Forum Newsletter … Bulletin
June 2001






THE RIVARD NEWSLETTER TEAM

Editor:  Jan Dorn
Co-Editor:  Jean Guy Lacoursiere
Member of the Month Column:  Marlyss Hernandez
Query Reporter:  Nickie Cheney
Trivia & Humor:  "Chippewa Falls Finest", Dot Giessler
Translators: Alain Gariépy, Jean Guy Lacoursiere & André Dufresne

L’ÉQUIPE DU BULLETIN DES RIVARD
Rédactrice-en-chef:  Jan Dorn
Rédacteur-en-chef adjoint:  Jean Guy Lacousiere
Colonne du Membre du mois:  Marlyss Hernandez
Reportages:  Nickie Cheney
Sujets divers et humour … «Les meilleures de Chippawa Falls» : Dot Giessler
Les traducteurs: Alain Gariépy, André Dufresne & J.G. LaCoursiere

IN THIS ISSUE:

Detroit/Windsor Reunion Updates … Reminders for those going to Canada.
A Trip Down Memory Lane
June's FMOTM … J.G. LaCoursiere
An Interview with Ron Rivard … May's FMOTM
Spring Street … A Short Story of George Rivard
Canadian Horses
New Members Join the Rivard Family
Forum News & Topic Highlights
Gossip ??? … Tall Tales Straight from the Horse's Mouth
Interesting & Helpful Research URL's
The Rivard Kitchen … Delicious Batter Recipes for Deep Fried Foods
A Little Bit of Trivia
A Little Bit of Humor
The Editor's Corner

DANS CE NUMÉRO
Mises à jour sur la réunion de Détroit/Windsor
Rappels à l’intention de ceux qui iront au Canada
Je me souviens
Le Membre du mois de juin : J.G. Lacoursière
Un interview avec Ron Rivard, Membre du mois de mai
Spring Street. Nouvelle de George Rivard
Les chevaux canadiens
Nouveaux membres du forum des Rivard
Nouvelles du forum et sujets importants
Racontar??? Contes par celle qui les a vécus
Sites de recherche utiles et intéressants
La cuisine des Rivard. Recette d’une délicieuse pâte pour les fritures
Un peu de tout
Un peu d’humour
Le coin de la rédactrice-en-chef

DETROIT/WINDSOR REUNION UPDATES
Reminders for those going into Canada

There isn't much new in the way of reunion updates from Tom Dufour this month. His computer was damaged by an electrical storm. By the time he was able to replace it and had a chance to check forum messages they were numbered at 1,900 and climbing. It was at that point that he said to himself, "Self … forget this mess! If someone needs reunion information they can contact me direct." Well … those weren't his exact words, but the only ones we could put in print.  As a reunion reminder you may want to consider the following if you plan on attending the Detroit/Windsor reunion in July.

Be sure to check with your auto insurance carrier to see if your auto will be covered while driving in Canada.  If you're renting a car stateside the same holds true. Check with the car rental agent for additional coverage should it be a necessity.

If you are using any prescription drugs be sure to take them in the original bottles. This will save hassles crossing the border and make it possible to get a refill in Windsor if it becomes necessary and/or help if medical treatment is necessary while in Canada.

The currency rate is different between the US and Canada. MAM recently posted the following URL to check with the rate changes daily.  You may want to exchange some currency before leaving the states. You can use American Dollars in Canada, but may not always get the correct change back.  If you purchase something in Canada and or pay for a service, keep your receipts. Some of the taxes paid may be refundable.  You should be able to change your currency at your local bank. Some Auto Clubs also provide this type of service for it's members.

http://www.internetnutrition.com/currency.html
Calculates the conversion with today's exchange rate.

Last, but not least … If you haven't sent your money to André for the BBQ, please do so ASAP.
***********************
MISES À JOUR SUR LA RÉUNION DE DÉTROIT/WINDSOR
Rappels pour ceux qui iront au Canada

Tom Dufour n’a pas grand chose à rapporter à ce sujet ce mois-ci. Son ordinateur s’est brisé durant une tempête électrique. Le temps de le remplacer, le nombre de messages à lire sur le forum se chiffrait à 1900 et augmentait continuellement. Rendu à ce point il s’est dit : « J’oublie tout. Si quelqu’un a besoin d’information, ils m’écriront directement. » Peut-être n’était-ce pas ses mots exacts, mais c’est néanmoins ceux qu’on peut imprimer. Comme rappel pour la réunion, prenez en considération les notes suivantes si vous pensez assister à la réunion de Windsor/Détroit en juillet prochain.

Vérifiez la couverture de votre police d’assurance si vous devez conduire votre automobile au Canada. La même remarque s’applique si vous devez louer une auto. L’agent de location peut vous offrir une couverture supplémentaire si nécessaire. Si vous devez prendre des médicaments, laissez-les dans la bouteille remise par le pharmacien. Cela vous évitera des tracas en traversant la frontière; de plus vous pourrez faire remplir votre ordonnance à Windsor si cela est nécessaire et/ou si vous devez obtenir un traitement médical pendant votre visite au Canada.

Le taux de change est différent entre le Canada et les Etats-Unis. MAM a affiché dans un courriel une adresse URL qui indique le taux à tous les jours. Peut-être voudrez-vous échanger quelques dollars américains pour des dollars canadiens avant votre départ. Il est possible d’utiliser des dollars américains au Canada. Cependant il est possible que vous n’obteniez pas le taux de change exact. Si vous faites des achats ou payez pour un service, conservez les reçus. Il est possible que certaines taxes vous soient remboursables. Vous pouvez changer os dollars à votre banque locale. Certains clubs d’automobilistes rendent ce service à leurs membres.

http://www.internetnutrition.com/currency.html
Faites le calcul avec le taux de change d’aujourd’hui.
Enfin, n’oubliez surtout pas d’envoyer votre argent à André pour le BBQ . Veuillez le faire le plus tôt possible.
**********************

A TRIP DOWN MEMORY LANE
"Souvenirs & Reminiscences From Trois Riviéres"
Shared by André Dufresne

For most of those who were lucky enough to attend the Rivard Rendezvous 2000 (RR2K) in Trois-Rivières, it was an event to remember & cherish, full of great encounters and fun moments.

Here are a few that I would like to share with you :

It all started a few days before RR2K, when Marlyss came to Montréal to search the archives.  We had agreed that she would come to my house in the northern suburbs, about 30 miles from her downtown hotel.  The only way to get to my house is to travel on different highways where, I am told, driving habits differ somewhat from those on the Florida Panhandle backroads…  But –lo and behold – Marlyss made it alive both ways!  Of course, she was a little tense (or should I say excited?) but we had a wonderful evening.

Johanne and I arrived in Trois-Rivières around 8 PM on Friday night, after most guests had already arrived, met and even had supper.  The hotel lobby was empty so we were walking towards a large tent where, we had been told, we would find many Rivards.  As we were about halfway to the tent, suddenly, out of nowhere it seems, there was this cute lady coming straight to me, looking me in the eyes, smiling from ear to ear.  Somehow, we both knew who the other was :  « André ? » asked the lady…  « Mary Ann? », I replied…  And I got this typical Rivard hug from our Mother Superior, whom I had been longing to meet in person.

On Sunday, a ceremony was held in Batiscan for the unveiling of the Rivard commemorative plaque at the Old Rectory.  The man who had paid for the plaque and who was making the speech was none other than Jim Rivard, one of the founders of the International Association of Rivard Families, whom I did not know, and whom I had never met before.  I listened to his speech with attention and the ceremony went smoothly.  Months later, I discovered that Jim had broken an ankle just hours before, and he did all this walking around and a stand-up speech, on a broken ankle.

I was in for a really big surprise while in Batiscan.  My research led me to believe that Nicolas Rivard built two different houses on his land just beside the Old rectory : the first one in 1668 on the river front and a second, newer house around 1695, on higher land closer to the Old Rectory.  This land is still being farmed and when the crop is harvested, a small mound can be seen where, presumably, Nicolas’ house once stood.  What I did not know is that René Lévesque, perhaps Québec’s best known archaeologist, had made a superficial search of the site and had come up with artifacts clearly dating back to the late 1600’s : a knife, a fork, fragments of a pipe, glassware, indian pottery sherds, etc.  Mr. Lévesque kindly showed them to me and allowed me to manipulate them, while we were having a 30-minute discussion about his search.  To think that these objects were the property of Nicolas, that he actually held them in his hands over 300 years ago, was an experience that I am not soon to forget.

There was another dear cousin whom I met and whom I talked with several times over the weekend.  We had pleasant conversations on various occasions.  Months later, she wrtoe me that she is almost totally deaf and that she was mostly reading my lips and being attentive to my « body language ».I would never have guessed.  To think that this cousin spent the whole weekend walking around, not hearing anything and still managed to talk with so many cousins who never suspected that she could not hear them, isn’t it extraordinary?
***********************
SOUVENIRS DU RENDEZ-VOUS DE TROIS-RIVIÈRES
Par André Dufresne

Tous ceux qui ont eu la chance de participer au Rendez-vous des Rivard 2000 (RR2K) de Trois-Rivières vous le diront: ce fut un événement mémorable, rempli de merveilleuses rencontres et de moments agréables.

Voici quelques souvenirs que j'aimerais partager avec vous:

Tout a commencé quelques jours avant RR2K avec l'arrivée de Marlyss, venue à Montréal pour effectuer des recherches aux archives.  Nous avions convenu qu'elle viendrait me visiter chez moi, en banlieue nord, à environ 30 milles de son hôtel du centre-ville.  Le seul trajet possible de son hôtel à ma maison emprunte plusieurs autoroutes, où, ai-je appris avec intérêt, les habitudes de conduite des chauffeurs québécois diffèrent sensiblement de celles qu'on retrouve sur les petits chemins de campagne de sa Floride rurale.  Mais, à ma grande stupéfaction, elle a réussi à accomplir le trajet aller-retour saine et sauve!  Bien sûr, j'ai pu sentir chez elle un peu de nervosité (ou était-ce de l'excitation?), mais nous avons passé une merveilleuse soirée.

