zTHE RIVARD FAMILY z

Bulletin Ÿ Newsletter

July 15, 2001

L’ÉQUIPE DU BULLETIN DES RIVARD

Rédactrice-en-chef: Jan Dorn

Rédacteur-en-chef adjoint: Marlyss Hernandez

Colonne du Membre du mois: Marlyss Hernandez

Sujets divers et humour … «Les meilleures de Chippawa Falls» : Dot Giessler

Les traducteurs: Alain Gariépy & André Dufresne
 
 

IN THIS ISSUE :

RV2001 Detroit/Windsor Reunion - A Great Success

Peggy Lacoursiere Voted July's FMOTM

Biography of "J.G. Lacoursiere" May's FMOTM

Biography of "AZ Larry Lacoursiere" June's FMOTM

New Members Join the Rivard Family Forum

Forum News & Topic Highlights

Chat News & Topic Highlights

Chef Rivard's Corner

A little Bit of Trivia & Humor

Editor's Corner

LE RENDEZ-VOUS 2001 À WINDSOR/DÉTROIT

« Un immense succès »

Il faisait 91° F à Windsor/Détroit ce 20 juillet 2001 pour le début de RV2001. Tom et son comité étaient inquiets, car il y avait eu une explosion à la bibliothèque Burton la veille ce qui rendait impossible la visite planifiée. Un appel de Tom à la bibliothèque apporta un soulagement certain lorsqu’on lui répondit que tout allait bien et qu’on recevrait tous les gens qui désiraient faire des recherches. On rapporte que cette visite fut un immense succès. Mary Ann avait apporté une foule de documents à ajouter à la déjà immense banque de données des Rivard. On dit que la photocopieuse de la bibliothèque crachait des volutes de fumée sous la direction circonsppecte de MAM.

Bette Rivard Nebel et Tom Dufour- « Vivons notre histoire »

Rapport sur la réunion RV2001 :

Jeudi : Admirez les grands voiliers sur la rivière Détroit. Ils sont extraordinaires. Nous sommes allés à Détroit afin de les voir hier. Il y en a également à Windsor. Espérons les voir vendredi il y a 24 voiliers. Quelle histoire vivante… de généalogie également. J’ai signalé à tous les capitaines l’endroit où se tenait RR2001. Les navires de France et d’Ontario ont dit qu’ils rechercheraient le clan Rivard… Ce sera une belle fête.

Continuation du rapport de vendredi : j’ai particulièrement aimé le HMS Tecumseh. Ce navire britannique avec un équipage simulant la guerre de 1812 naturellement, j’ai taquiné les Canadiens-Français qui représentaient des Anglais!! Je leur ai dit que mon ancêtre le major Jacques Campeau, membre de la milice de Détroit était de l’autre camp. J’ai reçu de la part de l’équipage un magnifique tatouage lavable. Je leur ai dit que tout le grouppe des Rivard seraient sous le pont et de s’assurer de nous rechercher.Et devinez, chacun des bateaux canadiens à qui j’avais dit que regarder pour les membres du clan Rivard nous ont salué.

Eglise Sainte-Anne – Rappport du samedi

La vieille église et ses alentours nous ont semblé magnifiques. Nous sommes arrivés tôt afin de voir les gens qui préparaient le reppas ppour les chœurs, Royal Oak, MI et Bretagne, France. Leur venue l’an dernier leur a permis de se préparer pour les grands événements de 2001. Cela ressemblait à un pique-nique d’église comme on en faisait autrefois. Nous avons donné nos six livres de raisins et nous avons visité avec de vieux paroissiens et des amis des paroisses environnantes. Des acteurs canadiens-français portaient fièrement des costumes d’époque.

Tom Dufour ajoute au rapport de Bette :

« Fermez les yeux. Pensez à un chœur d’enfants qui chantent. Voilà à quoi ressemblait la messe à l’historique église Sainte-Anneen ce samedi. C’est comme si quelqu’un faisait jouer de la musique sur bande ou sur CD. Mais, il s’agissait du chœur de Bretagne. J’avais les yeux dans l’eau, durant la messe à laquelle assistaient 40 Chevaliers de Colomb habillés de tous leurs atours. Les deux archevêques à l’autel entourés de dix prêtres, et celui qui a tout organisé cette fête John Campeau a lu l’Évangile, dans un magnifique français. Il y eut une procession dite Novina autour de l’église et un buffet après la cérémonie. Dermez vos yeux et écoutez. »

Rapport du dimanche.

Quel beau parc à Windsor. On pouvait y voir les gens, les bateaux, les chiens et tous les Rivard qui surveillaient. Il faisait chaud, mais il y avait les arbres et une petite brise venant du canal de temps à autre. Treize personnes de notre famille ont rencontré les Rivard de RR2001. Les âges s’échelonnaient de 18 mois à 60 ans et plus. On a pris plusieurs photos, des gallons de punch, de l’eau en quantité et tous ont conclu que c’était une journée magnifique malgré la chaleur..

Rappport de lundi.

