une série de postes dans l’Utah et le Nouveau-Mexique. Francis équipa la région de Yellowstone et Michel fonda le fort Robidoux près de fort Laramie. On retrouvait une centaine de trappeurs et d’éclaireurs à l’emploi de la famille.28

En 1836, toutes ces terres deviennent propriété du gouvernement par le traité Platte Purchase. Les Indiens exigent qu’on donne 160 acres de terre à Robidoux. Ce dernier conçoit les plans d’une ville qu’il appelle Saint-Joseph. Il donne plusieurs lots qui serviront aux bâtiments publics, aux églises, au marché et il vend presque tout ce qui reste. En 1846 Saint-Joseph a dépassé Independance comme porte d’entrée de la piste de l’Orégon. En 1859, la compagnie de chemin de fer Hannibal et Saint-Joseph s’établit à Saint-Joseph et devient la première compagnie à traverser le Missouri. Cela confirme bien le rôle de la ville comme porte d’entrée de l’Ouest.29 Les affaires sont florissantes à Saint-Joseph et Robidoux est considéré «comme un opulent propriétaire de terres. » 30 À son décès en 1868, la ville a une population de 20,000 âmes.

Julien Dubuque (1762-1810) ne devint pas aussi riches que ses compatriotes. Né et élevé au Québec, il vint en Illinois par Michilimachinack et Prairie du Chien au début des années 1780. Il rejoint son frère Augustin et son cousin Jean-Baptiste Dubuque, capitaine de milice à Cahokia, Illinois. Il devient négociant pour la tribu indienne Fox, qui vivait dans le nord-est de l’Iowa et le sud–ouest du Wisconsin. Il établit des relations si amicales avec eux que cette tribu lui donna, en 1788, le droit exclusif d’extraire le minerai d’une riche mine de plomb située près de la ville actuelle de Dubuque. Cette cession de 125,000 acres fut plus tard reconnue par le Baron Carondelet, le gouverneur espagnol de la Louisiane.31 Dubuque donna le nom de Mines Espagnoles à cette mine de plomb. Il exploita le minerai avec des travailleurs blancs et indiens.32 Il devint le « plus grand mineur de plomb des périodes anglaise et espagnole » dans le Nord-Ouest tout en continuant la traite des fourrures.33 Si Dubuque avait concentré ses efforts à développer des méthodes efficaces dans l’extraction du plomb, sans doute serait-il devenu un homme très riche. La demande pour ce métal fut très forte entre1804 et 1815. C’était le produit le plus en demande après la fourrure dans les entreprises Chouteau. Julien Dubuque devint fournisseur de plomb et un client habituel de Auguste Chouteau.

Toutefois, Dubuque s’acharne à continuer et même à agrandir son commerce de fourrures avec les marchands de Michilimackinac et de Montréal. Il y avait un problème; les guerres de Napoléon limitaient le marché de la fourrure en Europe et les profits dans ce secteur avaient bien diminué. Dubuque devint très endetté envers les Chouteau et d’autres marchands de Saint-Louis. Afin de diminuer ses dettes et d’acheter des marchandises et autres fournitures, Dubuque, en 1804, vendit la moitié de ses avoirs à Chouteau pour la somme de $10,848.60.35 Après le traité de la Louisiane, Dubuque reçut, à deux reprises en 1805 et 1806, la visite du Lieutenant Zebulon Pike qui avait pour mission d’explorer le Haut Mississipi. En 1808, il devint agent pour la tribu indienne Sauk.36 Il quitta cette position après quelques mois parce que sa santé déclinait. Il décéda en 1810, criblé de dettes. Pierre Chouteau fils fit l’inventaire de sa succession qui se chiffrait à $1,667.92, un montant important à l’époque, mais fort éloigné de la richesse personnelle d’un Pierre Ménard.37 À l’époque de son décès, Dubuque tentait d’obtenir des autorités américaines une confirmation de ses titres espagnols. Sans cela la valeur de sa succession devenait discutable. Ses insuccès en affaires furent cependant compensés par la haute estime que lui manifestèrent tant les Blancs que les Indiens. Dans son livre « Pioneer History of Illinois » John Reynolds écrit : « Les négociants avec les Indiens ont déclaré que les tribus Sauk et Fox se sont fait un devoir religieux de visiter une fois l’an la tombe de Dubuque et d’y célébrer leurs cérémonies religieuses. »38

Des colons blancs s’installèrent dans la région à la fin de la guerre de l’Épervier Noir en 1832. Ils ouvrirent une ville minière sur les terres de Dubuque. La ville de Dubuque reçut sa chartre en 1841. Mais il s’écoulera plus de cinquante ans avant que les citoyens de Dubuque reconnaissent et honorent la mémoire du premier pionnier de l’Iowa en érigeant un monument de pierre sur sa tombe en 1897.