Johanne et moi ne sommes arrivés à Trois-Rivières que vers 20 heures le vendredi soir, après que la plupart des invités soient arrivés, aient fait connaissance et même, aient pris leur souper.  Le lobby de l'hôtel était vide à notre arrivée.  Nous nous sommes donc dirigés vers une tente où, nous avait-on dit, nous risquions de trouver quelques cousins Rivard.  Nous avions parcouru la moitié de la distance quand une pétulante jeune femme surgit de nulle part, fonça sur moi en me regardant dans les yeux et en me faisant son plus beau sourire.  Nous sûmes immédiatement l'un et l'autre à qui nous avions affaire!  "André ?", me demanda-t-elle... "Mary Ann?", lui répondis-je...  Et j'ai eu droit à ce gros câlin typique des Rivard, de la part de notre Mère Supérieure que je brûlais depuis longtemps de rencontrer en personne.

Le dimanche eut lieu la cérémonie du dévoilement de la plaque commémorative Rivard au Vieux Presbytère de Batiscan.  L'homme qui a fait exécuter la plaque à ses frais et qui prononça le discours était nul autre que Jim Rivard, un des fondateurs de l'Association internationale des familles Rivard, que je ne connaissais pas et que je n'avais jamais rencontré auparavant.  J'ai écouté son discours avec intérêt et la cérémonie se déroula sans anicroche.  Aussi, quelle ne fut pas ma surprise de découvrir, plusieurs mois plus tard, que Jim s'était brisé la cheville quelques heures avant la cérémonie et qu'il avait marché et prononcé son discours debout avec sa cheville brisée.

Une surprise de taille m'attendait à Batiscan.  Mes propres recherches m'ont amené à conclure que Nicolas Rivard s'est construit deux maisons sur sa terre de Batiscan, voisine du Vieux Presbytère:  la première en 1668 non loin du rivage, et la seconde vers 1695 plus haut sur sa terre, tout près du Vieux Presbytère.  Cette terre est toujours cultivée et lorsque la récolte est faite, on peut distinguer une petite élévation du sol, à l'endroit où, présumément, Nicolas avait construit sa maison.  Ce que j'ignorais, c'est que René Lévesque, sans doute le plus célèbre des archéologues québécois, avait procédé à une fouille superficielle des lieux et y avait trouvé des artefacts datant clairement de la fin des années 1600: un couteau, une fourchette, des fragments de pipe, des tessons de verre et de poterie indienne, etc.  Monsieur Lévesque a eu la gentillesse de me laisser manipuler ces objets, durant notre entretien privé d'une demi-heure au sujet de ses fouilles.  De penser que j'ai eu le privilège de tenir dans mes mains ces objets âgés de plus de trois siècles qui ont appartenu à Nicolas, est une expérience que je ne suis pas prêt d'oublier.

Et puis il y a cette autre cousine que j'ai eu le plaisir de rencontrer et avec qui j'ai discuté à plusieurs reprises durant la fin de semaine.  Plusieurs mois plus tard, elle m'informait être presque complètement sourde et que pour suivre nos conversations, elle lisait mes lèvres et suivait mon "langage corporel".  Jamais je n'aurais deviné.  Penser que cette cousine a passé toute la fin de semaine à se mêler aux groupes, sans pouvoir entendre un mot de ce qui se disait, tout en participant aux conversations sans que quiconque ne soupçonne sa surdité, n'est-ce pas là un exploit remarquable?
**************************
OUR JUNE FORUM MEMBER OF THE MONTH IS JEAN GUY LACOURSIERE

This month's forum member of the month protested his nomination and asked cousins not to vote for him, but many did not heed his plea.  It was a very close race, but Jean Guy came out ahead.  As I've said before, he is a man that does not need an introduction.  Everyone has seen his messages on the forum as he is most likely the most frequent poster of messages.  He's always there to welcome or to ask a new cousin for more information concerning that cousin's line.  He always lets us know how he feels about things and when his birthday is.  It will be most interesting to learn more about cousin Jean Guy Lacoursiere next month.  Congratulations, JG, for winning even if you didn't want it until next April.
(psst, JG, just pretend next month is April, okay, and write us a nice autobiography.)
*************************
NOTRE MEMBRE DU MOIS DE JUIN EST JEAN-GUY LACOURSIÈRE

Bien que notre membre du mois ait protesté contre sa mise en candidature et qu’il ait demandé aux cousins de ne pas voter pour lui, ceux-ci l’ont élu quand même !  Ce fut un vote serré mais Jean-Guy l’a emporté.  Comme je l’ai déjà écrit, il n’a pas besoin d’être présenté.  Tous ont vu ses nombreux messages sur le Forum et il est sans doute celui qui y apporte la plus volumineuse contribution.  Il est toujours là pour accueillir un nouveau membre ou pour lui demander des informations pour compléter sa lignée.  Il s’assure que nous sachions toujours son opinion et il aime nous rappeler la date de son anniversaire.  Il sera très intéressant d’en apprendre plus sur le cousin Jean-Guy Lacoursière le mois prochain.  Félicitations Jean-Guy pour cette victoire que tu espérais en avril prochain !
(Psst, Jean-Guy, fais comme si c’était avril et écris-nous ton autobiographie)
*************************
AN INTERVIEW WITH RON (RIV) RIVARD, OUR MAY FORUM MEMBER OF THE MONTH
By Marlyss Rivard Hernandez
 


 When asked what made him chose genealogy as a hobby, Ron said that he's always been interested in his family tree ever since he can remember.  It was about four years ago that his dad gave him a book on the Rivard name and that's what got him going.  And how does his family feel about this hobby?  His family walks away when he starts talking about the "GENIE", but it doesn't stop him as he just keeps on talking.  Just like a true Rivard.
 Ron says the most interesting thing that he has found while researching are the dit names, the Rivard Family Forum and finding out where his grandparents were from.  This gave him the greatest pleasure.  He says he hasn’t found any pirates, just bootleggers in his family history.  Now, as for those ghosts which may be in his closet,  his reply was, "GHOSTS! In MY closets?  I'm afraid so, but that door won't be opened by me."
 The most helpful resource for Riv was the American-Canadian Genealogical Society in Manchester, NH.  (P.O. Box 6478 Manchester, NH, 03108-6478)
 Ron found the Rivard Family Forum just as I did, by surfing the net.  When it comes to which member of the forum has helped him the most, Ron says,  "It's hard to pick just one from this "Family of Cousins", but I think the warm feeling you get conversing with Mary Ann (Rivard) Mickey made me feel as if I've known her all of my life and I admire her candidness."
 The other sur-names that Ron is researching are Prince, Pellitier, and Houle.  As far as going to Detroit/Windsor in July, well, Ron is just not sure about that as he and his wife will be returning home to New Hampshire from a trip to Alaska on July 19, 2001.
 Ron did not write an autobiography per say.  He just sent me several little tidbits about himself so I will attempt to put it into story format.  He says he is "a talker, not a writer; an ad-libber, not a speaker".  I think those of us who met Ron in Trois Rivières last July can attest to that.
 To start off, Ron, who was born on February 10, 1940 as the seventh of fifteen children , grew to the height of 5' 10" and 170 pounds.  He is a handsome man with brown hair and eyes.
He gave me a list of his favorite things.  He likes the color blue best, so it's not surprising that his favorite bird is the Blue Jay, along with the Bald Eagle.  (I hope you get to see some Bald Eagles in Alaska, Ron.)  Give Ron a package of M & M peanuts and you will have given him his favorite sweets.
His Ruthie, family, work, motorcycle riding, archery, genealogy, and photography are his favorite pass time things.  In that order, Riv?
He loves football and boxing and saying "Empathy" or "Others".  Hank Williams, Sr., Kitty Wells, Allen Jackson, and Shania Twain are among his favorite singers, while his favorite actors are Charles Bronson, Jane Russell, Sandra Bullock and Mel Gibson.  The American Heritage Dictionary is his favorite book.  His favorite TV show is "The Vana White Show!!!"  Also known as "The Wheel of Fortune"  The "Sound of Music"  and "Grease" are the favorite movies.  Somehow his favorite cartoon comes as no surprise:  "The Road Runner".  His favorite foods are New England Boil Dinner (ham, cabbage, potatoes, carrots, onions and turnips.)
In describing himself, Ron says that he is "patriotic, sensitive and tough, kind and mean, gentle and rough".  He likes discipline and self control along with making decisions with his brain and not his heart, although he does claim to do both.  He likes "saying what's on his mind, a spade is a spade.  Some people don't like the truth, me?  I can't tell a lie."
Ron says that he has "never wished for anything nor can I ever remember wishing for anything. If I want something, I just buy it.  If I must work 2 or 3 jobs to get what I want, I just do it.  I never purchase big money items without sleeping on it. If it is our of my reach, I settle for less."
Perhaps that goes back to his childhood as he said, he was the seventh of fifteen children. His mother had been married twice and had four children, two Bakers and two Kulingoskis.  His father had one girl and seven boys.  Things must have gotten a little tough for his father because he left the family.  They found out five years later that he had joined the army.
His mother and Edith, the eldest child, raised all of the children.  His mother married a Bartisavitch, who treated the children with kindness.  Ron does not consider any of his brothers or sisters "half or step or whatever else they would call them, they're all my sisters and brothers.  I love all of them as I do the rest of my total family.  There are some of them I like more or better then others and there are even some I dislike, but I assure you, I love them all and would not hurt nor would I allow anyone else to hurt them."
Ron went to bed hungry many times, but says he went to bed full many more.  "I wore my grandmother's nylons for longjohns in the winter and used cardboard for the soles of my shoes for too many years.  I was in an orphanage for two years.  I am not an educated man by any means, but I get by.  I left school at the age of sixteen in the ninth grade.  I'm not proud of that, but you do what you have to do at a particular time.  My intent was to never go back..  I hated it.  I received my GED at the age of thirty-one and attended college at the age of thirty-three.  I went to night school and I still hated it.  I never graduated nor do I hold any degrees.  I don't plan on getting any and I still hate it, at least when I think about it."
 Ron lives in a modest split entry 26' x 52' house which includes a two car garage on two acres.  He and his wife started their own company in 1986 and named it Riv, Inc. They manufacture "Thick-Film Screens" for Micro-Electronics industry.   They own a 25,000 square foot brick and cinder block building, which houses Riv, Inc.  When people ask him what the Riv stands for, he just says, "ME!"  He semi-retired in 1997.
Ron has had his share of operations on "this not too old body:  1945 -appendix burst and drained, 1955-tonsils, 1961 appendectomy, 1973-broke three ribs, 1980-herniated disk, 2000-broke six ribs.  It does have it's advantages, I can tell when the weather will be bad."  He says he seldom gets a head ache and when he does, he just works harder and "before you know it, it's gone.  I don't sunburn easily, but I tan very dark. I, like most, am overweight, not immense but comfortably.  I exercise, lift weights and stay active."
As far as some of the things that Ron enjoys doing he says, "I hunt with a bow and arrow, but I have never killed anything.  I do it to test my skills: tracking, navigating in the woods, seeing how many different animals I spot and looking for wild plants and flowers and I enjoy trees and rocks."  His daily activity in warm weather is "Should I work in the yard or "DUCE"?  Should I watch TV or "DUCE"?  Should I go to work today or "DUCE"?  You know who wins, the motorcycle!"  On rainy days or winter, it is: Should I clean the house or "GENIE"?  Should I watch TV or "GENIE"?  Should I go to work or "GENIE"?  You know who wins, the genealogy!  The "GENIE" and the "DUCE" are not my whole life.  I surely have many other interests: relaxing with my Ruthie, family, relaxing with my Ruthie, archery, relaxing with my Ruthie, relaxing with my Ruthie and relaxing with my Ruthie.  We do other things, but relaxing is our favorite."  Ron says that "My Ruthie is my life, I would not only die for her, I would kill for her."
When asked about his descendants, Ron says, "I have been married twice, the first three(3) kids Janice (my really chosen one)(adopted), James and Shirlee.  I have six(6) grandchildren with these three(3) and one(1) great-grandchild.  The two(2) with my Ruthie(I adore this woman), Tania & Todd of which the girl one is baby carrying and so is my Shirlee.  I am still contributing to the Rivard World.  All of my children are on there own and all married with the exception of Todd, he still likes fishing first, then love.(not rather then just first)."
To conclude, Ron says that:  "This Rivard Forum is very important to me, finding new cousins is finding new friends."  His motto:  "KISS=Keep It Simple Stupid".
*************************
ENTREVUE AVEC RON (RIV) RIVARD, NOTRE MEMBRE DU FORUM DU MOIS DE MAI
par Marlyss Rivard Hernandez