Charles et moi avons rencontré les cousins Rivard de Grosse Pointe à Saint-Paul.. une des cabanes en bois rond datant de 1833 près de Sainte-Anne De l’église on a une magnifique vue du lac Saint-Clair. Sœur Ruth Ann Reid a montré au grouppe les monuments dédiés aux Rivard. Les journalistes du journal local nous ont interviewé et ont pris de photos. On croit que cet article fera la page principale de cet hebdomadaire. L’église est en restauration, mais on nous a permis de faire une brève visite à l’intérieur où le groupe d’histoire nous a remis un livret sur l’histoire de l’église. C’est bien vrai qu’un des vitraux est dédié à la famille Lodewyck qui a marié plusieurs Rivard incluant mes grands-parents. On a fait une promenade en auto le long du lac sur Jefferson Est afin de visiter plusieurs sites reliés à la famille Rivard soit la ferme Connor-Czyck, la ferme Rivard et l’hôpital pour enfants, l’église Sainte-Gertrude et le cimetière avoisinant. 175 ans en mai 2001, qui a pris la relève de la paroisse Sainte-Félicité qu’on a redécouverte il y a quelques années sous dix pieds d’eau dans le lac Saint-Clair… le lieu du bureau du Docteur Charles Rivard 1930-1943…Sainte-Félicité est située à 2000 ppieds du rivage (la deuxième chappelle en bois rond 1833-1870).

Le quotidien de la région a interviewé le clan des Rivard. La famille Rivard sera bien repprésentée et on fera valoir son influenece sur la région. La journée s’est terminée sur le boulevard Rivard 296-298 à Grosse Ppointe où Charles et moi avons montré des résumés, des cartes géographiques et des photos des Rivard résidants de la côte nord-est de Détroit. Le maire de Grosse Pointe a fait un discours, félicitant les Rivard de leur succès et de leur influence sur la ville de Grosse Pointe d’aujourd’hui.

******************

Future Rivard Forum Reunion Plans:

"Thomas Finally Lets the Kitty Out of the Bag"

During the RV 2001 reunion in Detroit/Windsor a suggestion was made to hold the next reunion in the summer of 2002 in Buffalo, NY at Old Fort Niagara. The fort does have annual reenactments of the French & Indian War. The coordinator of this reunion is to be Marc Rivard, one of our Buffalo brothers. One of Marc's plans was to have lodging on the Canadian side over looking Niagara Falls, a very picturesque location. He also had many other fun things planned, all of them family orientated. Unfortunately, due to previous commitments Marc has been forced to postpone these reunion plans until the year 2004.

The other reunion location chosen by the group was Arizona with AZ Larry as the host. This reunion to take place in February of 2003. Larry is currently attempting to build a committee to work with him. The tentative theme of the AZ 2003 Reunion will be based around the "days of yester_year. As soon as Larry has a committee in place and more plans are finalized they will be passed on to the forum.

*********************

AUGUST FORUM MEMBER OF THE MONTH

Our "Spoon-Playing" French cousin's wife, an "Irish Lass" named PEGGY LACOURCIERE, is our August Forum Member of the Month. Peg is married to cousin, Jacques, and has done a great deal of research of the Lacourciere and Rivard families. Peggy is the first spouse of a cousin to be so honored as our forum member of the month. Congratulations, Peggy! We'll learn more about you next month.

*********************




UN INTERIEW AVEC LE MEMBRE DU MOIS DE JUIN
JEAN-GUY LACOURSIÈRE

Par Marlyss Hernandez

Traduction: Alain Gariépy

Le membre du forum de juin ne fait jamais les choses comme les autres et les réponses de son interview furent comme a son habitude. Comme plusieurs d’entre vous le savez, j’envoie à chaque membre du mois une série de questions auxquelles ils doivent répondre. Je fabrique une histoire à partir de ces réponses. Jean Guy y a répondu de façon évasive. Je devrai donc me substituer à lui et essayer de répondre de la manière qu’il aurait dû. Ce fut une interview avec le «fantôme» Jean-Guy. Jean-Guy a envoyé son autobiographie sur le site de bavardage; c’est là que j’ai pris mes informations.

On aime bien, nous les généalogistes, savoir comment et pourquoi nous avons commencé nos recherches. Jean-Guy a reçu une aide que bien peu d’entre nous ayons eu; on peut dire qu’il a commencé vers l’âge de 14 ou 15 ans alors qu’il étrivait Sœur Agnès pour trouver son vrai nom. «Elle ne voulait pas dire que je l’avais trouvé et le dire à toute la classe. Elle n’était pas fâchée, mais elle m’a demandé comment je l’avais trouvé. Sur le papier qui enveloppe une livre de beurre dis-je à la religieuse. Elle nous avait déjà dit qu’elle était originaire de Saint-Liboire de Rouville et qu’elle avait déjà enseigné là. Sur l’enveloppe d’une livre de beurre j’ai vu «Deslauriers» et ça a marché. Elle ne pouvait le nier et son petit sourire le laissait voir. En rougissant, elle nous dit qu’on pouvait en apprendre plus au sujet de nos ancêtres en lisant tel livre dans telle bibliothèque. Comme Tanguay, si je me rappelle bien. Et voilà. Je suis allé à la bibliothèque, j’ai regardé le mot Lacoursière qui m’a renvoyé à Rivard. J’ai découvert une branche qui se terminait à Saint-Pierre-les-Becquets. Puis j’ai tout oublié après avoir dit à mon père ce que j’avais trouvé.» Son père s’était documenté et possédait un registre bien dactylographié de sa proche parenté. Cela couvrait les registres de Saint-Léon. Mais il ne m’avait pas dit qu’il avait frappé un mur en 1837. Il avait par la suite tirés tous les Lacoursière de Tanguay, il avait fait un diagramme qu’il avait plaqué sur le mur et voilà. Mais il y avait un trou, il s’était écoulé une période trop longue entre deux mariages. Un jour j’ai décidé de vérifier tout cela sur la plage. Mon père n’avait pas pris Josepph Lacoursière et Adélaïde Villemeure car ils étaient enregistrés avec les Rivard et les Lefebvre dans les registres de Batiscan. Fin de l’épisode. Peu de temps avant son décès je lui dit que je ferais toute la famille peu importe le lieu d’origine. Il me fit un hochement de tête. Il décéda avant que j’aie terminé mon premier livre. Vous savez le reste. » Voilà pourquoi JG possède une grande banque de données avec plusieurs milliers de noms.