Les vallées du Missouri et du Mississipi constituaient la frontière à la fin du XVIIIème et au début du XIXème siècle. Avec le terme frontière, il nous vient à l’esprit des images de vie dure pleine de privations. Quoique les voyageurs, les montagnards, et autres employés de la traite des fourrures avaient emprunté dans une large mesure un style de vie s’apparentant à celui des Indiens, tous les marchands et un bon nombre de négociants tenaient à avoir un style de vie compatible avec leur richesse et leur culture.

Pierre de Laclède, dans le Saint-Louis des débuts, avait accumulé dans sa riche demeure, plutôt modeste selon les critères de l’Est, une petite bibliothèque d’environ 200 volumes. On y retrouvait des livres sur le droit, le commerce, la finance, la tenue de livres comme on est en droit de s’attendre de la part d’un homme d’affaires. On retrouvait des livres sur les pratiques quotidiennes de l’époque tels que des guides sur le jardinage, l’agronomie, la médecine. Mais fait intéressant, on y retrouve aussi une collection sur l’Histoire ancienne et moderne, le dictionnaire de l’Académie française, une encyclopédie des arts et des sciences, plusieurs essais dont un sur l’électricité, plusieurs œuvres sur la littérature et la philosophie par Bacon, Descartes, Locke, Rousseau, etc.39

Laclède eut une influence heureuse sur son beau-fils Auguste Chouteau, qui laissa à son décès en 1829 plus de six cents volumes. Mais on reconnaît davantage Auguste Chouteau pour l’élégance de sa maison et la prodigalité de son hospitalité. Sa spacieuse résidence avec ses annexes pour les serviteurs, les écuries etc. occupaient un îlot entier de la ville. La maison elle-même avait deux planchers avec des murs de deux pieds et demi d’épaisseur et des planchers faits de noyer noir, polis comme des miroirs selon John Darby, un résident de Saint-Louis.40 John Francis McDermott décrit la maison de Chouteau dans son œuvre « Les Français et leur genre de vie dans la vallée du Mississipi »

Au moment de son décès, Chouteau avait dix-sept esclaves de sexe masculin et quatorze femmes, sans mentionner onze garçons et huit filles. Certains étaient des serviteurs qui devaient non seulement astiquer les planchers mais devaient épousseter les nombreux miroirs, petits et grands, sujet de fierté des Français, et les sofas et les buffets, les sept fauteuils et les quarante-six chaises peintes et communes, les dix armoires ouvragées et autres meubles qui emplissaient les pièces de la maison, devaient polir l’argenterie, d’un poids de quarante-deux livres, dans lesquels on servait sur les trois tables de la salle à manger, devaient laver les quarante-trois nappes figurant dans l’inventaire et qui démontrent l’importance des réceptions.41

Tout visiteur de marque à Saint-Louis était reçu chez Chouteau, la résidence du « premier citoyen de la Haute Louisiane. » Ce surnom lui fut donné par William Henry Harrison dans une lettre adressée au président Jefferson en 1804.42

La maison de Pierre Ménard, qui date de 1802 et qui aujourd’hui marque la limite de l’Illinois, épouse le style des plantations de la Louisiane et démontre le goût pour le confort et le train de vie plein d’élégance de son propriétaire. On peut encore voir les fenêtres munies de carreaux importés de France, et aussi quelques meubles solides en acajou ayant appartenu à la famille Ménard. Dévoué à sa famille, rusé et équitable en affaire, homme public, Pierre Ménard aimait recevoir les dignitaires américains et étrangers. Sa maison fut connue comme « Le Mont Vernon de l’Ouest. »