Lorsqu'on lui demande pourquoi il a fait de la généalogie son passe-temps préféré, Ron répond qu'aussi loin qu'il puisse se rappeler, il s'est toujours intéressé à son arbre généalogique.  Mais il y a quatre ans, son père lui donna un livre sur le patronyme Rivard et c'est ce qui déclencha réellement son intérêt.  Comment les membres de sa famille réagissent-ils à sa passion?  Disons qu'ils lui tournent le dos et s'enfuient dès qu'il parle de généalogie, mais ça ne l'empêche pas de continuer d'en parler!  Un vrai Rivard, quoi!

Ron déclare que ses découvertes les plus intéressantes furent, d'abord, le phénomène des surnoms, les "dits", ensuite la découverte du Forum des Rivard, et enfin la découverte du lieu d'origine de ses grands-parents.  C'est ce qui lui a procuré le plus de plaisir.  Il reconnaît n'avoir trouvé aucun pirate parmi ses ancêtres, seulement quelques contrebandiers.  Et quand on lui demande s'il a découvert un cadavre dans un placard, il répond: "Un cadavre?  Dans MON placard?  J'ai bien peur que oui, mais ce n'est pas moi qui vais ouvrir cette porte!"

La ressource la plus utile qu'il ait découverte est l'American-Canadian Genealogical Society à Manchester, NH (P.O. Box 6478, Manchester, NH, 03108-6478).

C'est par hasard, en surfant sur internet, que Ron a découvert le Forum des Rivard, exactement comme moi.  Et lorsqu'on lui demande quel est le cousin ou la cousine qui l'a le plus aidé, Ron répond: "Il est difficile de n'en choisir qu'un seul, mais je crois que la chaleur d'une conversation avec Mary Ann (Rivard) Mickey m'a laissé l'impression que je l'avais connue toute ma vie et j'admire sa candeur".

Les autres noms de famille sur lesquels Ron poursuit des recherches sont Prince, Pelletier et Houle.  Ron ira-t-il à la réunion de Windsor/Détroit en juillet?  Ron n'en est pas certain parce que son épouse et lui seront à peine de retour d'une croisière en Alaska le 19 juillet.

Ron n'a pas écrit une autobiographie comme tel. Il s'est contenté de m'expédier quelques notes à son sujet, que je vais essayer de réunir sous forme d'histoire.  Il se décrit comme verbal plutôt qu'écrit, causeur plutôt que conférencier.  Je pense que ceux qui l'ont rencontré à Trois-Rivières l'an dernier en juillet dernier peuvent le confirmer!

Ron est né le 10 février 1940, le septième de quinze enfants.  Il est plutôt bel homme, aux cheveux et aux yeux bruns et il fait 5 pieds 10 pouces pour 170 livres.  Il m'a dressé la liste de ce qu'il préfère.  Sa couleur préférée est le bleu et en toute logique, son oiseau favori est le Geai bleu, ainsi que l'aigle à tête chauve. (J'espère que tu en verras quelques-uns en Alaska, Ron).  Vous voulez lui faire plaisir?  Alors donnez-lui un paquet d'arachides M & M, c'est son bonbon préféré!

Sa Ruthie, sa famille, son travail, les promenades à moto, le tir à l'arc, la généalogie et la photographie sont ses passe-temps préférés.  Dans cet ordre-là, Riv?

Il aime bien le football et la boxe et il aime prononcer les mots "Empathy" et "Others".  Ses chanteurs et chanteuses favoris sont Hank Williams Sr., Kitty Wells, Allen Jackson et Shania Twain, tandis que ses acteurs et actrices favoris sont Charles Bronson, Jane Russel, Sandra Bullock et Mel Gibson.  Son livre de chevet est l'American Heritage Dictionary".  Quant à son émission de télé favorite, c'est le "Vana White Show", appelé aussi la "Roue de fortune"!  Ses films préférés sont "The Sound of music" (La mélodie du bonheur) et "Grease".  Personne ne sera étonné d'apprendre que son héros de dessins animés préféré est Road Runner.  Enfin, son plat préféré est le "New England Boil Dinner" (...le bouilli de la Nouvelle-Angleterre"), composé de jambon, de chou, de pommes de terre, de carottes, d'oignons et de navets.

Ron se décrit comme quelqu'un de "patriotique, à la fois sensible et dur, gentil et méchant, doux et rude".  Il aime la discipline et le self-control et préfère prendre ses décisions avec sa tête plutôt qu'avec son coeur, malgré qu'il avoue faire les deux!  Il aime parler franchement et appeler un char, un chat.  "D'aucuns n'aiment pas entendre la vérité, mais moi, je ne sais pas mentir."

Ron dit n'avoir jamais souhaité avoir quelque chose et ne se souvient pas que cela lui soit arrivé.  "Si je désire quelque chose, je l'achète.  Même si je dois occuper 2 ou 3 emplois pour l'obtenir, je le fais.  Mais je ne fais aucun achat majeur sans avoir pris le temps d'y réfléchir.  Et si c'est au-delà de mes moyens, je me contente de moins."

Cela remonte peut-être à son enfance, car il nous a dit qu'il était le septième de quinze enfants.  Sa mère avait été mariée deux fois et avait déjà quatre enfants, deux Baker et deux Kulingoskis.  Son père avait une fille et sept garçons.  Les choses ont dû devenir trop dures pour son père car il abandonna la famille.  Cinq ans plus tard, on découvrit qu'il s'était joint à l'armée.

C'est donc sa soeur aînée, Edith, qui aida sa mère à élever la famille.  Sa mère se remaria avec un nommé Bartisavich, qui traita bien les enfants.  Ron considère qu'il n'a aucun demi-frère ni aucune demi-soeur: il n'a que des frères et des soeurs.  "Je les aime tous autant que le reste de ma famille.  Bien sûr, il y en a que je préfère et d'autres que j'aime moins, mais je vous assure que je les aime tous, je ne ferais de mal à aucun d'eux et ne permettrais à personne de leur faire du mal."

Il lui est arrivé bien souvent d'aller au lit le ventre creux, mais plus souvent encore d'y aller le ventre plein.  "Je portais les bas de nylon de ma grand-mère en guise de caleçons longs l'hiver et j'ai dû mettre du carton dans mes chaussures en guise de semelles pendant trop d'années.  J'ai vécu en orphelinat pendant deux ans.  Je ne suis pas très instruit, mais je me débrouille bien.  J'ai quitté l'école à seize ans, en neuvième année.  Je n'en suis pas particulièrement fier, mais parfois, on prend ce qu'on croit être la meilleure décision dans les circonstances.  J'avais la ferme intention de ne jamais y retourner.  Je détestais l'école.  J'ai obtenu mon diplôme d'études secondaires à 31 ans et j'ai suivi des cours universitaires à 33 ans.  C'étaient des cours du soir et je détestais toujours ça!  Je n'ai jamais terminé mes cours et je n'ai pas de diplôme.  Je n'ai pas l'intention d'en obtenir un et quand j'y repense, je déteste toujours ça!"

Ron vit dans une modeste maison à demi-étage de 26 pieds sur 52, avec garage double, sur deux acres de terrain.  Lui et sa femme ont créé leur propre entreprise en 1986, qu'ils ont baptisée Riv, Inc.  Ils fabriquent des écrans à film épais pour l'industrie micro-électronique.  Ils possèdent un immeuble de brique et blocs de ciment d'une superficie de 25 000 pieds carrés, siège de la société Riv, Inc.  Et lorsque des gens lui demandent ce que signifie "Riv", il répond: "Moi!"  Il a pris une semi-retraite en 1997.

Sa carcasse, pourtant pas très vieille, a eu à subir son lot de chirurgies: 1945: perforation de l'appendice; 1955: amygdales; 1961: appendectomie; 1973: triple fracture des côtes; 1980: hernie discale; 2000: fracture de 6 côtes.  "Cela présente certains avantages: ainsi, je peux prédire le mauvais temps..."  Il souffre rarement de migraine et lorsqu'il en a une, il travaille encore plus fort et elle disparaît comme par miracle.  "Je ne prends pas facilement de coups de soleil et je bronze très foncé.  Comme tant d'autres, j'ai un surplus de poids, pas énorme mais, disons, confortable.  Je fais de l'exercice, je lève des poids et je suis actif".