Je n’ai jamais pu savoir quel est le document le plus intéressant ou l’histoire la meilleure qu’il ait trouvé lors de ses recherches. D’après moi, il cherche encore cet ancêtre qui possédait tous ces chevaux.

Comme ressources, Jean-Guy utilise certainement Internet; il est toujours en train de naviguer pour trouver toute sorte d’information. Il a mentionné Tanguay ce qui est probablement une de ses ressources favorites.

Je ne suis pas certaine de la façon dont il a trouvé le forum des Rivard. Comme je l’ai dit précédemment, Jean-Guy navigue sur le Net et « un jour j’ai fait une demande et quelqu’un m’a répondu. Je cherchais une certaine Anréa Lac* qui s’était pointée à New York et après un certain laps de temps une petite voix s’est fait entendre et le mur s’est effrondré. Merci chère amie pour toujours. » Il ne dit pas qui est cette « chère amie » mais on croit qu’il s’agit de notre Peggy. N’est-ce pas Peg?

Il y a tant de noms dans la base de Jean-Guy, que je ne voudrais pas m’aventurer à deviner quels sont les autres noms qui font l’objet de ses recherches. Il y en a trop

Jean-Guy sera-t-il à Windsor/Détroit ce mois-ci? Il a dit sur le forum il y a quelque temps qu’il séjournerait dans une maison privée, alors je crois qu’il sera présent.

Jean-Guy nous a parlé de sa vie sur le site de bavardage le 6 juillet dernier.

« Je suis né en 1937 alors que tout était rétrograde. Les automobiles, les tramways et les trains dataient des années ’30 et même avant. Et jusqu’à l’âge de dix ans, tous les gens plus âgés que moi était vieux et même très vieux à l’exception des enfants de mon âge. En 1939, j’ai eu un frère qui pleurait tout le temps.

Notre logement n’avait que l’eau froide et mon père a décidé d’aller à la gueree qu’on appelait la Deuxième Guerre Mondiale. C’était une bonne guerre et on l’a gagné n’est-ce pas? On n’a pas vu mon père durant un bon cinq ans et on nous envoya chez ma grand-mère pendant ce temps. Mon frère pleurait tout le temps mais ce changement ne m’a pas affecté. Nous vivions dans les montagnes, les Laurentides, dans un petit village, Ozarkies. Pas d’eau courante, mais un puits à côté fournissait l’eau potable pour la soupe. Un baril ramassait l’eau de pluie qui servait à la lessive et aux pots de chambre. C’était bien, nous pouvions choisir entre trois lacs et on passait presque tout notre temps dans l’eau. Sauf mon frère, qui pleurait à l’idée d’avoir à tremper ses orteils à l’eau. Les cousins des alentours étaient cools, sauf quelques-uns à qui il «manquait un bardeau.» Ils surveillaient nos ébats, nous les plus intelligents; ils ne nous causaient aucun problème.

Ma grand-mère était sage-femme; on l’appelait presqu’à tous les mois. Toujours au milieu de la nuit me semblait-il. Et toujours en précisant que les « sauvages » avaient apporté un bébé chez un oncle, une tante, un cousin ou un parfait inconnu. Ca m’a pris un certain temps avant de comprendre la vraie raison de ces appels nocturnes. Ces gens ne le « faisaient » pas durant le jour, ils éteignaient les lampes et « ça y était, » au moins une fois par année et dans la noirceur.

Et le monde s’est modernisé après le retour de papa de l’Europe. Il acheta une maison en face de Montréal avec un puits et une pompe à bras. Ma mère eut une belle machine à laver avec un tordeur à deux rouleaux. Ma mère et moi l’actionnions à tour de rôle. C’était du gros boulot, mon frère criait afin de s’essayer, mais il était trop maladroit. Il fallait remonter le charbon de la cave pour chauffer l’eau de la lessive tous les lundis, et aussi pomper l’eau afin d’actionner la chasse d’eau de la toilette. Un jour mon père a installé un moteur et un réservoir au sous-sol et on a eu dès lors l’eau courante. Plus moderne que ça, tu meurs.

Depuis 1957, je travaille dans le bureau de comptabilité des Chemins de Fer. Les promotions viennent rapidement et l’argent aussi. Je m’achète une voiture et je me mets à la chasse des jolies demoiselles. L’une d’elles se pointe à la surface comme la crème sur le lait. Peu après, son ventre grossit et voilà un bébé en marche. Un mariage tranquille à la mi-juin de 1959, un délicieux voyage de noce, un bon appartement bien meublé près du travail. A la mi-décembre, Michel, un fils vient au monde à la maison, avec le docteur, une infirmière et une belle-mère qui connaît ça. Une expérience bien difficile merci. L’année suivante vient Sylvie à l’hôpital comme il se doit. Une autre année s’écoule et arrive bébé numéro trois. Notre Lucie. Les maladies d’enfants, mais la vie est supportable sauf que les beaux-parents sont devenus nos voisins, et (ma mère) se mêle de tout, gâte les enfants, couche chez nous, couve les enfants. Nous déménageons dans la banlieue où j’ai loué une belle maison. Je vais au travail en train. Mais le mal est fait, nous nous disputons et ma Suzanne s’enfuit. Personne de la parenté ou pas ne l’a vu pendant trois mois. Fin de l’épisode, elle a eu quatre autres enfants, les trois premiers, les miens étaient trop jeunes pour s’en rappeler. J’ai fait des arrangements pour qu’ils demeurent avec une grande tante pendant les dix années suivantes. J,ai mis les voiles pour les grandes aventures et l’argent. La pension est payée et tout va bien.