Moins riches que les Laclède, les Chouteau et les Ménard, Robidoux et Dubuque vécurent assez loin de la vie civilisée de Saint-Louis. Homme de famille, homme pratique, Joseph Robidoux III bâtit une maison pour ses sept enfants, il soutint les entreprises de ses cinq frères, il donna généreusement plusieurs terrains pour construire la ville de Saint-Joseph, Missouri. Il était suffisamment riche pour se payer les petites douceurs dont jouissaient les marchands de Saint-Louis, mais il continua à vivre à la dure. Lui et sa femme. Angélique, vivait dans une cabane en bois rond construite sur une base en pierre, ce qui était très rudimentaire en comparaison avec la villa de Chouteau, mais qui était confortable. La porte était toujours ouverte aux visiteurs où on partageait la pâtée dans la cuisine. 43 Ses goûts simples contrastaient dans la ville très prospère de Saint-Joseph dont la population avait atteint 20,000 personnes lors de son décès en 1868.

Julien Dubuque vivait encore plus isolé que Joseph Robidoux III. Le village des Blancs le plus rapproché était Prairie du Chien. Situé près de l’embouchure de la rivière Wisconsin, on comptait trente-sept maisons en 1807, selon John Reynolds. 44 Il y avait quelques familles bien connues de négociants français; les autres étaient probablement des Métis. Sur cette rive du Mississipi Dubuque avait construit une maison qui ressemblait à celle de Robidoux d’après ce qu’on sait à la lecture de l’inventaire de sa succession. La liste des marchandises entreposées dans la cave et dans le loft nous indique une maison d’assez bonne grandeur. A part ses vêtements de travail, Julien Dubuque possédait des chemises de toile, des pantalons courts, des gilets, de bons souliers, etc. Cela démontre qu’il s’habillait proprement comme un propriétaire qui doit visiter Saint-Louis. Il possédait peu de meubles; voilà qui est typique de la classe moyenne de cette époque; une garde-robe peinte (ou une armoire), une table en acajou, un bureau pour la correspondance etc. D’autre part, dans l’inventaire, on retrouve 45 plats en grès, 18 tasses à café, des cuillères en argent, des gobelets, des flacons, une carafe en cristal etc. La présence d’un service de table recherché, d’un poêle dispendieux, de deux miroirs, de deux peintures et de quatre paires de gant pour dames démontre qu’il y avait une femme dans cette maison. On présume qu’il fut marié à un certain moment puisque plusieurs de ses correspondants envoyaient le bonjour à Madame Dubuque. Mais il vivait seul au moment de son décès.

Dubuque avait appris à lire et à écrire avant son départ du Canada. Son français était plutôt inventif que grammaticalement correct, mais il cherchait à s’améliorer lui aussi comme le démontre sa petite bibliothèque de 56 volumes. Les travaux du philosophe français Montesquieu et huit volumes sur différentes formes de gouvernement, deux dictionnaires, une encyclopédie en cinq tomes, suggèrent qu’il pouvait avoir d’autres ambitions que d’être un négociant de fourrures. Cela explique peut-être ses insuccès en affaire alors que sa réputation était excellente comme « homme de talent et esprit entreprenant. »45

Cette esquisse sur une demi-douzaine d’homme d’affaire français et canadien-français est nécessairement incomplète. Il y eut plusieurs marchands dont la fortune se situait entre celle de Chouteau et de Dubuque. La langue française dominait durant cette période. Même si Saint-Louis avait perdu sa saveur française au milieu du dix-neuvième siècle, la population française pouvait lire au moins un journal en français. La plupart des marchands français résidaient à Saint-Louis. D’autres se fixèrent à Santa Fé, San Francisco et ailleurs dans l’Ouest. Tous ces marchands ainsi qu’une petite armée de négociants et de voyageurs français ont joué un rôle très important dans la traite des fourrures aux Etats-Unis.