Parmi les choses qu'il aime bien faire, il dit: "Je chasse à l'arc et aux flèches mais je n'ai jamais tué de gibier.  Pour moi, ce qui compte, c'est de tester mes capacités: pister, m'orienter en forêt, découvrir combien d'animaux je peux repérer et observer les plantes et les fleurs sauvages, j'aime aussi les arbres et les rochers".  À la belle saison, son activité principale consiste à se demander: "Fais-je du jardinage ou de la moto?  Je regarde la télé ou je fais de la moto?  Devrais-je aller au boulot aujourd'hui ou faire de la moto?"  Et la gagnante est: la moto!  Et quand il pleut, ou encore en hiver, il se demande: "Devrais-je nettoyer la maison ou faire de la généalogie?  Je regarde la télé ou je fais de la généalogie?  Devrais-je aller au boulot ou faire de la généalogie?"  Et la gagnante est: la généalogie!  "La généalogie et la moto ne sont pas toute ma vie.  J'ai sûrement plusieurs autres passe-temps:  relaxer avec ma Ruthie, la famille, relaxer avec ma Ruthie, le tir à l'arc, relaxer avec ma Ruthie, relaxer avec ma Ruthie et relaxer avec ma Ruthie.  Bien sûr, on fait aussi autre chose, mais relaxer ensemble est celle qu'on préfère.  Ron ajoute: "Ma Ruthie est ma vie, je mourrais pour elle, j'irais jusqu'à tuer pour elle".

Quand on lui demande de nous parler de ses descendants, Ron répond: "J'ai été marié deux fois.  De ma première union, j'ai Janice (que j'ai choisie, puisqu'elle fut adoptée), James et Shirlee.  J'ai 6 petits-enfants de ces trois enfants, et un arrière petit-enfant.  J'ai eu deux enfants avec ma Ruthie (j'adore cette femme!), Tania et Todd.  Tania est enceinte de même que ma Shirlee.  J'apporte ma contribution à l'univers des Rivard!  Tous mes enfants volent de leurs propres ailes et sont tous mariés à l'exception de Todd, qui préfère la pêche à l'amour (mais pas la pêche plutôt que l'amour!).

En guise de conclusion, Ron ajoute: "Le Forum des Rivard est très important pour moi: découvrir de nouveaux cousins, c'est se faire de nouveaux amis".  Sa devise s'exprime par l'acronyme KISS: "Keep it simple, stupid!"
************************
SPRING STREET
A Short Story of George Rivard written by Ray Beaupre

Spring Street in Franklin, NH is a short street, no longer than four hundred yards, which connects Prospect St. with School St.  Most of the "bread winners" on the street were employed by the J.P. Stevens woolen mill, which was less than a quarter of a mile away.  In the early 1940's, families living on the left side of the street, starting from Prospect St., were: Parenteau; Dorman; Mercier; two families: Fredette and Churas (Mrs. Fredette was a Churas); Hebert; and, Gagne.  On the right side, were: Turcotte; Laliberte; LeClair; Alfred Beaupre; three families: the Durgins, Beliveaus, Derys;  four families: the Trottiers; unknowns; Durgins, Rivards:  two families: Cilley and Downes;  three families: Smith, Emerson, Tousignant;

In the summer months, Spring Street was like a playground.  Very few of the residents owned cars and there was very little traffic on the street.  Younger kids played hopscotch on the sidewalk, while older ones played stickball, kick the can, or catch.  At dusk, there would frequently be a game of hide and seek, with up to twenty children playing.  All games stopped when the iceman came by in his truck.  No one on the street owned a refrigerator in those days and perishable food was stored in iceboxes.  Resident families had a square card, which had the large numbers printed on it:  10, 15, 20, etc.  One would put the card in the window, with the upright number indicating how many pounds of ice was wanted.  The ice man would cut the large blocks of ice to that weight and weigh it with a scale hanging at the back of the truck.. Kids would be at the tailgate of the truck to catch the chips of ice that broke off when the ice was being cut, then suck on the pieces to cool themselves.  The iceman undoubtedly made sure that there were enough chips for everyone.

In the winter, the favorite sport was sliding.  Between the 3- and 4-tenement buildings was a paved, rather steep slope about fifteen feet wide.  During some parts of the winter, this slope would become glazed over with ice and children would spend hours sliding down on pieces of cardboard and walking back up, if one could.  Sometimes, it became so icy that you had to take a circuitous route around the larger building to get to the top. Kids who owned sleds would climb to the top of School St. and slide down the sidewalk when conditions permitted.  To go skiing was unheard of, because one couldn't get to the ski area, which was too far away.

There was a natural hierarchy among the kids.  The "tough" kids, one did not mess with.  There were older kids who protected the younger ones.  There would be fights, but nothing serious.  There was one mark of distinction that all kids wanted to have.  The "badge of honor" was to have gone to Boston with Mr. Rivard.

Mr. Rivard lived in the 4-tenement building, known as the "block".  He was employed by the Franklin Fruit & Produce Co. as a truck driver.  Twice a week, Mr. Rivard left Franklin to go to Boston to get a large truckload of fruit and vegetables.  He would frequently bring two kids with him in the summertime.  If your were going with him, you couldn't sleep all night for fear of missing the departure time. He left home around three o'clock in the morning, arriving in Boston around six.  In Boston, he would go to various spots to get the produce that was ordered.  Crates of oranges, grapefruit, tomatoes and other fruit were picked up and loaded at Fanuel Hall.  Watermelons and potatoes were picked up at the railroad yard, right out of the freight cars.  Mr. Rivard would load the truck at these stops and then head for home, getting back to Franklin before noon.  It was a long, slow ride.  Hills were climbed in the lower gears.  The super highways did not exist at that time.  Going through cities, such as: Somerville, Lawrence, Andover MA and the traffic circle in Salem, NH were time consuming.

Imagine the thrill of seeing the big buildings of Boston for the first time and going on a trip that was a hundred miles away.  Most of the kids had never been more than ten miles away.  But, a very important part of the trip was the stop at the Diner in South Lawrence, MA for breakfast.  For some of the kids, it was the first time that they ate in a restaurant.  Mr. Rivard would order orange juice, milk, and scrambled eggs for the kids.  He thoroughly enjoyed seeing them seated on the stools at the counter, their eyes wide from a new experience.  Mr. Rivard would just have a cup of coffee.  Now here's a man who was going to load, literally, tons of produce on the truck and drive for six or seven hours and not eat breakfast.  Later in life, I learned why Mr. Rivard did not eat.  He couldn't afford to.  His salary was barely enough to support his wife and four children at home.  But, the pleasure in seeing the joy of the kid's faces was worth going hungry for the day.  (In memory of George Henry Rivard, born: 10 Oct 1902, St. Georges, Windsor, QC.  Died 26 Aug 1984, Franklin, N. H.)
***************************
LA RUE SPRING
Une courte histoire sur George Henry Rivard par Ray Beaupré

La rue Spring à Franklin NH est une toute petite rue, pas plus de quatre cents verges. Elle relie la rue Prospect à la rue School. La plupart «des pourvoyeurs de la famille» sur la rue gagnaient leur vie à la filature de laine J.P. Stevens, éloignée de moins d’un quart de mille. Au début des années 1940, on note sur le coté gauche, à partir de la rue Prospect les familles suivantes : Parenteau, Dorman, Mercier, Fredette et Churas (Mme Fredette était une Churas), Hébert et Gagné. Sur le côté droit, Turcotte, Laliberté, LeClair, Alfred Beaupré, dans une maison à trois appartements : les Durgin et Béliveau et Déry, dans une maison à quatre appartements : Les Trottier et une famille inconnue et les Durgin et les Rivard, les Cilley et Downes, les Smith et Emerson et Tousignant.

Durant les mois d’été, la rue Spring était un vrai terrain de jeu. Peu de résidents possédaient une automobile, il y avait donc peu de circulation. Les petits jouaient à la marelle sur les trottoirs, alors que les plus vieux jouaient à frapper ou à attraper avec une vieille boîte de conserve. Au crépuscule, il pouvait y avoir jusqu’à une vingtaine d’enfants à jouer à la cachette. Tous les jeux s’arrêtaient lorsque arrivait le camion du livreur de glace. Personne dans la rue ne possédait de réfrigérateur à cette époque de sorte que la nourriture était conservée dans des glacières. Chaque famille avait une carte carrée, avec de gros chiffres inscrits dessus : 10, 15, 20 etc. On plaçait cette carte dans la fenêtre avec un de ces chiffres, ce qui indiquait combien de livres de glace on désirait. Le livreur coupait un gros bloc de glace au poids désiré et le pesait sur une balance qui pendait à l’arrière du camion. Les enfants qui se tenaient tout près lors de cette opération, attrapaient les petits morceaux de glace et les suçaient afin de se rafraîchir. Le livreur, sans doute, s’assurait que chacun aurait son morceau.

Le sport favori durant l’hiver était la glissade. Entre les maisons de trois et quatre appartements, il y avait une pente plutôt abrupte mais pavée d’environ quinze pieds de large. A certaines périodes durant l’hiver, cette pente devenait glacée et les enfants passaient des heures à glisser sur des morceaux de carton et à remonter si on pouvait. Parfois c’était si glissant, qu’il fallait faire un détour pour parvenir au haut de la pente. Les enfants qui avaient un traîneau grimpaient au haut de la rue School et se laissaient glisser sur le trottoir lorsque les conditions le permettaient. On ne parlait jamais de ski, parce le centre de ski était beaucoup trop loin.

Il s’établissait une espèce de hiérarchie entre les enfants. Il y avait les « durs », avec lesquels on ne se mêlait pas. Les plus vieux protégeaient les plus petits. Il y avait quelques batailles, mais rien de sérieux. Mais il y avait une marque d’honneur que tous les enfants désiraient plus que tout. Un voyage à Boston avec Monsieur Rivard conférait cette « badge d’honneur. »

Monsieur Rivard résidait dans la maison à quatre appartements qu’on connaissait sous le nom de « block ». Il était chauffeur de camion pour la Franklin Fruit & Produce Co. Deux fois par semaine, Monsieur Rivard partait de Franklin pour aller à Boston emplir son camion de fruits et de légumes. L’été, il emmenait fréquemment avec lui deux enfants de l’arrondissement. Si vous étiez choisi, il était certain que vous ne dormiez pas de la nuit de crainte de manquer le départ qui était fixé à trois heures du matin avec arrivée à Boston vers six heures. À Boston, on allait à différents endroits prendre les primeurs qui étaient commandées. On ramassait des cageots d’oranges, de pamplemousses, de tomates et autres fruits à Fanuel Hall. Au dépôt des chemins de fer, on prenait les melons d’eau et les pommes de terre directement du wagon. Monsieur Rivard emplissait son camion à ces différents arrêts et revenait à la maison à Franklin pour arriver vers midi. C’était un voyage long et lent. Les collines se franchissaient à petite vitesse. Les grandes routes n’existaient pas à l’époque. On passait à travers les villes comme Somerville, Lawrence, Andover MA et le rond-point de Salem NH. Ça prenait du temps.