En 1973, mes enfants sont adolescents, et leur mère adoptive a bien fait avec eux, mais elle a besoin d’un temps de repos. Je prends la relève et je retourne au travail de bureau pour environ quatre ans. Ils sont grands maintenant et ils ont besoin de liberté. Ils vont leur chemin et moi je retourne sur mes bien-aimés bateaux. Beaux voyages… de l’Orinoco à l’Arctique, toute l’Europe côtière de la Grèce à la Suède, et trois séjours inoubliables à la ville qu’on appelait alors Leningrad. Vacances à Paris, Zurich, Monaco et même une croisière de Acapulco à Panama en passant par une île aux trésors déserte. Voyage plein de péripéties mais ça c’est une autre histoire. Demandez « Cinq hommes et une femme sur l’océan Pacifique. » Et voilà c’est ici que je vous laisse avec l’histoire de ma vie. Merci JG.

*******************


 

UN INTERVIEW AVEC LE MEMBRE DU MOIS DE JUILLET
LARRY LACOURSIÈRE

Par Marlyss Hernandez

Traduction : Alain Gariépy

Lorsque j’ai demamndé à Larry pourquoi il avait la généalogie comme passe-temps et quelles étaient les réactions de sa famille à propos de cette hantise, il a répondu « plusieurs membres de ma famille apprécient ma hantise; cependant il s’agit d’une minorité. Ma chère épouse croit que j’en fait trop! J’ai choisi la généalogie à cause de mon intérêt très vif pour la famille. De plus j’aime bien faire une collection de choses que j’aime à un certain moment. J’étais bien intéressé par mon travail, surtout les 20 dernières années. C’est pourquoi, j’ai collectionné de très gros fichiers sur des sujets concernant la compatibilité électromagnétique et l’ergonomie. Au début je ne voulais que trier les informations que j’avais ramassé au fil des années sans aucune pensée envers la généalogie. Mon cousin Delton LaCoursière et sa fille de 30 ans Mary Ann ont créé un album de famille. Je les encourageais. C’était une belle façon de commencer un héritage. C’était même mieux que les données habituelle de généalogie puisqu’il y avait plusieurs photos pour enjoliver le tout. En 1996, j’ai reçu un bon nombre de données de Sally Herzog de Shakopee, Minnesota. C’est Ruth Charest de Plymouth, Minnesota qui me l’a fait rencontrer et j’avais déjà quelques données du diocèse catholique de Saint-Paul, Minnesota. J’avais donc un tas de données, pas nécessairement justes quoique la plupart l’étaient. J’ai donc pu donner à Sally Herzorg et Ray Miller de Golden Valley, Minnesota, une bonne quantité d’informations sur la généalogie de ma famille. Je croyais avoir atteint un objectif important dans mon travail. Faux! En le vérifiant attentivement, quelque chose clochait. On ignorait que notre arrière-grand-père avait eu deux épouses comme les informations semblaient le suggérer et il avait eu un enfant avec sa deuxième femme. Avec l’aide de Roger LaCoursière de Calgary, Alberta, et le dictionnaire des Lacoursière de Jean-Guy Lacoursière nous avons solutionné le casse-tête. Pierre notre arrièr-grand-père n’avait pas eu deux femmes, nous avions manqué notre arrière-arrière-grand-père qui s’appelait Pierre également. Je doute que Roger et moi ayions réussi à résoudre ce problème sans une certaine aide; vers minuit, il avait ouvert une bonne bouteille de Bailey’s Original Irish Cream. A trois heures du matin, nous avions la solution! (Quelle magnifique façon de résoudre un problème de généalogie, Larry) Par la suite, nos problèmes généalogiques furent très intéressants, mais pas autant que celui que je viens de décrire.»

Selon Larry, l’histoire ou le document le plus intéressant qu’il ait croisé est le suivant : « Un membre de la famille eut la mauvaise fortune de se faire prendre avec de l’alcool de contrebande produite par son voisin durant la Dépression. Tous deux furent emprisonnés à la prison fédérale de Leavenworth. Une seconde, c’est d’avoir trouvé les traces de Antoine Rivard à Nouvelle-Orléans en Louisiane. Quelqu’un l’a troué comme moi, mais ce fut une chose très excitante pour moi. J’avais l’aide d’un bénévole dans un Centre mormon. Je lui ai dit que fort probablement Antoine Rivard s’était établi dans la Louisiane quoique j’avais peu confiance dans ma théorie. De plus je ne voulais pas dépenser beaucoupp de temps à faire des recherches. Il me recommanda de vérifier dans le Centre, certains livres sur les recensements et à ma grande surprise, j’ai trouvé Antoine et sa famille listés à plusieurs reprises. Une troisième concerne une mère qui recevait de l’argent de son fils qui travaillait loin de la maison et qui lui demandait de la conserver pour lui. Avec cet argent, elle acheta en son nom une terre. Par la suite, elle et son mari donnèrent une propriété viagère de TOUTES leurs terres à un autre fils, ce qui incluait la partie acheter pour l’autre fils. Apprès quelques années, le frère qui fut dépossédé par ses parents déménagea à plus de 1,000 milles avec ses biens. La famille de ce frère ne semble pas avoir été mis au courant de ce problème ou peut-être n’y en a-t-il pas eu, mais ce fut une histoire intéressante. »