Même si la traite des fourrures ne représentait qu’une petite partie de l’économie américaine, elle a joué un rôle important dans l’exploration de l’Ouest, elle a permis de créer les routes de la migration vers la Californie et l’Orégon. Ces explorateurs français ont donné des noms à la topographie de l’Ouest. Les marchands français servaient de guides, de fournisseurs, de financiers, et dans quelques cas ils ont fondé des villes. Les militaires qui supportaient ces migrants ont construit des forts près des postes de traite. En bref, « la traite des fourrures … a ouvert le chemin aux autres activités euros-américaines de l’Ouest. Plusieurs de ces activités étaient entre les mains d’entrepreneurs français. Un extrait de Jay Gitlin, de l’université Yale, nous donne une conclusion convenable : « Les ressources, les relations et les buts des marchands français furent d’une importance capitale dans le développement économique du Midwest américain de la période de 1815 à 1860 … L’histoire américaine traditionnelle a besoin d’une révision.» 47
 
 



THE RIVARD KITCHEN HAS A PROBLEM

"Help Needed"

As many of you have probably noticed we have been unable to include any recipes in the last two months for the "Rivard Kitchen". We simply don't have any tried and true Rivard favorites to share. If anyone out there can help us it would be greatly appreciated. Recipes can be sent directly to me at Jdorn5@juno.com

Thank you
 
 

UN PROBLÈME DANS LA CUISINE DES RIVARD

« Besoin d’aide »

Comme plusieurs ont pu le constater, nous n’avons publié aucune recette durant les deux derniers mois sous la rubrique «La cuisine des Rivard. » Nous n’avons pas pu tester et publier les recettes favorites des Rivard. Si quelqu’un pouvait nous aider, nous l’apprécierions grandement. Veuillez envoyer vos recettes directement au courriel suivant : Jdorn5@juno.com. Merci

***********************

A LITTLE BIT OF TRIVIA

History probably records only one instance in which cavalry won a naval battle. The French army that invaded Holland in the winter of 1794 captured a Dutch fleet when it's mounted soldiers swept across the ice and seized control of the ships, frozen in place just offshore.

Un peu de tout

L’Histoire n’a retenu qu’un seul cas où la cavalerie a gagné une bataille navale. L’armée française qui avait envahi les Pays-Bas durant l’hiver de 1794 a saisi la flotte hollandaise lorsque ses cavaliers se sont avancés sur la mer gelée pour prendre contrôle des navires qui étaient pris dans la glace près de la rive

**************

A LITTLE BIT OF HUMOR

An angry wife was complaining about her husband spending so much time at the pub, so one night he took her along.

"What'll ya have?" he asked.

"Oh, I don't know. The same as you, I suppose," she replied.

So the husband ordered a couple of Jack Daniel's and threw his down in one gulp. His wife watched him, then took a sip from her glass and immediately spit it out.

"Yuck, that's nasty poison!" she spluttered. "I don't know how you can drink this stuff!"

"Well, there you go," cried the husband. "And you think I'm out enjoying myself every night!"

Un peu d’humour

Une femme se plaignait du fait que son mari passait beaucoup de temps au pub. Un soir, il décide de l’emmener avec lui : «Qu’est-ce que tu prends » lui demande-t-il ? « Oh, je ne sais pas. La même chose que toi, je suppose » répond-elle ?

Le mari commande donc deux Jack Daniel et il avale le sien d’un trait.

Sa femme l’observe, prend une gorgée dans son verre et la recrache immédiatement : «Yurck, c’est du vrai poison ! » dit-elle

« Je ne sais pas comment tu fais pour boire ça ! »

«Bon, voilà. » lui dit son mari, « Et dire que tu penses que je m’amuse ici tous les soirs !

********************

THE EDITOR'S CORNER

Due to the recent virus threat on the forum the newsletter will no longer be posted as a Word.doc via e-mail. It will, however, be posted on the web as a link to the Rivard Homepage. There will be three versions of the newsletter there; Bilingual, English & French. You should be able to print the version of your choice from there.

Until Next Month

Be Kind to One Another & Keep Smiling
 
 

LE COIN DE LA RÉDACTRICE-EN-CHEF

À cause de l’attaque récente du virus sur le forum, vous comprendrez qu’il devient impossible d’envoyer le bulletin comme un document Word.doc. Cependant, le bulletin sera publié dans le site des Rivard. Il y aura trois versions : bilingue, anglaise et française. Vous pouvez imprimer le bulletin dans la version de votre choix à partir de ce site.

On se revoit le mois prochain.

Soyez gentils les uns pour les autres et conservez votre sourire.