Voir les grands édifices de Boston pour la première fois ainsi que le fait de faire un premier voyage de plus de cent milles nous faisaient frémir d’émotion. La plupart des enfants ne s’étaient jamais éloignés de plus de dix milles de la maison. Mais une partie très importante du voyage était l’arrêt à South Lawrence pour le déjeuner. Pour plusieurs enfants, il s’agissait de leur premier repas au restaurant. Monsieur Rivard commandait du jus d’orange, du lait et des œufs brouillés pour les enfants. Il prenait plaisir à les voir assis sur les tabourets au comptoir, les yeux écarquillés par cette nouvelle expérience. Monsieur Rivard ne prenait qu’une tasse de café. Tiens, voilà un homme qui chargeait son camion de plusieurs tonnes de produits, qui le conduisait pendant six à sept heures et qui ne prenait même pas son déjeuner. Plus tard, j’ai appris pourquoi Monsieur Rivard ne déjeunait pas. Il n’en avait pas les moyens. Il gagnait un salaire à peine suffisant pour nourrir sa femme et ses quatre enfants. Mais le plaisir de voir la mine réjouie des enfants valait bien, pour lui, le fait d’avoir l’estomac creux pour la journée.

(En mémoire de George Henry Rivard, né le 10 octobre 1902 à Saint-Georges, Windsor, Qc. Décédé le 26 août 1984 à Franklin, NH)
*************************
 

CANADIAN HORSES
Reported by J.G. Lacoursiere

Two nice sites to visit if you like the subject, good pictures too.
http://www3.bc.sympatico.ca/cdnhorse
http://www.canadianhorsebreeders.com/history.html

A question to Marlyss, Betty and any who is knowledgeable : How long would it take to form a new breed of animals having different charateristics to start with. Say a heavy type, bred with a lighter one until a middle size combining the best of both can be arrived at?

Ok let’s forget the answer for now. It may come easier later on. All this is drawn from Paul
Bernier in « Le Cheval Canadien »

In 1665 the King Louis XIV of France had resolved that his colonists could benefit from the
use of horses and started exporting them in that year. Prior to that we know of only one horse having been imported privately, it was a white one to accommodate the then governor Courcelles.

The first shipment  of 1665 consisted of  two stallions and twelve mares. An extra one had died during the trip and was not to be counted in the arrivals although the freight was billed for fifteen as carried on-board. Those were distributed to the highest authorities of course, as well as to the seigneurs who
were deemed worthy of the presents.

None were sent in 1666, and if the equine population increased it could not have been by
much at this time.

In 1667 the ships brought in the same quantity as before, twelve mares and two stallions, and
with precise orders for their distribution.
Namely one mare for Monsieur the Governor,
one mare also for Monsieur the Bishop,
two mares and a stallion for the Jesuit Fathers
three mares and  one stallion for Montreal,
two mares, one stallion for the Ursuline Sisters,
one mare for Monsieur de Villeray
one mare for Madame Couillard,
--- And that is fourteen. ---

Did I call those « presents » above? Not quite they were. There were strict and wise conditions attached to the possession of the precious animals, to wit :

The recipients  could consider themselves as owners in full right but only after a period of three years as caretakers. The contract is very specific in regard to proper feeding, health cares, and shelter. Should any of the horses die from negligence during those three years the caretaker would have to pay a penalty of one hundred pounds into the Treasury to build a replacement Funds. As caretakers the recipients are admonished not to overly draw on the work of the animals and to be also sure that their cycle of reproduction is respected. The expectations of the Court are that each mare was to give birth once a year and every year of its useful life.

A provision of the cession contract states that the recipients, now being owners after three years, would turn over one offspring one year of age to his Majesty’s Receiver, or remit a penalty of one hundred  Francs for failure to do so.

The offsprings thus reverting to the King would be raised and cared for at the cost of his Majesty during another period of three years and redistributed again at that time.  And under the same conditions. All transactions to be recorded by notarized documents.

The first notarized contract on this matter was passed before Romain Becquet, note-keeper for the king in this Country, dated 29 September 1667 and purporting to the arrivals of that year it is assumed.

In it Gabriel Souart, priest and Superior of the Montreal seminary, acknowledges receipt of three mares and two stallions from the King’s intendant, Jean Talon. A description of the ceded animals follow :

the stallion being long tailed and black of robe; the first mare being red of hair and eight years of age; the second black of hair and aged from six to eight years; the third being grey and eight years old.
Witnesses countersigning the Acts.
This contract would have served as a model for the cession of further shipments and indicates clearly that the Court had the expansion of the breed much at heart.  The fines being levied are not exaggerated in those cases of failure to respect the
stated obligations. It is estimated that the transportation cost for each animal was in the 250 pounds range. That was the price Courcelles paid for his private import of a white mare.  Other animals had also came across, sheeps for instance, with the horses but Talon had lumped the costs in his acknowledgement of receipt.

For that year 1667 the Jesuits note their thanks to the King for maintaining his armies here, and for sending 350 good men laborers and 60 girls to help in populating this land. The arrival of sheeps is also noted in 1665 and 1667.

A similar shipment of horses is recorded in 1668, the actual count being 13 due to the loss of one in transit. The figures are not available for the next three years and the end of the plan but it is assumed that the counts were similar to the previous. So by 1671 a total of 82 horses would have arrived by the care of the Crown and no private imports have been recorded in that time period.

By that account we can conclude that all the horses bred into this colony would have come from those original 82, and that until the explorers got far enough out West to come across those left by the Spaniards and gone wild. Which is not a guarantee of cross-breeding at that time yet.

The rapid reproduction rate of those horses was a success and exceeded the initiators wildest hopes. They adapted beautifully to the rough climate and were not such a financial burden to upkeep considering the services they rendered.

Twenty years after the first arrivals of 1665 the count stands at 156 heads, twice the number already, and in 1706 ten times more,  1 872 that is, and this had doubled again to 3 786 by the year 1716.

When the English took over Murray reported a population of 12 757 horses, and the count for 1784 added up to 30 146, the district of Montreal  having 17 825 by itself.

Who had gotten the early ones? We know for 1665 from the notes above. In 1670 the recipients were all named with a particle, Messrs. Talon, de Chambly, de Sorel, de St-Ours, de Varennes, up to le Ber etc.

How long would it take before they would come into the hands of the common habitant is a good question. We know that Abel Turcot willed his plowing horse, with harness in 1687. But Abel was already a prosperous farmer and flower-miller. At the 1666 census he had four domestics, 500 arpents cultivated, and 14 heads of cattle. So he might well have put up the price of getting some available one.

But a time came when there were enough horses that each inhabitant could claim one of his own. The breed had developped into what is known as ‘le cheval canadien’ and became a great source of revenues of export.

The above URLs have links to other pertinent data and stories.

So if you say that your ancestor owned a Canadian Horse be ready to quote a census by name, place and year. And if you hear someone say that my ancestors had the same, and with a cart to boot, tell them to supply the same demonstration.

My question to our knowledgeable readers : after how many horse’s generations could
one particular breed be distinguished from its predecessor line?
************************
LES CHEVAUX DU ROY 1665-1671.
Par J.G. Lacousiere

Deux sites Web intéressants pour ceux qui aiment le sujet; de belles photos aussi.
http://www3.bc.sympatico.ca/cdnhorse
http://www.canadianhorsebreeders.com/history.html

Une question pour Marlyss, Betty,  ou pour quiconque connaîtrait la réponse :
Combien de temps faudrait-il pour créer une nouvelle race animale à partir de sujets ayant des caractéristiques différentes au départ?  Disons un cheval de gros gabarit avec une conjointe de plus petite taille afin d’arriver à une taille entre les deux et possédant  leurs meilleurs traits.

Bon oublions la réponse pour le moment. Elle pourrait venir plus facilement plus tard.

Tout ce qui va suivre provient de « Le cheval canadien » de Paul Bernier.

En 1665 le roi Louis XIV de France avait résolu que les pionniers de cette colonie pourraient tirer avantage du travail des chevaux et commença à en envoyer dès cette année.  Avant cette date un seul animal avait été importé, par le gouverneur Courcelles et pour son usage personnel. C’était un cheval tout blanc.

La première expédition consistait de deux étalons et de douze juments. Une autre jument était morte durant le voyage mais le fret de l’envoi fut établi pour quinze bêtes embarquées au total.

Cet envoi fut distribué aux plus hautes, sommités bien-sûr, ainsi qu’à certains seigneurs jugés aptes à entretenir ces chevaux.
Aucuns ne furent envoyés en 1666 et il est douteux que leur nombre se fut accrû de beaucoup ici.

En 1667 une quantité égale à l’envoi précédent fut reçue ici, soit deux étalons et douze femelles avec des ordres précis pour la distribution :

Une femelle pour Monsieur le Gouverneur, de même pour M. l’évêque. Deux juments et un mâle pour les pères Jésuites, trois juments et un étalon pour Montréal, deux femelles et un mâle aux Ursulines, une jument pour le Sieur de Villeray, de même pour Madame Couillard, --- un total bien compté de quatorze ---


S’agissait-il de « présents » envers les sus-nommés? Pas tout-à-fait car des conditions strictes et sages s’attachaient à la possession des précieux animaux.

A savoir : les récipiendaires ne pouvaient en être propriétaires de plein-droit qu’après une période de trois ans en tant qu’éleveurs. Le contrat était clair et précis concernant une bonne alimentation, l’hébergement et les soins sanitaires requis.
Si un animal devait mourir, à cause de négligence, son possesseur allait devoir payer une amende de cent livres versée au Trésor pour pourvoir à un fonds de remplacement.

En tant que fiduciaires les sus-nommés étaient prévenus contre l’usage abusif des bêtes et fortement incités à respecter leur cycle de reproduction. Les attentes de la Cour étaient que chaque femelle devait mettre-bas à chaque année de sa vie utile.

A la fin du stage de trois ans un acte de cession était rédigé et le nouveau  propriétaire devait remettre un rejeton d’un an au Receveur de Sa Majesté, ou de verser une amende de cent Francs en cas de défaut de ce faire.

Les jeunes chevaux revenant ainsi à la Couronne devaient être pris en élevage par Elle, et à ses coûts pour trois autres années, et redistribués selon les modalités précédentes Toutes ces transactions devant être dûment notariées.