Quelle fut la ressource la plus imortant pour Larry? « Sans aucun doute, ce fut la Société canadienne de généalogie du Minnesota .» Ce fut « l’abominable Jean-Guy Lacoursière » qui l’encouragea à faire parti du Forum des Rivard. Il dit qu’aucun membre en particulier « ne l’aida, mais les échanges quotidiens et le désir d’aider sont extraordinaires. La camraderie et la synergie sont fantastiques. Plusieurs personnes m’ont aidé en généalogie, spécialement Sally Herzog, mais JGL m’a montré le chemin du Forum et de toute la bande des Rivard. »

Larry concentre ses efforts sur la branche des Lacoursière de la famille Rivard « car je n’ai pas suffisamment de temps dans une journée pour en faire plus. On ne travaille pas tous au même rythme et on ne consacre pas tous les même période de temps à la généalogie. »

Malheureusement, Larry et sa femme, Lorraine n’ont pu assister à la réunion de Windsor/Détroit, mais Larry a accepté gracieusement de coordonner les activités de notre prochain rendez-vous en Arizona en 2003.

Et voici l’autobiographie de Larry. Il dit « qu’il y en a plus sur moi que personne ne l’ait demandé ». Merci Larry de partager cela aec nous.

« Mon identificateur, Cousin Arizona Larry est un indice qui dit bien où nous vivons. Plus spécifiquement, nous vivons à Peoria, Arizona même si notre adresse est à Sun City. Nous ne sommes pas avec les gens âgés, nous sommes de l’autre côté de la rue! Je suis né sur une ferme du Nord-Ouest du Minnesota près de la métropole Oklee (C,est une TRÈS petite ville)

J’étais ordonnance dans la Marine de l’Air des Etats-Unis durant la guerre de Corée. J’ai atteint le grade de contremaître de deuxième classe. J’ai obtenu un diplôme de bachelier ès sciences en génie électrique avec une mineure en mathématiques à l’Université de North Dakota à Grand Forks, North Dakota.

Ma vocation, de laquelle je suis maintenant retirée, était d’être un ingénieur itinérant en électronique aérospaciale. J’ai trvaillé pour cinq comppagnies en plus de faire de la consultation et je ne changerais aucune de ces années. Sept dans un travail, c’était ma limite parce par la suite cela m’ennuyait. Garder un travail pour l’argent seulement n’est pas dans mes cordes. A cause de cela nous avons résidé à Seattle, Washington, Garden Grove, Californie et Minnetonka, Minnesota.

Notre contribution à répandre la famille Lacoursière/Rivard est plutôt sombre. Nous avons eu deux garçons et une fille.

1 Notre aîné, Ryan, a un fils, Noah et une fille Jessica Tori qui sont âgés respectivement de 16 ans (3 novembre 1984) et de 14 ans (24 janvier 1987). Ryan a étudié en microbiologie et en botanique. Il gagne sa vie dans le marketing et la vente.

2 Notre deuxième enfant, Michelle Marie, n’a pas d’enfant et n’en aura probablement pas, car il semble que ce soit impossible. Elle possède sa firme de comptable agréé.

3 Notre troisième enfant, Todd Darin, est sergeant dans la Marine des Etats-Unis. Sa femme, Angela, et lui ont une fille, Amber Rose, qui a neuf ans (28 novembre 1991). Angela avait un enfant Matthew ( 20 juin 1989) lorsqu’elle a épousé Todd. Todd n’a pas encore adopté légallement Matthew.

J’ai épousé Lorraine Best il y a quarante ans (24 juillet 1952) . Nous nous étions connus à l’école. Un point intéressant; notre première rencontre a eu lieue immédiatement après que je fus devenu le premier pointeur de l’équipe de basket-ball de l’école . En d’autres mots, j’avais le sentiment d’être devenu important en conséquence je pouvais donner rendez-vous à une fille.

Points d’intérêts

En plus d’être un passionné de généalogie, j’aime bien jouer au tennis et au bridge, j’enseigne la façon de rédiger un mémoire et je montre à d’autres personnes la façon d’utiliser leur ordinateur Apppple/Macintosh. Je me suis aussi intéressé dans le passé à Toastmasters Int., au scoutisme, à la fabrique de l’Église, j’ai piloté plusieurs clubs de jeunes au baseball, basketball et soccer. J’ai enseigné le tennis au enfants défavorisés au service des loisirs de Minneapolis. J’ai fait parti de deux organisations professionnelles : génie électrique et ergonomie

*******************

New Members Join the Rivard Family Forum:

Rivard: Nancy Rivard Jay, Luc Rivard (Rivard, Loranger), Wanda Taylor

Loranger: Steven Loranger (Loranger, Rivard) (Liane's fiance), Denice Loranger Miller, Terry Kilbride