Le premier contrat de cette nature fut passé devant Romain Becquet, garde-note du roi en ce pay. Daté du 29 septembre 1667 il touchait les arrivages de cette année croyons-nous. Son contenu révèle que Gabriel Souart, prêtre et supérieur du séminaire de Montréal, accusait réception de trois juments et de deux mâles, de Jean Talon, Intendant du Roi. L’étalon y est décrit comme étant de couleur noire et à longue queue, une première femelle est dite comme étant une rousse de huit ans d’âge, la seconde comme étant noire, ¸agée de six à huit ans, la dernière étant grise de poil et âgée de huit ans. Le tout contresigné par des témoins.

Ce contrat aurait servi de modèle de cession pour les expéditions ultérieures et indique clairement que ses conditions réflétaient bien le désir de la Cour de voir la propagation de l’espèce se réaliser. Les amendes qui y sont prévues ne semblent pas exagérées envers les fautifs en considérant que le seul coût de transport de chaque bête tournait autour de 250 lbs.
C’est ce que Courcelles avait payé pour faire venir son cheval Il est difficile de préciser car Talon englobait le coût total d’un envoi qui pouvait inclure d’autres animaux, des moutons par exemple.

Dans leurs écrits de 1667 les Jésuites remercient le Roi d’avoir maintenu ses armées dans la colonie, d’avoir envoyé 350 bons travailleurs et 60 filles à marier afin d’en favoriser le peuplement. Des notes antérieures faisaient état de l’envoi de moutons en
1665 et 1667.

Un envoi de chevaux en nombre égal à 1667 eut lieu en 1668, soit un total de quatorze encore, une mort en mer le diminuant à treize. Les chiffres ne sont pas disponibles pour les trois années suivantes mais il est permis de croire qu’ils furent les mêmes jusqu’à la fin du plan.

Ainsi au décompte de 1671 on peut totaliser l’envoi de 82 chevaux de la mère-patrie sans que des importations de nature privée ne soient documentées.

De ceci nous pouvons déduire que tous les chevaux nés ici provenaient de ces 82 bêtes jusqu’à ce que nos explorateurs de l’Ouest puissent y rencontrer des descendants des chevaux amenés par les Espagnols et retournés à l`état sauvage.
Ce qui ne guarantissait pas des croisements encore à cette époque.non-plus.

Le rapide taux de reproduction des chevaux dépassa vite toutes les espérances et le plan put être considéré comme un grand succès. Ils s’adaptèren joliment à ces climats nouveaux pour eux et leur entretien était peu coûteux condidérant les services reçus.

Vingt ans après la venue des premiers arrivages le recensement donne un compte de 156 têtes, soit le double de 1671; en 1706 c’était dix fois plus, soit 1 872, et ce nombre doubla encore pour atteindre 3 786 en l’an 1716.

A l’arrivée des Anglais Murray rapporta un décompte de 12 757 chevaux, et le recensement de 1784 donna un chiffre de 30 146, Montréal en ayant 17 825 à elle-seule.

A qui allèrent les premiers envois? Les notes ci-haut en font état pour 1665-7 et pour 1670 tous les récipiendaires étaient de de « la haute ». Comme Messrs. Talon, de Chambly, de Sorel, de St-Ours, de Varennes, jusqu’à le Ber.

Combien de temps fallut-il pour que les chevaux deviennent propriétés des habitants ordinaires? La question est bonne. Nous savons que Abel Turcot léguait son cheval de labour, avec son harnais, en 1687.  Mais Turcot était déjà un meunier et un grand propriétaire. En 1666 il avait quatre domestiques, 500 arpents en culture, et 14 têtes de bétail. Il avait sans doute les moyens de s’en procurer un devenu disponible.

Mais un temps vint quand il y eut assez de chevaux que chaque habitant eut put en avoir un au besoin ou au plaisir.
Et la race se developpa en ce qui est devenu le ‘cheval canadien’ et devint même un lucratif objet d’exportation.

Les liens Web du début fournissent d’autres données et récits.

Ainsi donc si vous me dites que votre lointain ancêtre possédait un cheval canadien, je devrai vous en demander la preuve, comme un extrait de recensement par exemple, avec date et lieu il va sans-dire.

Et si vous entendez dire que MON lointain ancêtre avait son cheval et sa charette, demandez donc la même indication.

Ma question à nos chers lecteurs, érudits en ce sujet :
combien de générations fallut-il avant que la nouvelle race ne devienne reconnaissable comme telle?
****************************
NEW MEMBERS JOIN THE RIVARD FAMILY

Bellefeuille … Tara Lynne Lokensgard Johnson

Loranger … Bill Harms

Lacoursiere … Stephanie Rivard Smith &  Jeannot Duchesne

Rivard … Ghislane Massicotte Rivard, Claude Rivard & Luc Rivard

The "trees" for the above members will be on the homepage soon. Welcome to the family!

NOUVEAUX MEMBRES QUI SE JOIGNENT À LA FAMILLE RIVARD

Bellefeuille . Tara Lynne Lokensgard Johnson
Loranger . Bill Harms
Lacoursière . Stéphanie Rivard Smith & Jeannot Duchesne
Rivard . Ghislaine Massicotte Rivard, Claude Rivard & Luc Rivard

Les arbres généalogiques de ces nouveaux membres seront bientôt affichés sur le site des Rivard. Bienvenue dans la famille
**********************
FORUM NEWS & TOPIC HIGHLIGHTS

Birthday Wishes were extended to:

Alain Gariépy & Nina Jackman  April 26th
André Dufresne - June 15th

New Births:
Three new babies were entered into the Rivard database this month:

Mathieu Gerard Lacourciere, b. June 1, 2001 - s/o Gerard and Karen Lacourciere. The proud grandparents are Jacques & Peggy Lacourciere in NY.

Mathew Joseph Lacouciere, b. April 10, 2001 - s/o Richard/Noreen Lacourciere

Jayden Paige Fitzgerald, b. June 3, 2001 - d/o John & Cassey Leanne Rheaume Fitzgerald.

Condolences:
We'd like to take this opportunity to extend our condolences to the Hernandez Family on the loss of their ex daughter-in-law, Jennette Wilson Hernandez who passed away on the 9th of June 2001. She leaves behind two children, Laura & Allen, who are in the care of their father Mark Hernandez and grandparents, Herm & Marlyss Hernandez.

A Prankster Invades the Rivard Family Archives at Yahoogroups
No more had the forum gotten over it's problem with the Badtrans e-mail virus and infected attachments it was notified that a new file had been uploaded to the Rivard Archives at yahoogroups.com. No one knows who uploaded this file or how it was done without Mary Ann's consent while she & Dave were visiting their daughter in Washington DC. After Mary Ann's return she exercised her options as a list owner and quickly deleted this file and blocked this individual from uploading anything further to the Rivard Family Archives. All's well, that ends well.
*************************

A New Twist to Unravel an Old Mystery
The old mystery involving Josef Rivard & Catherine Osage continues on, but has taken a different twist. The old saying, "There is more way than one to skin a cat", would seem to apply here. From information sent by Lorraine we know that Josef & Catherine's son married Francoise Roy. Two or three of her brothers were also involved in the early Missouri fur trade, as well as, Menard and others. The thought was if we traced the Roy & Menard lines, we may run into a clue that would carry us further in our search.  J. G. has access to Tanguay on CD and took the time this month to enter the Roy data and put it into a GED format, which he has shared with the forum. Other forum members have also entered data found in the two volumes of Dennisen's French Famillies of the Detroit River Region. If any clues are derived from this new way of searching this mystery everyone will be informed on the Rivard Genealogy Forum.
*****************************
Rivard's in Prairie du Chien, Wisconsin
A possible lead to the Rivard family that resided in Prairie du Chien in the early 1820's has finally come to light (in partial thanks) to Jim L. who sent the URL for the Wisconsin Oconto Site. For those of you who have never visited this sight you may want to. It is very nicely constructed and does have a great deal of information on it. One of the things it has is a query site that is dedicated to doing look-ups into the several books written by Les & Jeanne Rentmeester. After visiting the site both J.G. & Mary Ann took the time to send in a request for information involving a Joseph Rivard mentioned in both the Wisconsin Creoles and the Wisconsin Fur-trade People.  There is a Joseph Rivard mentioned in these books as being a French Canadian who married at Fever River and was involved with the fur-trade in Prairie du Chien and elsewhere in the state. Two of his children were also mention. A query was sent to gather more information from St. Gabriel's parish records in Prairie du Chien, but hasn't been answered yet. When it arrives it will be posted.
*******************************
Some Interesting Genealogy Questions Asked … Answers Coming Shortly
Each month some very interesting questions are being asked in regards to genealogy. This month was no different. Due to that fact we will be setting up another new section in the newsletter, which will be coming shortly. This section will be devoted to 'Frequently asked Questions' with the answers given by one of our more notable genealogist on the forum, André Dufresne.  If you have a question regarding genealogy or history of the Rivard family they will be answered here.  You can send your questions directly to me at jdorn5@juno.com or post them on the Genealogy forum.
***************************

A New Rivard Chat Forum is Born
A new Rivard-Chat Forum has been up and running since June 2nd, 2001. This second forum was born out of the need to separate the fun "getting to know you" type subjects from the more serious genealogical information regarding the "ancestral & historical facts" of our respective Rivard ancestors.  The purpose being to alleviate the abundance of daily mail for those just seeking genealogical data and not interested in "small talk".

I'm happy to report that it is working well.  The huge amount of mail received on the "Genealogy Only Forum" has dropped off tremendously and makes this much nicer for those interested in just this subject. We are still receiving a few messages like, "where do you live?" yet, but they should be soon directed to the Rivard chat group. Not only is the Rivard Chat working, it has drawn out several of our "silent members" who were not participating because they didn't feel as though they had anything significant to contribute.

I'd like to encourage everyone to join both groups, because both have a lot to offer. The mail delivery options are the same on both, an option you may want to take advantage of. The Rivard cousins are pretty chatty and there is no '25 words or less' requirement on the Rivard Chat. If you need instructions on how to join the Chat Forum you can contact, Mary Ann Mickey or any of the other many cousins on the forum. We'll be happy to help you out.
***************************
Help Needed - Obits
Anna, (AKA: "Highlander") has taken on the project of putting all of the Rivard obituaries into a book. She has asked that anyone having one please send to her directly, so she can include it. Anna generally reads her messages from the Rivard Archives so sending them directly to her will simplify things for her. Many thanks go to Henri & Alain and others who have already provided her with many.
***********************
NOUVELLES DU FORUM ET SUJETS IMPORTANTS

On a souhaité bonne fête à :

Alain Gariépy et Nina Jackman le 26 mai.
André Dufresne le 15 jun

Naissances rapportées :
Trois nouveaux bébés ont été inscrits dans le fichier des Rivard durant le mois :

Mathieu Gérard Lacourcière, né le 1er juin 2001, fils de Gérard et Karen Lacourcière. Les heureux grands-parents sont Jacques et Peggy Lacourcière de NY.

Mathew Joseph Lacourcière néle 10 avril 2001, fils de Richard et Noreen Lacourcière.

Jayden Paige Fitzgerald née le 3 juin 2001, fille de John et Cassey Leanne Rheaume Fitzgerald.

Condoléances :
Nous voulons offrir nos plus sincères sympathie à la famille Hernandez pour le décès de leur ex-belle-fille, Jennette Wilson Hernandez le 9 juin 2001. Elle laisse deux enfants, Laura et Allen, qui sont maintenant avec leur père, Mark Hernandez, et leurs grands-parents, Herm et Marlyss Hernandez

Un petit lutin se pointe dans les archives de la Famille Rivard à Yahoogroups
A peine avions-nous réglé le problème du virus Badtrans qui avait infecté le forum et les attachements du courriel, voilà que nous sommes avisés qu’un nouveau fichier est accessible dans les archives Rivard à Yahoogroups.com. On ignore complètement qui et comment cela s’est fait, évidemment sans l’accord de Mary Ann qui, avec Dave, visitait sa fille à Washington, D.C. À son retour, Mary Ann a repris les choses en main en effaçant ce fichier et en empêchant cet individu de verser à nouveau un fichier dans les Archives de la Famille Rivard. Tout est bien qui finit bien.

Une nouvelle façon de résoudre un vieux mystère
Le vieux mystère concernant Josef Rivard et Catherine Osage se continue, mais a pris une nouvelle tournure. Le vieil adage : « il y a plusieurs façons d’écorcher d’un chat » semble s’appliquer ici. D’après certaines informations que Lorraine nous a fait parvenir, nous savons que le fils de Josef et Catherine a épousé Françoise Roy. Deux ou trois de ses frères ont été impliqués dans la traite des fourrures au Missouri, tout comme Ménard et d’autres marchands. L’idée est que si on peut retracer les branches des Roy et des Ménard, cela pourra peut-être nous donner un indice qui aidera dans cette recherche. Jean Guy, qui possède le C.D. de Tanguay, a pris le temps de créer un fichier GED avec les informations sur les Roy et l’a mis à la disposition de tous sur le Forum. D’autres membres du forum ont également créé un fichier avec les données trouvées dans les deux volumes de Dennisen sur les familles françaises de Détroit. Si jamais on trouve un indice dans cette nouvelle manière de rechercher ce mystère, tous les membres du forum seront avisés.

Les Rivard à Prairie du Chien, Wisconsin
Grâce à Jim L. qui a soumis au forum un lien pour le site Wisconsin Oconto, il sera possible de découvrir (en partie du moins) les familles Rivard qui résidaient à Prairie du Chien vers 1820. Ceux qui n’ont jamais visité ce site, peuvent le vouloir maintenant. Il est bien fait et on peut y retrouver beaucoup d’informations. On peut, entre autres choses, faire des interrogations dans les livres écrits par Les et Jeanne Rentmeester. Après une visite du site, J.G. et Mary Ann ont fait parvenir une requête au sujet d’un Joseph Rivard qu’on a trouvé chez les Créoles du Wisconsin et parmi les gens de la traite des fourrures au Wisconsin. On retrouve en effet dans ces livres un Joseph Rivard, un Canadien-Français, marié à « Fever River» (Rivière de la Fièvre) qui a fait la traite des fourrures à Prairie du Chien et ailleurs dans cet état. On mentionne également deux de ses enfants. Une demande d’information a été envoyée à la Paroisse Saint-Gabriel de Prairie du Chien; aucune réponse encore. Aussitôt qu’elle arrivera, on l’affichera sur le forum.

Quelques questions intéressantes sur la généalogie ont été posées … La réponse s’en vient
Chaque mois, on pose sur le forum plusieurs questions très intéressantes sur la généalogie. Ce n’est pas différent ce mois-ci. Nous allons créer prochainement une nouvelle section dans le bulletin. Cette section s’appellera : « Questions les plus fréquentes ». Les réponses viendront d’un de nos plus éminents généalogistes du forum : André Dufresne. Si vous avez une question au sujet de la généalogie ou de l’histoire des familles Rivard, vous trouverez la réponse dans cette chronique. Envoyez-moi vos questions à jdorn5@juno.com ou encore posez-les directement sur le forum de généalogie.

Un nouveau forum Rivard pour chatter
On a créé un nouveau forum Rivard pour chatter. Il a débuté le 2 juin dernier. Cela permettra de séparer les sujets du genre «afin de mieux se connaître» des sujets plus sérieux concernant la généalogie et les «faits et gestes» de nos ancêtres Rivard. Cela a été fait dans le but de diminuer les nombreux courriels pour ceux qui désirent uniquement des informations généalogiques et qui ne sont pas intéressés par le «bavardage.»

Je suis heureuse de vous dire que tout fonctionne bien. Le nombre de courriel sur le «forum de généalogie» a considérablement diminué. Cela convient beaucoup mieux à ceux uniquement intéressés à ce sujet. On reçoit encore quelques messages du genre «Où demeurez-vous?» mais ils seront dirigés bientôt sur le forum de chatting. Non seulement ce nouveau forum fonctionne, mais plusieurs «membres silencieux» qui n’envoyaient jamais de courriels croyant n’avoir rien d’important à dire se sont déjà manifestés sur le nouveau forum.

J’encourage tous les membres à joindre les deux forum, les deux ayant beaucoup à offrir. Les mêmes options de livraison de courriels s’appliquent sur les deux forum, vous pouvez en profiter. Les cousins Rivard aiment bien le bavardage et la règle des « 25 mots ou moins » ne s’applique pas sur le forum de chatting. Pour recevoir les instructions sur la façon de s’inscrire, vous pouvez rejoindre Mary Ann Mickey ou n’importe quels cousins qui se feront un plaisir de vous aider.

Nécrologie – Anna a besoin d’aide
Anna (Alias Highlander) a commencé un projet de faire un livre avec les notices nécrologiques des familles Rivard. Tous ceux qui en auraient peuvent les lui envoyer afin de les inclure dans ce livre. Anna lit tous les messages des archives Rivard, mais en lui envoyant directement, cela lui simplifiera la tâche. Merci à Henri et Alain qui lui en ont déjà envoyées plusieurs.
*************************

Miscellaneous Messages with Strange Subject Lines:

We've had some very interesting subject lines on the forum this month, none of which sound very much like "genie biz".  Just to recap on a few:

"The Unique Man in our Group" … To hear one of the girls on the forum tell it, this Rivard gentleman has so many stars in his crown that he out shines the sun. He must be some pretty "hot stuff" because we've been told that you can get warm just standing in his shadow …

"Mysterious Susan" … the topic of this discussion revolved around a certain cousin's interest in another cousin's "physical condition". I haven't got a clue as to why he was interested in her boxing activities, but he did ask if she held a light, medium or heavy weight title…

"da dot dot di da" … Now this one was a bit harder to decipher. It seems that Dottie was causing a disturbance between Jan, Tom, & André.  To hear J.G. tell it, she was being so noisy that he threatened to remove her if she didn't quiet down some.  I guess he thought that Jan, Tom, & André needed an attitude adjustment so he put them in seclusion for some quiet time… André must have really been in trouble because he is still quiet, Tom's computer blew up right when he needed it most & Jan is still running from the Pork C(h)ops ...

Useless facts … This subject was indeed useless unless you happened to be interested in the sexual activities of a pig. Of the two men who responded to this conversation, one admitted openly to being called a pig and the other proclaimed that he was better than the average pig. The names of these gentlemen are being withheld to protect the innocent & the gullible …

A Mini RV  … Anybody interested in a picnic in the park? Norm will be supplying the lobster.  The hugs & soft pecan chocolate chip cookies will be served up by Denise. Alain will also be on hand if anyone is interested in a round of golf. J.G. will also be on hand to give the players pointers on the rules of the game.

Nude Photo Shoot & Rippers … What do these things have in common? Well, it seems that the rippers were at J.G.'s place and walked off with his pants. Yep, he left them laying on the back of his chair again. To retrieve them he had to run after the rippers down the street with nothing on but a towel. As luck would have it, he ran straight into a camera-man who had been hired to shoot nude photos in Montréal. In his excitement J.G. dropped his towel. The camera-man was so shocked at the sight before him he forgot to push the pause button on his camcorder. The rest is history. For more information you may want to contact Ann & Bill. Bill says he got it all on tape.

That’s it Folks, Until Next Month
***************************

Messages divers avec d’étranges lignes de sujet
On a eu ce mois-ci plusieurs lignes de sujet sur le forum, et aucune ne semble relever de la généalogie. Voici les principales :

« Un homme seul dans son genre dans notre groupe » … En écoutant une dame rapporter cela sur le forum, ce monsieur Rivard a tant d’étoiles sur sa couronne qu’il brille plus que le soleil. Il doit être très « chaud » car on dit qu’il peut vous réchauffer en vous tenant dans son ombre …

« La mystérieuse Susan » … Le sujet de cette discussion tourne autour de l’intérêt d’un certain cousin sur la « condition physique » d’une autre cousine. Je n’ai aucun indice sur les raisons de son intérêt à ses activités de boxe, mais il lui a demandé si elle avait un titre de poids léger, poids moyen ou poids lourd …

« da dot dot di da » … Celui-ci est plus difficile à déchiffrer. Il semble que Dottie a créé de l’agitation entre Jan, Tom et André. D’après J.G., elle aurait fait tant de tapage qu’il l’a menacée de la retirer si elle ne se tenait pas tranquille. Je crois qu’il pensait que Jan, Tom et André devait corriger leur attitude. C’est pourquoi il les a mis en quarantaine pendant quelque temps … André devait se sentir coupable puisqu’il est encore bien tranquille, l’ordinateur de Tom a sauté alors qu’il en avait le plus besoin et Jan fait comme si de rien n’était.