Lacoursiere: Jeannot Duchesne

Lanouette: Jacqueline Tessier, Jodi Sides

Dufresne: Neal Lemerise, Eleanore Lemrise, Emily Rivard Schmitz

Bellefeuille: Tara Johnson, Bill Morin

Giasson: Barbara Bohannan

LaGlanderie: Fred Thibault

*NOTE: Many of these cousins aren't on the forum, so you may want to contact them directly. Their emails are listed on the cousin's page. [Mary Ann Mickey]

******************

NOUVELLES DU FORUM EN JUILLET ET

PRINCIPAUX SUJETS DE DISCUSSION

Par Marlyss Hernandez

Traduction : Alain Gariépy

Depuis le début du Forum en février 2001, nous avons atteint ce mois-ci le plus grand nombre de messages en un seul mois. On a envoyé 1,416 messages durant le mois de juillet. Avec 300 membres les sujets furent aussi variés que le sont nos trois cents membres. Plusieurs messages concernaient la réunion de Détroit/Windsor et on en parle dans la colonne des nouelles de la réunion.

Le mois a commencé avec le message de Jan (#19863) L’année 2002-2003, au sujet de la prochaine réunion. Le mois s’est terminé sur le même sujet avec Le chat dans le sac.

On a envoyé des condoléances à Peg et à Jacques Lacoursière lors du décès du beau-père de Jacques, Jim.

On a fait des prières pour Serge, qui a eu un ACV, pour sa femme qui en prend bien soin, Denise. Egalement pour Alyssa, la petite-fille de cinq ans de Linda Perrod, qui souffre d’une tumeur au cerveau.

On a souhaité bonne fête à Jan Dorn le 10 juillet.

Wanda Taylor et Wm. Morin sont devenus de nouveaux membres.

Antoine, le plus jeune fils de Nicolas, a encore fait le sujet de plusieurs messages avec les découvertes de notre nouveau membre Wanda Taylor, qui est une descendante directe. Un site web trouvé par Jim Lacoursière nous apprend que le plus jeune enfant de Antoine était un garçon appelé Jean-Baptiste qui a laissé des descendants Rivard. Comme aucune source n’est cité, plusieurs cousins suivent cette piste afin de prouver ou non cette nouvelle information.

On retrouvera dans les archives sous les numéros #19941 et 19942 et de 19963 à 20038

des dossiers individuels envoyés au forum par Nickie sur plus de 75 cousins.

Plusieurs cousins « surfers » ont trouvé et envoyé au forum des adresses URL sur des sujets susceptibles de nous intéresser. Jim Lacoursière en a envoyé plusieurs sur des livres usagés et difficilles à trouver. Les voici :

http://www.hebertpublications.com/catalog.htm

http://www.rootsweb.com/~midrgs/drgspub.htm

http://www.booklook.com/cats/france.htm

http://www.powells.com/cgi-bin/biblio?inkey=16-1125312033-0

http://www.alibris.com/search/search.cfm

André et Alain nous ont informé dans le message #19909 de la réunion du Cap-de-la-Madeleine et de Batiscan. Il y a eu une célébration à l’occasion du 300 ème anniversaire du décès de Nicolas le 1 er juillet. L’Association Internationales des familles Rivard ont tenu leur réunion annuellle au cours de laquelle on a élu les nouveaux officiers.

Une liste des colons du Cap-de-la-Madeleine en 1651 contenait quelques erreurs que André a corrigé dans le message # 20177.

Mary Ann a découvert de nouveaux Dufresne au Michigan et nous en fait part dans son message #20176.

Recherches : Chris a trouvé le nom de plusieurs Rivard dans des listes de la Librairie du Congrès et nous en a fait part dans son message #20183. Judy, Mary et Nickie ont accepté de faire bénévolement des recherches au site Ancestry.com pour qui a besoin d’information. Mary Clor fera de même à la bibliothèque de Ft. Wayne lorsqu’elle s’y rendra et Chris également mais à Los Angeles.

Feuilleverte vs Vertefeuille. Il s’est encore posées beaucoup de questions sur ces surnoms. Vertefeuille n’est pas un surnom des Rivard même si cela est écrit à plusieurs endroits. Mais Feuilleverte l’est.

Plusieurs messages avaient pour objet la recherche des surnoms dans d’autres nationalités. Les Espagnoles conservent leur nom de fille ce qui facilite la recherche alors que chez les Scandinaves cela représente tout un exploit.

On retrouvera un fichier des mariages 1763-1900 en Illinois sur le site des Rivard à

http://groups.yahoo.com/group/rivardforum/files

On a beaucoup appris sur l’histoire des chevaux percherons (#20505) , les commerçants de fourrures (#20558), le nom de ceux qui, en Illinois, participèrent à la guerre civile (#20547), les mariages de St-Michel de Yamaska et de Sorel, ainsi que le recensement de la tribu Osage à Oklahoma en 1921. (#20730)

Plusieurs ont assisté à la réunion de Windsor/Détroit. Ceux qui n’ont pu y assiter ont pu apprendre que Nina était une fameuse tricoteuse et que Jan peut facilement créer des caricatures. Mais « lorsque le chat est parti les souris dansent »; c’est ainsi que la r`gle du forum de parler uniquement de généalogie a été brisée à quelques reprises durant une couple de jours. La diseude de bonne aventure de Larry a dit : « La réunion de famille qui se tiendra durant les prochains mois sera un immense succès. »

JG nous a envoyé les fichiers de Saint-Maurice (comté) pour les familles Giasson, Rivard, LaGlanderie et Dufresne. Les messages #21034 et 21044 concernent la lignée des Giasson. Les messages # 21035, 21045 et 21046 concernenet les Rivard; #21036 et 21037 les LaGlanderie et #21043, les Dufresne.

Une mini-réunion a eu lieu à Danbury Mall, Connecticut; les participants étaient Peg et Jacques Lacoursière, Henri Lanouette avec sa petite-fille Lindsay et Nathalie Smith. Cette dernière est la plus récente recrue. Ils ont échangé pendant trois courtes heures plusieurs histoires de famille.

On a encore échangé sur les caratères génétiques de la famille Rivard entre autres sur le haut taux de cholestérol, sur les problèmes de dos et sur les jumeaux.

Henri Lanouette a afficher plusieurs avis de décès. Lusieurs membres du forum les recoivent en caractères « étranges »; d’autres n’ont pas de misère à recevoir ces mots en français.

Une alerte au ver « Code rouge » a été lancée et on a discuté sur la façon de s’en préserver.

C’est ainsi que s’achève un mois très occupé sur le forum. Je n’ai mentionné que quelques adresses URL qui furent affichées. Quiconque aimerait revoir les messages, devrait aller sur le site des Rivard à l’adresse suivante http://groups.yahoo.com/group/rivard_forum/messages et inscrire le numéro de message à droite à « msg # » et cliquer « Go » pour recevoir la teneur du message.

***************

CHAT NEWS & TOPIC HIGHLIGHTS

Reported by t-tiger1@juno.com (Standing in for Dottie)

As you can probably imagine the topics on the chat vary from subject to subject and often times you never know where an innocent remark might take you … all in the name of fun! It is a fun place to visit and we hope that many of you will drop in from time to time and join in on the playful banter between cousins. Many of those cousins have found special bonds with one another, as well as, the solace of each other's support in their times of need.

Jokes & Trivia … As you can well guess, there are plenty of jokes and Dijano to go around. Anyone who is interested in collecting odds & ends of Trivia & Humor will find plenty of material within this group.

Serge's Post Stroke Progress … The chat has received weekly updates from Denise on Serge's stroke rehabilitation. The latest, being that he can come home on weekends to spend them with the family. This has been exciting and heart warming news to those who monitor the chat forum. The progress he has already made is amazing and the reports can only get better from here on in. Keep it up, Serge!!!

Recipes & RX's … There weren't any recipes passed through the chat of late, but when Dottie made a cry for help to rid her flower bed of annoying deer, members of the chat rallied to her aide with many suggestions on how to cure the problem. The suggestion that everyone was in agreement with came from Peggy. Peggy explained to Dot that human urine was an instant RX for the deer. It seems that Jacques experimented with this plant treatment after the sun went down one evening and it worked like a charm. Dot was still trying to convince Hank that he should take charge of watering the flowers the last we heard.

Graphics & Photos … There was also a lot of sharing of photos and other graphics on the chat. Peggy was kind enough to share a few that were taken in Danbury with Henry, Lindsey, Nathalie. They were really nice and we all thank Peggy for sharing them. Besides these photos we all got a glimpse of a real Rivard Giesha Girl and a Pistol Packin Momma, to say nothing of the beautiful garden in Dottie's backyard. The conversations took a different twist when J.G. asked about adding speech bubbles to photos or graphics to depict an era in time. I think he may be planning something very special in the future. Jan has offered him her graphic assistance with speech bubbles and Susie Q. has offered her assistance with the dialog.

Dottie & Hank on a Cruise .. . The most current conversation has surrounded Dottie & Hank and the fun they are having on their cruise. Dot has been sending messages back to the forum via Jan. Jan in turn has been sending Dottie a daily digest of the chat messages, thinking if Dot would get bored with nothing to do she could start on next month's summary of the Chat News & Highlights. She didn't sound very anxious when I spoke to her last. But the chat is certainly enjoying the messages from Dottie!
 
 


LA CUISINE DES RIVARD

Boudin français

La description de la boucherie est aussi intéressante qu’est succulent ce boudin. Le cousin Larry L* de l’Arizona partage avec nous une recette et une histoire.

Ma grand-mère Dora (Boivin) Lacoursière était une humaniste doublé d’un très grand conservatisme. Elle conservait chaque goutte de graisse utilisée pour la cuisson et elle avait avec elle un chapelet la moitié du temps peu importe ce qu’elle faisait. Lorsqu’elle vint à la ferme, elle passait la moitié de son temps en position penchée comme si elle ramassait quelque chose. Elle ramassait tout ce qui ressemblait à du bois. Je crois que vous avez un assez bon portrait de cette personne qui est l’actrice de cette histoire et de cette recette.