Faits inutiles .. Ce sujet est évidemment inutile sauf si vous êtes intéressé dans les activités sexuelles des porcs. Deux hommes ont `participé à cette conversation; le premier a admis avoir été appelé porc et le second a déclaré être meilleur qu’un porc moyen. Les noms de ces messieurs sont gardés secret afin de protéger les innocents et ceux qui sont faciles à duper …

Un mini RV … Voulez-vous participer à un pique-nique dans le parc? Norm est prêt à fournir les homards. Denise servira les embrassades et les biscuits au pacane et au chocolat. Alain sera sur place pour organiser un tournoi de golf. J.G. sera présent pour donner des tuyaux sur les règlements de ce jeu.

Photos de nu et un type épatant … Qu’y a-t-il de commun entre ces deux choses? Il semble que ces types épatants étaient chez J.G. et ils sont repartis avec les pantalons de J.G.. En effet J.G. les avaient encore une fois laissé sur le dos de sa chaise. Pour les récupérer, il a dû courir après eux sur la rue avec rien d’autre sur lui qu’une serviette de bain. Chanceux comme il est, il rencontre un caméraman engagé pour faire des photos de nu à Montréal. Surexcité, J.G. a laissé tomber la serviette. Paralysé à la vue de cette scène, le caméraman a oublié de peser sur le bouton de sa caméra. Le reste fait parti de l’histoire. Pour plus d’information, parlez avec Ann et Bill. Bill a déclaré avoir filmé le tout.
************************
INTERESTING AND HELPFUL URL'S

For those who of you are not familiar with townships & county boundaries … You may find the following two URL's passed on by MAM helpful:

http://www.althing.com/govtlist/
So often I have a township, but no idea what county it's in. Especially for states I'm not familiar with. Here's a site that lists all the townships by state, though not all states are included.

http://geonames.usgs.gov/pls/gnis/web_query.gnis_web_query_form
In Feature, type the township name. Pick the state. in Feature Type, select civil. The query results will show you the county and you can also make a map by clicking on the Feature Name link, then Show Feature Location. Works for all states. I understand that county and townships lines have been redrawn numerous times, but it might get you in the ball park.
********************
SITES WEBB INTÉRESSANTS ET UTILES
Ceux qui ne sont pas familiers avec les limites des villages et des comtés … trouveront très utiles les adresses des deux sites suivants tel que présentés par MAM :
http://www.althing.com/govtlist/
Trop souvent on a le nom d’un village, mais on ne connaît pas le comté dans lequel il est situé. Spécialement dans les états qui nous sont moins familiers. Voilà un site où vous trouverez tous les villages par état même si tous les états ne sont pas inclus.
http://geonames.usgs.gov/pls/gnis/web_query.gnis_web_query_form À l’endroit approprié, inscrivez le nom du village. Choisissez l’état, puis civil. Le résultat vous montre le comté. Il est possible d’obtenir également une carte situant l’emplacement du village. Ça fonctionne pour tous les états. Les frontières des villages et des comtés ont été maintes fois modifiées, mais au moins vous aurez une bonne idée.
*************************
 

THE RIVARD KITCHEN

"Delicious Batters for Deep Fried Foods"

The recipes selected for the Rivard Kitchen this month were volunteered by the rivardchat group in response to a query of mine: How do I keep my beer battered fish from sticking to the basket in my deep fryer? Not only did I get an answer to my question it prompted a discussion and the following recipes that I've been told can be used on anything that you deep fry, including chicken. One very interesting note brought up was that some people are allergic to some of the additives & preservatives used in making American beers.  In that case, Mary Clor recommends that you use a German beer. The German's quality standard does not allow any additives or preservatives to be added to their beers.

Beer Batter Recipe - Nickie Cheney's Hubby
 2c.flour
1 egg
1tsp. baking powder
1/2tsp. baking soda
1tsp.salt
dash of garlic powder (optional)
just enough beer to make it a nice consistance (like batter, from a box cake mix)

"Deep Fry Batter for Vegetables" - Try it.  You'll like it.  We do.  Nina
1 egg
1/4 cup milk
1/2 cup flour
1/4 teaspoon baking powder
1/4 teaspoon salt
1 tablespoon shortening
*NOTE: "A Hint From the Highlander"
When deep frying your fish or veggies, be sure that you use a good quality oil and that it is hot enough. That will prevent sticking & shorten the cooking time.
***********************
LA CUISINE DES RIVARD
« Délicieuse pâte pour la grande friture »

Les recettes choisies pour la cuisine des Rivard ce mois-ci furent gracieusement soumises sur forum de chat à ma demande : Comment empêcher un poisson à la bière enveloppé dans la pâte de coller au panier dans ma poële à grande friture? Je n’ai non seulement recu réponse à ma question mais elle a généré une discussion et les recettes suivantes qu’on a envoyées peuvent être utilisées, a-t-on dit, pour n’importe quel mets à grande friture incluant le poulet. Une note intéressante pour les gens allergiques aux additifs et aux préservatifs utilisés dans la fabrication des bières américaines. Marie Clor suggère dans e as d’utiliser une bière allemande. Les standards allemands ne permettent pas l’utilisation d’additifs ou de préservatifs dans leur bière.

Recette de pâte à la bière- par l’époux de Nikie Cheney
2 c. de farine
1 œuf
1 tsp. poudre à pâte
½ tsp. de soda à pâte
1 tsp. de sel
Un peu d’ail en poudre (optionnel)
Assez de bière pour avoir une belle consistance (comme la pâte d’un mélange à gâteau)

« Pâte à grande friture pour les légumes » Essayez-la. Vous l’aimerez comme nous. Nina
1 œuf
¼ tasse de lait
½ tasse de farine
¼ cuillerée à thé de poudre à pâte
¼ cuillerée à thé de sel
1 cuillerée à soupe de graisse

*NB « Un indice de la part de Highlander »
Lorsque vous cuisez à grande friture du poisson ou des légumes, utilisez une huile de bonne qualité et qui soit assez chaude. Cela empêchera de coller et réduira le temps de cuisson
************************
A LITTLE BIT OF TRIVIA

Ships and aircraft in trouble use "mayday" as their call for help?
This comes from the French word m'aidez - meaning "help me" - and is pronounced "mayday." (Note: not exactly....  it's pronounced "med-ay", but close enough)
*********************
UN PEU DE TOUT
Lors de difficultés majeures, les navires et les avions utilisent le code « mayday » pour signaler qu’ils ont besoin d’aide. Ce mot vient du français « m’aidez » et se prononce évidemment « mé-dé ».
*********************
A LITTLE BIT OF HUMOR

"You're in incredibly fine condition," the doctor concluded after finishing a thorough physical. "How old did you say you were, sir?"
"Seventy-eight."
"Seventy-eight! Why, you have the health of a sixty-year-old.  What's your secret?"
"I guess, Doc, it's due to a pact the wife and I made when we got married. She promised that if she was ever about to lose her temper, she'd stay in the kitchen 'till she cooled off.  And I pledged that when I got angry I'd keep quiet, too, and go outside until I calmed down."
"I don't understand," said the doctor, "How could that help you stay so fit?"
"Well, the patient explained, "I guess you could say I've lived an outdoor life."
*************************
UN PEU D’HUMOUR
« Vous êtes dans une condition physique incroyable» dit le médecin après son examen. « Quel âge avez-vous, monsieur? »
« Soixante-dix-huit. »
« Soixante-dix-huit! Mais vous avez la santé de quelqu’un de soixante ans. Quel est donc votre secret? »
« Je crois, docteur, que c’est dû à l’entente que ma femme et moi avons prise lorsque nous nous sommes mariés. Elle m’a promis que si jamais elle perdait son calme, elle resterait dans la cuisine jusqu’à ce qu’elle le retrouve. Pour prouver ma bonne foi, j’ai promis que si j’étais fâché, je ne dirais pas un mot, puis j’irais à l’extérieur afin de retrouver mon calme. »
« Mais je ne comprends pas comment cela vous a permis d’avoir conservé une aussi bonne santé? » dit le médecin.
Le patient lui répond : « Je crois que vous pouvez dire que j'ai passé ma vie au grand air. »
**********************
EDITORS CORNER - JUNE 2001

The last issue of the Rivard Forum Newsletter, with me on the staff list, as the editor will be posted in July 2001. In July we will have come full circle. Yep, it will be a whole year that we've kept this project up and running and no one could be prouder than I am. It has taken some time, but we now have a web page of our own and a flexible-working format that anyone can follow.  So, it won't be difficult for someone else to follow in my footsteps and I'll always be standing by in the wings to help whomever volunteers to take over if need be.  It has been a great year and I'd like to take this opportunity to thank everyone for his or her support.

I'm sure that many of you are probably wondering why I've chosen to step down as editor when I was the creator of this piece of art.  There are a number of reasons, but the main one is that I need more time for research than I've been able to muster up in the past year. My girls, Jacki, Wendy Jo, & Dee are all going strong and I'm sitting here in envy while they travel across the U.S. to gather genealogical data.  I don't know how many more years I'm going to have to take advantage of these kinds of trips and don't want to miss out. These trips will limit the time needed to continue as editor of the Forum Newsletter.

 Until Next Month
Be Kind to One Another & Keep Smiling



LE COIN DE LA REDACTRICE-EN-CHEF- JUIN 2001

Le dernier numero du Bulletin du Forum des Rivard que je publierai en ma qualite de redactrice-en-chef sera affiche en ligne en juillet 2001.  Nous aurons alors accompli un tour complet du calendrier.  En effet, il y a deja un an que nous avons mis sur pied ce projet et personne n'en est plus fier que moi.  Il a fallu y mettre du temps, mais nous avons maintenant notre page web et un gabarit simple a utiliser pour le futur.  Il sera donc facile a ceux qui prendront la releve de suivre le chemin trace, sans compter que je serai toujours disponible en coulisse pour donner un coup de pouce aux volontaires qui me remplaceront.  Ce fut une annee memorable et je profite de l'occasion pour remercier tous ceux qui m'ont appuyee.

Je suis sure que plusieurs d'entre vous se demandent pourquoi je laisse ma place alors que c'est moi qui ai cree cette petite oeuvre d'art.  Il y a plusieurs raisons a ma decision mais la principale est que je desire
disposer de plus de temps a consacrer a la recherche genealogique.  Mes filles, Jacki, Wendy, Jo & Dee s'en donnent a coeur joie et moi, je reste derriere a les envier pendant qu'elles parcourent les Etats-Unis a la recherche d'informations genealogiques.  J'ignore pendant combien d'annees je pourrai encore voyager ainsi et je ne veux manquer aucune occasion de voyage.  Evidemment, ces voyages empieteront sur le temps que je devrais consacrer au Bulletin.

On se revoit le mois prochain.
Soyez gentils les uns pour les
autres et conservez votre sourire.