Gran-père Adelore et grand-mère Dora venaient à la ferme chaque qu’on faisait la boucherie d’un cochon (qu’on a jamais appelé un porc). On remplissait a moitié d’eau un baril de 55 gallons qu’on faisait bouillir sous la pointe du toit de la grange car c’est là qu’on descendait le « câble à foin ». Il fallait convaincre le cochon de venir près du baril d’eau chaude et une simple balle de 22 bien placée lui faisait faire un bond dans le baril. Pas vraiment, mais je voulais éviter cette description. Ce coup de fusil signalait à grand-mère Dora de sortir de la maison et d’entrer sur la scène du crime. Elle arrivait en trottinant comme une personne qui connaît son affaire. Une cuvette sous le bras et une spatule dans l’autre. Grand-père Adelore ne touchait pas au cochon avec son couteau avant que Grand-Mère ait placé sa cuvette à l’endroit stratégique. Alors le couteau perçait le gorge à l’endroit précis où grand-mère pouvait recueillir chaque goutte de sang. On argumentait à chaque fois pour savoir à quel moment Grand-Mère recueillerait cette dernière goutte. Finalement, grand-père essayait de la convaincre qu’elle avait chaque goutte, elle courait allègrement vers la maison en brassant continuellement le sang pour éviter la coagulation je crois. Au moment de partir, Grand-Mère disait invariablement « N’oubliez pas de garder les boyaux ». Pourquoi? Parce qu’après les avoir nettoyés, raclés et bouillis, ils servent d’enveloppe au boudin. Après le départ de Grand-Mère pour la maison, on plaçait un grand crochet dans la gueule du cochon et on l’attachait avec le câble à foin. On le hissait juste au-dessus du baril et on le descendait lentement dans l’eau bouillante. Lorsqu’on l’en sortait, le vrai travail commençait, car il fallait alors enlever tous les poils. Il fallait reprendre ce processus une couple de fois. Pourquoi ne pas jeter la peau? Non disait Grand-Mère qui surveillait. De toute façon, nous les enfants utilisions un « gar-tou (gare-tout) » fait avec le résidu une fois le lard prélevé. C’est assez sur le processus, voyons la recette.

Ingrédients

Processus La température? Tout dépend de la sorte de bois utilisé dans le poêle, l’humidité et Dieu seul connaît les autres facteurs qui permettent de déterminer la température nécessaire à la cuisson.

Je suis sûr qu’on ajustait la recette dépendant de la quantité de sang disponible. Comme j’ai déjà dit, grand-mère ne jetait RIEN.

Une autre recette pertinente est la tête fromagée. Quelqu’un aurait-il une telle recette? Elle devrait être dévoilée au reste de la famille.

Fin de l’histoire et de la recette!!!

*************************

UN PEU DE TOUT

Cours de sciences sociales 101 sur l’entreprise


 

Socialisme : Vous possédez deux vaches. Vous en gardez une et donnez l’autre à votre voisin.

Communisme : Vous possédez deux vaches. Le gouvernement saisit les deux et vous fournit le lait.

Fascisme : Vous possédez deux vaches. Le gouvernement les saisit et vous vend le lait.

Bureaucratie : Vous possédez deux vaches. Le gouvernement saisit les deux, tue la première d’un coup de fusil, fait la traite de l’autre, vous paye le lait et le verse dans les égouts.

Capitalisme : Vous possédez deux vaches. Vous en vendez une et vous achetez un bœuf.

Corporation : Vous possédez deux vaches. Vous vendez la première, vous obligez l’autre à donner le lait de quatre vaches et vous semblez surpris lorsqu’elle tombe morte. (C’est tellement vrai)

Démocratie : Vous possédez deux vaches. Le gouvernement vous taxe tellement que vous devez les vendre toutes les deux afin de faire vivre quelqu’un dans un pays étranger qui possède une vache qu’il a reçu en cadeau de votre gouvernement.

****************************

A LITTLE BIT OF HUMOR

(This month's Humor & Layout was done by Alain Gariépy)

AINSI SOIT-IL …

Dieu se présenta à l’âne et lui dit : Tu es un âne. Tu vas dûrement travailler du matin au soir, en portant des choses très lourdes sur ton dos. Tu seras herbivore et pas intelligent. Tu vivras 50 ans.

Après cela l’âne réfléchit et dit: 50 ans d’une vie pareille, c’est trop ! Beaucoup trop ! Ne me donnes pas plus que 30 ans. Ainsi soit-il ...

puis Dieu se présenta au chien et lui dit : Tu es un chien. Tu veilleras sur l’humanité, et pour cela tu seras le meilleur amis de l‘homme. Tu ne mangeras que des restes et tu vivras 25 ans.

Le chien répondit : Seigneur, 25 ans d’une telle vie c’est trop. SVP pas plus de 15 ans ! Ainsi soit-il ...

Puis le Seigneur se présenta au singe: Tu es le singe. Tu vas sauter d’arbre en arbre et tu te comporteras comme un idiot. Tu devras être marrant, et comme ça tu vivras 20 ans.

Le singe lui dit. Seigneur, 20 ans à vivre comme le clown du monde, c’est trop. Ne me donnes pas plus que 10 ans. Ainsi soit-il ...

A la fin, Dieu apparu à l’homme et lui dit : Tu es l’homme ! Le seul être rationnel, le monde t’appartiendra. Tu vas mettre au profit ton intelligence pour réaliser plein de choses captivantes. Tu vas dominer le monde et pour cela tu vivras 20 ans !

Sur cela l’homme répondit : Seigneur, être un homme seulement 20 ans ce n’est pas suffisant. S’il te plaît, donnes-moi en plus, les 30 ans de l’âne, les 15 du chien, ainsi que les 10 du singe.

Ainsi Dieu se préoccupa pour que l’homme vive 20 ans comme un homme, puis se mariera et vivra 30 ans comme un âne, travaillera dûrement du matin au soir en portant de lourds poids sur ses épaules. Puis il aura des enfants et vivra 15 ans comme un chien, il surveillera la maison et il mangera ce que la famille lui laissera. Puis, une fois âgé, il vivra 10 ans comme un singe, se comportera comme un idiot et amusera ses petits enfants.

Ainsi soit-il ...

*********************

Until Next Month

Be Kind to One Another & Keep Smiling